Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Côte d'Ivoire : Suite à l'échec de la médiation, le pire est-il à venir ?

Avec la mise en place d'un panel réunissant 5 chefs d'État de l'Union Africaine, on a cru un instant que la crise ivoirienne connaîtrait une accalmie. Mais hélas, cette médiation que d'aucuns qualifiaient de “rencontre de dernière chance” semble avoir échoué. Depuis la rencontre de Addis-Abeba, les représentants de Laurent Gbagbo au sommet ont rejeté les conclusions du panel.

“Nous avons estimé que c'est une proposition inacceptable”, a déclaré le président du Front Populaire Ivoirien (FPI), Pascal Affi N'Guessan. “Malheureusement, nous avons constaté que le panel de haut-niveau s'est contenté de reprendre ce que nous savons déjà. Le panel est dans l'incapacité de nous donner les arguments qui fondent cette décision.”

Cette position de Laurent Gbagbo parait surprenante, vu l'enthousiasme avec lequel il avait applaudi la décision du 16ème Sommet de l’Union Africaine de créer un panel de cinq chefs d’Etat, à charge pour eux de trouver une issue pacifique à la crise post-électorale en Cote d'Ivoire. Il l’avait même accueilli comme une victoire, vu qu'il avait déjà souhaité la création d’un comité international de haut niveau qui devait se rendre en Côte d’Ivoire pour mener des investigations pour «découvrir la vérité sur le déroulement des élections» et même évaluer tout le processus électoral.

Mais qu'a bien pu proposer le panel pour énerver ainsi le camp Gbagbo ?

Le Panel est arrivé à la conclusion de la victoire de M. Alassane Ouattara et propose la formation par celui-ci d’un gouvernement d’union nationale. Le premier ministre, les ministres de la Défense et de l’Intérieur devront être nommés dans le cadre du Cadre Permanent de Concertation( CPC), des  accords de Ouagadougou.

Le panel recommande également la mise en place d’un Conseil National (CS) de sécurité pour la formation de la nouvelle armée. Les chefs d’État ont aussi proposé des réformes institutionnelles pour l’organisation des élections législatives et suivantes à venir. Il a été par ailleurs décidé de la mise en place d’un Haut Conseil de la République devant œuvrer à la réconciliation nationale entre les fils et filles de la Cote d’Ivoire. Pour que tout ceci se mette en place, ils ont demandé au Conseil Constitutionnel de procéder à l’investiture d’Alassane Ouattara et que celui-ci offre des garanties au président Laurent Gbagbo.

Après avoir entériné ces propositions du Panel, le Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine a demandé au président de la Commission de l’UA, M. Jean Ping de nommer un haut représentant chargé de suivre sur place l’implémentation des résolutions, tout en se disant prêt à envisager toutes les mesures pertinentes et nécessaires pour faire appliquer et respecter les décisions prises.

Ces mesures n'étant pas du goût de Laurent Gbagbo,  à Abidjan, les jours qui ont suivi ont été mis à profit par les média pro Gbagbo pour préparer l'opinion nationale à un rejet total des décisions de l'Union Africaine.  Ainsi la secrétaire nationale de l’Organisation des femmes du Front populaire ivoirien (Offpi), Marie-Odette Lorougnon dans une déclaration à la presse dénonce :

l’incapacité des pays Africains «à se démarquer des injonctions de la France et des Usa » pour piétiner la Constitution ivoirienne

Selon elle :

la décision du panel d’entériner la victoire de M. Ouattara Alassane ne repose sur aucun fondement. « En le proclamant élu, sur la seule base de la certification de M. Choi, le panel a manqué d’objectivité et de courage…Il a montré l’incapacité des organisations africaines à prendre leurs responsabilités et le refus d’une certaine Afrique de grandir, de prendre sa liberté, son indépendance et d’acquérir sa souveraineté »

Cette déclaration sera reprise plusieurs fois sur les antennes de la RTI (Radio Télévision Ivoirienne) et le compte Twitter de la télévision ivoirienne en fait mention

