Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

France : Les fables d'un magazine sur la polygamie chez les familles d’origine étrangère

Le Point, heddomadaire français d’information générale a été victime d’un “militant” de la nouvelle espèce qui s'insurge sur le portrait que l'on donne aux habitants des cités d’origine étrangère. Dans un billet, LE POINT, un magazine engagé, le blog l'offusqué raconte :

On fera court mais clair. Dans le numéro 1895 du magazine LE POINT intitulé Ce qu'on ose pas dire, dont le directeur de publication n'est autre que le journaliste le plus courageux de France, Franz-Olivier Giesbert, on peut trouver un article intitulé : Un mari trois épouses. Cet article était censé clouer au piloris les affreux polygames français dont le nombre est en perpétuel croissance et les allocations frôlent l'indécence.

Le scan de la diversité poursuit :

Mais il se trouve que le principal article du dossier, basé sur le témoignage d'une supposée femme de polygame, ne repose sur aucune réalité. En effet, le témoignage recueilli par  Le Point est celui de “Bintou”, âgée de 32 ans, troisième femme d’un Français d’origine malienne, ayant huit enfants dont l’un est en train de mal tourner. Le journaliste n'a jamais rencontré Bintou qui n'existe pas. Pourquoi ?

CCM nous révèle une pratique des journalistes français qui enquêtent sur les Français d’origine étrangère de milieux modestes ; dont beaucoup vivent en banlieue : Journaliste en banlieue et correspondant de guerre, même combat ? En effet, le journaliste a fait appel à un « fixeur » car pour certains, faire un reportage en banlieue c'est comme partir en envoyé spécial à Bagdad :

Le Point s'est fait piéger par un “fixeur”. Vous avez dit “fixeur” ? … « Fixeur », un mot jusqu'ici réservé aux « guides-interprètes » assistant les journalistes en Irak et en zone de guerre en général, comme l'expliquait L'Express dans un reportage consacré à ces hommes et femmes de l'ombre, signé Marc Epstein en 2005.

La presse manipulante et manipulée raconte :

La dernière livraison du site d’information Arrêt sur images recèle un joyau : comment un “fixeur” (personne indispensable pour un journaliste qui veut pénétrer une zone ou un milieu jugé dangereux) prend au piège un journaliste du très “respectable” hebdomadaire Le Point : ce dernier cherchait à rédiger un article sur les “polygames de banlieue”, sujet bien gras pour accentuer la stigmatisation de ces gens venus d’ailleurs. Ce fixeur, le jeune et très audacieux Abdel, lassé de la mauvaise image des ”cités” amplifiée par les medias, s’est fait passer par une épouse de polygame. Il faut regarder cette vidéo car elle est extrêmement drôle.

Voici comment le journaliste d’@si a présenté la vidéo et l’article sur Twitter :

dan_asi « Le Point piégé : la femme du polygame s'appelait… Abdel (article + vidéo). http://fwd4.me/gz4 #exclu :-) »


Le Point en flagrant délit de bidonnage – @si
Uploaded by asi. – Watch the latest news videos.

Le sociologue Eric Fassin a profité de ce canular pour démontrer dans un article « Polygamie : «Le Point» et la fabrication sociologico-médiatique d’une panique morale » alors qu’il n’existe qu’un seul chiffre vérifié dans ce domaine,

… l’échantillon donne 65 enfants issus d’un père polygame pour 4 439 adolescents – soit moins d’1,5%.

comment les journalistes et une partie de la société française en sont arrivés à croire que beaucoup de familles qui vivent en banlieue sont polygames alors qu’au Sénégal (dont sont issues une bonne partie d’entre-elles) on peut trouver l’information ci-dessous dans un article traitant de la polygamie :

Selon une enquête sur les ménages sénégalais, publiée en 2004 par l’Institut de la statistique et de la démographie du Sénégal, …. 6,6% des femmes à Dakar en 2002 contractaient ce type d’union. Elles représentaient le double en milieu rural.

Tout ceci pour nous dit-il :

Aujourd’hui, le discours a pris forme, … : le problème de la famille polygame, c’est qu’elle serait cause de délinquance.

Au Sénégal, les réactions sur l'impact de la polygamie sur la société sont minimes et les avis sont partagés. La section commentaire du blog Chez Gangoueus offre un échange détaillé sur les effets de la polygamie au Sénégal.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues