Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Congo (RDC) : La guerre du coltan est entre nos mains et dans nos téléphones mobiles

[Les liens sont en anglais, sauf mention contraire] Le coltan (colombite-tantalite) est un minérai utilisé pour fabriquer les condensateurs et résistances de nos téléphones portables, de nos consoles de jeux-vidéo et de nos appareils électro-ménagers. Souvent comparée à celle des diamants qui financent les conflits en Afrique, son exploitation n'a pas seulement provoqué des ravages écologiques, de terribles violations des moindres droits humains, mais certains avancent qu'il finance aussi le conflit armé en République Démocratique du Congo.

Pour commencer, le site ConflictVoice conseille de regarder Blood Coltan, un documentaire (en français) de 52 minute de Patrick Forestier. Ce film, sorti en  2007, révèle les aspects connus et dissimulés du marché du coltan, la militarisation [de l'exploitation minière] et comment la vie quotidienne des Congolais est affectée par l'extraction de ce minérau. Les mines artisanales sont souvent la seule source de revenus des villages dans les régions isolées. Les mineurs ignorent tout de l'utilisation qui en est faite en bout de course.

blood coltan

En 2006, nous avions présenté un autre documentaire, Sanglant coltan du Congo,  produit par le Centre Pulitzer de reportages sur les crises consacré au coltan et à la crise au Congo RDC.

Global Post, de son côté, a publié  fin 2009 un reportage-photos bouleversant ainsi qu'un interview d'un mineur congolais de coltan, dont l'histoire pourrait être celle de n'importe quel autre mineur de coltan :

Tristan McConnell, dans son article sur Global Post Les minéraux employés dans les téléphones mobiles financent un conflit meurtrier au Congo rappelle pourquoi nous devrions nous sentir concernés par ce conflit :

La nature apparemment éternelle et lointaine des guerres au Congo les rendent facile à ignorer…

C'est à dire, jusqu'au moment où vous réalisez que le téléphone sophistiqué avec connexion à Internet qui est dans votre poche, ou la console de jeux vidéo qui vous aide à passer les moments d'ennui contiennent à l'intérieur des petits fragments provenant de l'est du Congo.

Jonathan Gosier, boursier du programme TED, décrit sur Appfrica les recoupements entre les informations cartographiées par l'outil de suivi de crise Ushahidi et les cartes des régions où le coltan est exploité, soulignant un indéniable chevauchement des deux cartes.

coltanmap

Dans le graphique ci-dessus, les zones rouges représentent les signalement de violences sur le site drc.ushahidi.com tandis que les zones bleues illustrent les zones d'exploitation du coltan

Le coltan n'est pas exploité uniquement en République Démocratique du Congo, même si le pays compte parmi les principaux producteurs.  Jonathan Gosier donne quelques exemples de mesures prises par les compagnies utilisant du coltan dans leurs produits pour s'assurer qu'elles ne contribuent pas à financer les conflits armés :

Beaucoup des sociétés les plus importantes au niveau mondial utilisent du coltan dans les produits électroniques de grande consommation que nous utilisons tous les jours (Wii, Playstation, iPhone, ordinateurs, etc). depuis le début des années 2000, la plupart ont adopté des mesures pour que la plus grande partie du coltan utilisé ne provienne pas du Congo. Les noms de quelques unes de  ces sociétés : Apple, Intel, Hewlett-Packard, Sony, Nokia, Nintendo.

Une opinion bien différente sur le marché du coltan acheté au Congo (RDC) peut être lue sur le blog Conflict Minerals :

Une fois le coltan travaillé et transformé, il est vendu à des sociétés comme Nokia, Motorola, Compaq, Alcatel, Dell, Hewlett-Packard , IBM, Lucent, Ericsson et Sony où il est utilisé dans une large gamme de produits courants, allant des téléphones mobiles aux puces d'ordinateurs et aux consoles de jeux-vidéo.

D'autre pensent que même si le conflit armé et les minéraux sont liés, la stratégie visant à présenter les minéraux comme l'unique source de conflits au Congo et à travailler uniquement sur cette hypothèse est biaisée. C'est l'opinion que l'on peut entendre dans la vidéo suivante , intitulée Demandez à l'Africain : Kambale Musavuli, de l'organisation Amis du Congo :

Que peut-on VRAIMENT faire autour du coltan ? En ce moment, il semble que des campagnes entreprises pour informer les producteurs d'objets électroniques grand public et leur demander de s'assurer que le coltan qu'ils achètent ne finance pas un conflit obtiennent des avancées. Il est nécessaire également de rester vigilants  pour que l'histoire ne se répète pas. Cela devient particulièrement important aujourd'hui car en Colombie et au Venezuela, états frontaliers qui ont une histoire commune troublée et dont les présidents respectifs sont ennemis, on vient de découvrir du coltan, justement dans les régions frontalières.