Déclaration de l'OFFPI relative à la décision du Panel de l'UA. – RTI 1ere -http://t.co/V3HISrG
Après le rejet des conclusions de la négociation de la dernière chance, Alassane Ouattara dans un discours au ton apaisé à la télévision le 15 mars 2011,lance un appel à son rival Laurent Gbagbo:
Au président Laurent Gbagbo, je voudrais dire qu'il est temps, dans l'intérêt supérieur de la Nation, qu'il accepte de se conformer à la volonté des Ivoiriens et aux décisions de l'Union africaine. Il doit comprendre qu'il s'agit-là, pour lui-même et pour ses proches, de la dernière chance pour une sortie pacifique et honorable. Sa responsabilité est personnellement engagée.
Le président sortant Laurent Gbagbo renoncera à prononcer un discours annonce à la télévision le jeudi 17 mars 2011. En lieu et place, le vendredi 17 mars son porte parole proposera une offre de dialogue ivoirien et appelle les “rebelles” à déposer les armes.
Le camp Ouattara refusera cette offre de dialogue et  Ali Coulibaly, conseiller diplomatique  déclare:

Gbagbo essaie d'endormir la conscience des gens », « sa parole n'a aucune espèce d'importance ». « Que signifie une issue pacifique ? On veut que Gbagbo parte c'est tout », « M. Gbagbo a accepté de négocier une issue pacifique de la crise, sans condition préalable »

Charles Blé Goudé, leader of Ivorian Student Federation of Cote d’Ivoire (FESCI), allied with FPI, the party of controversial officiating president Laurent Gbagbo, held a meeting in popular quarter Marcory in Abidjan-Marcory. Ivory Coast. 21/12/2010

Charles Blé Goudé, leader de la Fédération des Étudiants de Côte d'Ivoire (FESCI) et allié du FPI lors d'un meeting à Marcory, Abidjan, fin 2010. Photo par Stephane Meisel du site Demotix.com

Dans ce contexte le leader des jeunes patriotes Charles Blé Goudé lance un “appel historique” le samedi 19 mars 2011 au cours d'un meeting tenu à Yopougon.  Le compte twitter officiel de Laurent Gbagbo relaie le message:
L’heure est grave : Blé Goudé appelle les Jeunes patriotes à aller s’enrôler dès ce lundi à l’Etat-major des Arméeshttp://fb.me/XYjCkQyd
Lors de cette intervention, le ministre de la rue  annonce:
“Je demande à tous les jeunes de Côte d'Ivoire qui se sentent aptes, qui sont prêts à mourir pour leur patrie, qui ne supportent plus l'humiliation que subit la Côte d'Ivoire, de se rendre dès lundi à 07H00 (locales et GMT) à l'état-major pour se faire enrôler dans l'armée afin de libérer la Côte d'Ivoire de ces bandits”
Cet appel sonne la fin de la lutte aux mains nues que Blé Goudé revendique depuis longtemps contre les “forces d'occupation” (les casques bleus de l'ONUCI et la Force Licorne):
J'ai fait le choix de la résistance aux mains nues, je suis en train de me rendre compte qu'on veut m'obliger à changer de ligne. On veut m'obliger à faire ce que je n'ai pas envie de faire
Cet appel de Charles Blé Goudé qui contraste avec l'offre de dialogue de Laurent Gbagbo inquiète de nombreux ivoiriens à l'instar de @Marie0531:
#Gbagbo‘s conflicting messages:Willing to hold talk with rival and then belies supporters to neutralize the opposition.#CIV2010 Pick one
Les messages contradictoires de Gbagbo : prêt à entamer des pourparlers avec son rival, puis dément les supporters pour neutraliser l'opposition. Faites votre choix
Mais pour de nombreux Ivoiriens et observateurs, cet appel est un grand pas franchi sur le chemin vers la guerre civile en Côte d'Ivoire. Pour @nicocerise :
Blé Goudé prévoit d'envoyer à la mort des jeunes patriotes. lundi est une journée fatidique pour la #civ2010 l'heure est gravissime
Cet appel fait par un civil en l'absence des responsable militaires soulève aussi des questions dans les tweets de @woizo_sp :
Lappel au 2e enrôlement se fait sans la présence de MANGOU lors du meeting de BLE GOUDE et mieux se fera a la GR (Garde Républicaine).La vérité va sortir#civ2010
Le pire est-il à venir ? Va t-on assister à des affrontements de civils en Côte d'ivoire ? Recruter et armer des jeunes volontaires effraie et rappelle les interahamwe (milices) dans le génocide rwandais de 1994. Même si les tueries n'auront pas la même ampleur, il faut craindre des attaques massives de civils

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.