Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Equateur : Entretien avec le lauréat du prix “Meilleur blog latino-américain”

Il n'a pas pu faire le voyage jusqu'en Espagne (en espagnol, comme tous les sites et blogs cités) pour recevoir le prix du “Meilleur Blog latino-américain” du concours sponsorisé par le journal espagnol 20 Minutos, mais Carlos Suasnavas est honoré par la récompense et la dédie à ses lecteurs. Le blog, qu'il co-écrit avec Evan, une Argentine, s'appelle Sentando Frente Al Mundo [en espagnol] (Assis face au monde) et a été sélectionné par un jury ainsi que par d'autres blogueurs. Dans cette interview, donnée depuis chez lui à Quito, il expose les raisons qui l'ont poussé à créer un blog et nous explique pourquoi il y a plus d'étrangers que équatoriens parmi ses lecteurs.

 

Milton Ramirez : Qui est Carlos Suasnavas?

Carlos Suasnavas: Carlos Suasnavas est un Équatorien de 37 ans, qui aime lire un bon livre, la littérature classique, la science en général et qui tente de partager sur son blog les choses qu'il a lues, apprises, ou qui l'ont profondément touché. C'est aussi un homme d'affaires, qui s'intéresse à la situation économique de son pays, au bien-être de ses employés et à la satisfaction de sa clientèle.

 

Carlos Suasnavas

MR : Votre blog est résumé dans l'expression “Assis face au monde”. Qu'est-ce que cela signifie pour vous?

CS :Cela signifie que vous et moi, ou n'importe qui d'autre, avons la chance de pouvoir nous asseoir devant la fenêtre d'Internet qui nous donne accès aux cultures, aux histoires,aux coutumes et aux modes de vie de cette petite planète bleue. Personnellement, je me sens privilégié d'être né dans cette époque où nous avons sur notre bureau cette merveilleuse fenêtre vers le monde . Je ne peux pas comprendre qu'il y ait des gens qui n'y vont que pour la pornographie ou les infos people, quand vous avez à disposition le SEUL outil qui apporte chez vous virtuellement toute l'histoire humaine, l'art, la science, la technologie, la politique, tout comme la planète, sa géographie, ses animaux et un millier d'autres choses. Le nom de mon blog, Sentade frate al mundo, englobe tout ceci.

MR : Que pensez-vous de la blogosphère équatorienne, et en tant que lecteur de blogs, quels sont vos préférés ?

CS : En ce qui concerne les blogs équatoriens, comme partout, il y en a de très bonne qualité. Le fait est qu'il y a encore des blogueurs qui pensent que leur vie privée, émotionnelle, ou sexuelle nous intéresse, mais puisqu'un blog est libre, ils ont le droit, et il n'y a aucune règle à suivre, c'est pourquoi on trouve beaucoup de foutaises. Et comme les blogs sont accessibles dans le monde entier, il y a des lecteurs pour tout.Dans mon lecteur de flux RSS, Bloglines, je suis les bons blogs classiques d'Equateur, qui sont là depuis que j'ai commencé et desquels j'ai appris, comme CeroCuatro Aura Neurotica, La Gaby, Atrapasueños, Ecuador Ciencia, Tecnodatum, Sueños y Cuentos, et El Apestado (en espagnol)

MR : Dans une récente interview vidéo vous avez déclaré que les les gens bloguaient pour se soulager. Avez-vous un billet  qui vous a particulièrement soulagé et pourquoi ?

Comme vous le savez, mon blog a connu une évolution, passant d'un blog personnel à ce qu'il est aujourd'hui. De cette évolution, il reste de nombreux billets de type romantique dont je me rappelle avec beaucoup d'affection comme “Angels and Demons‘ qui était un texte tout simple à propos d'une femme qui était très importante dans ma vie ; j'aimais beaucoup ce texte et je l'ai vu repris sur de nombreux blogs ,certains mentionnaient la source, d'autres non (je ne m'en préoccupe pas vraiment). Je l'ai vu sur des pages personelles, des forums, et un jour quelqu'un me l'a montré sur une carte postale faite avec Photoshop. Bizarre aussi, l'e-mail que j'ai recu contenant le texte d'un des mes autres billets, ‘Thrown Cards.’ Tout cela m'embêtait au début, mais maintenant, je me sens vraiment fier. Et comme je l'ai dit, c'était une autre époque et à ce moment-là, ma motivation était différente. J'ai toujours écrit pour me soulager, mais j'ai essayé de faire attention à ce que je dévoilais de ma vie personnelle. Je n'ai montré au monde que ce que je voulais qu'ils sache de moi.Si quelqu'un pense que, parce qu'il a lu mon blog,il connait parfaitement Carlos Suasnavas,il se trompe.

MR :  Comment les blogs équatoriens contribuent-ils aux débats d'idées en ligne des citoyens ? Pourquoi selon vous vos billets sont surtout lu par des étrangers, et non par les Equatoriens ?

CS : Je ne crois pas qu'un tel dialogue se construise car un blog est par nature partial. Nous nous plaignons, le président le premier, de la partialité de la presse écrite et de la télévision, que pouvons nous attendre d'un blog dont l'auteur écrit en fonction de la réalité dans laquelle il vit ? Il y a des blogs pour et contre le gouvernement. Jusqu'à présent, je n'en ai pas vu un seul qui soit équilibré. Tant qu'il n'y a pas d'équité , le dialogue ne peut pas s'instaurer. Ce qui a lieu, ce sont des débats dans lesquels chacun pense qu'il ou elle détient la vérité. Le fait que mon blog ait plus que lecteurs étrangers est du à deux situations spécifiques. D'abord, grâce au charisme de ma co-blogueuse, Evan, qui est argentine et partage les mêmes goût que moi sur les thèmes que nous abordons dans nos billets. Quand je veux changer de vitesse sur mon blog, comme ce fut le cas il y a un an, elle saisit parfaitement mes idées.  L'autre raison, c'est peut-être que sur mon blog il n'y a ni des choses morbides, ni de la politique, ni ma vie personnelle, les sujets que les Équatoriens aiment lire.

MR : Comment la perception du blogueur/entrepreneur Carlos Suasnavas a-t-elle changé dans les médias nationaux depuis que vous avez reçu le Prix du meilleur blog latino-américain?

CS: C'est une coïncidence que je sois à la fois entrepreneur et blogueur et ce fut une autre coïncidence que je sois désigné vainqueur. Un lycéen,un étudiant, une mère au foyer ou n'importe quel employé de bureau aurait pu gagner. Ça aurait également pu être un journaliste, mais c'est la beauté de la liberté d'Internet, il n'est pas nécessaire de se catégoriser dans une seule activité ou de montrer vos diplômes pour créer votre blog. C'est une activité pour laquelle  le diplôme ne compte pas, tout ce qui compte, c'est que les gens aiment ce que vous publiez et continuent à lire. Je ne sais pas si les médias me voient différemment. Je sais que ce n'est pas le cas pour mes amis. Il faut avouer que cette récompense m'a donné une bonne couverture médiatique, j'ai fait quelques interviews pour la presse, mais jusqu'ici, ça n'a rien changé. La seule chose que j'apprécie, c'est l'augmentation du trafic sur mon blog, le fait qu'il soit plus consulté et la satisfaction de savoir que j'aide à faire progresser la culture générale de tout lecteur.

Photo : Carlos Suasnavas, portrait spécialement réalisé pour cette interview,  par Suasnavas

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.