6 commentaires

  • [...] Global Voices en Français » Congo (RDC) : La guerre du coltan est entre nos mains et dans nos téléphones mobiles 21 février 2010 http://fr.globalvoicesonline.org/2010/02/21/30236/ [...]


  • C’est une histoire étonnante, de faire crier quelqu’un. Au premier fois que j’ai écouté sur le coltan au Congo, je n’avais pas vraiment compris le message, parce que je savais uniquement de diamonds. “C’est quoi le coltan? Pas du cobalt? Diamond?”, j’avais pensé.

    Je savais rien du coltan avant de chercher sur l’internet et de voir quelques vidéos. Je pense qu’il y a aussi beaucoup de personnes qui, comme moi, ne le connait pas. C’est une histoire qui mérite connaissance, pour dénoncer ce qui se passe là-bas.

  • [...] Mais les groupes armés ne sont pas les seuls responsables de cette situation. Les multinationales qui participent à l’extraction du minerai au Kivu sont aussi à blâmer, car elles financent indirectement la guerre par les taxes payées aux groupes armés rebelles et réguliers qui maîtrisent les mines de la région. Des compagnies européennes assurent également le transport du coltan vers l’Europe, à l’image de SDV Transintra, qui appartient Groupe français Bolloré – lequel figure aujourd’hui parmi les 500 premiers groupes mondiaux, et dont le propriétaire Vincent Bolloré peut se vanter d’une fortune personnelle de 4 milliard de dollars. Parlons également de ces entreprises qui réalisent des bénéfices colossaux grâce à la vente de téléphones mobiles et d’autres appareils électroniques. Ces entreprises sont accusées par l’ONG Global Witness de ne «  pratiquement rien faire pour s’assurer que les composants de leurs produits ne proviennent pas de régions contrôlées par des groupes armés « . Pour leur défense, certaines d’entre elles affirment que leurs chaînes d’approvisionnement sont tellement complexes qu’il est impossible de les suivre, à quoi de nombreuses ONG ainsi que les Nations Unies ont répondu que cet argument n’est pas valable. Quelques entreprises s’assurent toutefois que le coltan qu’elles utilisent ne provienne pas du Congo, telles que Apple, Intel, Hewlett-Packard, Sony, Nokia ou Nintendo. [...]


  • [...] Global Voices en Français » Congo (RDC) : La guerre du coltan est entre nos mains et dans nos tél…. [...]


  • Pingback: AJDH TSHANGU

    [...] Mais les groupes armés ne sont pas les seuls responsables de cette situation. Les multinationales qui participent à l’extraction du minerai au Kivu sont aussi à blâmer, car elles financent indirectement la guerre par les taxes payées aux groupes armés rebelles et réguliers qui maîtrisent les mines de la région. Des compagnies européennes assurent également le transport du coltan vers l’Europe, à l’image de SDV Transintra, qui appartient Groupe français Bolloré - lequel figure aujourd’hui parmi les 500 premiers groupes mondiaux, et dont le propriétaire Vincent Bolloré peut se vanter d’une fortune personnelle de 4 milliard de dollars. Parlons également de ces entreprises qui réalisent des bénéfices colossaux grâce à la vente de téléphones mobiles et d’autres appareils électroniques. Ces entreprises sont accusées par l’ONG Global Witness de ne «  pratiquement rien faire pour s’assurer que les composants de leurs produits ne proviennent pas de régions contrôlées par des groupes armés « . Pour leur défense, certaines d’entre elles affirment que leurs chaînes d’approvisionnement sont tellement complexes qu’il est impossible de les suivre, à quoi de nombreuses ONG ainsi que les Nations Unies ont répondu que cet argument n’est pas valable. Quelques entreprises s’assurent toutefois que le coltan qu’elles utilisent ne provienne pas du Congo, telles que Apple, Intel, Hewlett-Packard, Sony, Nokia ou Nintendo. [...]


  • [...] La guerre du coltan est entre nos mains et dans nos téléphones mobiles En 2006, nous avions présenté un autre documentaire, Sanglant coltan du Congo , produit par le Centre Pulitzer de reportages sur les crises consacré au coltan et à la crise au Congo RDC. Global Post , de son côté, a publié fin 2009 un reportage-photos bouleversant ainsi qu'un interview d'un mineur congolais de coltan, dont l'histoire pourrait être celle de n'importe quel autre mineur de coltan : Pour commencer, le site ConflictVoice conseille de regarder Blood Coltan , un documentaire (en français) de 52 minute de Patrick Forestier. [...]


Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues