Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Macédoine : Le prix de l'essence continue à grimper

La hausse continue du prix des carburants préoccupe vivement les Macédoniens, dont certains recourent à l'humour pour apaiser la tension. C'est une instance de régulation qui fixe les prix, et de plus en plus d'internautes s'insurgent contre le fait que l'Etat s'en réserve la part du lion, étouffant la croissance du secteur privé.

Sur son blog, Zoriv a publié des comparaisons de prix des dérivés pétroliers en Macédoine, aux USA et dans l'UE [en macédonien], et a aussi calculé combien de carburant peut acheter le salaire moyen dans divers pays [en macédonien]. (Si les deux billets sont écrits en macédonien, les tableaux comparant les pays sont en anglais et aisément compréhensibles.)

Ainsi, d'après Zoriv, la Lettonie a l'essence la moins chère d'Europe (1,20 €), et la Norvège, la plus chère (1,94 €). Les consommateurs de Macédoine la paient 1,40 €. Alors que la justification officielle de la hausse des prix des carburants est toujours les nouveaux prix du brut, Zoriv insiste sur le facteur principal de formation du prix final : les droits d'accise qui alimentent directement les budgets publics dans les pays aux prix les plus élevés (Norvège, Pays-Bas, Italie, Royaume-Uni et Grèce). Et de préciser :

En Macédoine, par exemple, le total des taxes s'ajoutant à la marge bénéficiaire des distributeurs constitue environ 70% du prix (Journal Officiel de la République de Macédoine, n°. 138/09 et 52/11). La différence entre la Macédoine et les pays de l'UE, à part les niveaux de salaire qui ne peuvent être comparés, c'est la tragique réalité faisant que même la hausse la plus ténue des prix des produits pétroliers affecte l'existence matérielle personnelle de chaque citoyen de Macédoine. Les derniers chiffres font apparaître que la consommation de carburants a diminué de 30% [en macédonien]. La hausse des prix des carburants amène une spirale de hausse pour toutes les autres dépenses de la vie, pendant que les budgets familiaux baissent sévèrement.

Le gouvernement macédonien a provisoirement aboli l'accise avant les élections de juin 2011, pour la réinstaurer plus tard, augmentant les prix [en macédonien] en août.

En calculant combien de carburant un Macédonien peut acheter avec un salaire moyen, Zoriv a voulu éclairer les disparités de revenus : aux Etats-Unis, on peut acheter 4.296 litres d'essence avec un salaire mensuel moyen. En Europe, les champions sont la Suisse (3.441 l), le Luxemburg (3.439 l), et l'Allemagne (3.075 l). En queue de peloton on trouve la Macédoine (243 l) et l'Albanie (194 l), avec un “rapport catastrophique de 1/14″ comparé aux pays “riches” de tête.

Selon l'édition 2010 de l'annuaire des 200 plus grandes sociétés de Macédoine, préparé et publié par l'Euro Business Center – Skopje, les deux plus grandes entreprises du pays sont le raffineur exclusif OKTA (propriété d'intérêts grecs, privatisé lorsque le Premier Ministre actuel Gruevski était ministre des Finances) et le plus gros distributeur de produits pétroliers Makpetrol, avec des chiffres d'affaires respectifs de 512 et 350 millions d'euros.

Les perspectives d'avenir semblent moroses. Selon le rapport du PNUD, “Evaluation de l'impact économique du changement climatique,” la Macédoine est confrontée à de nombreux autres difficultés dans le secteur énergétique.

Les utilisateurs des médias sociaux ont partagé diverses sortes de chiffres en rapport avec la hausse des prix des carburants, comme ce tableau [en macédonien] qui montre les éléments qui constituent ces prix :

Eléments des prix des carburants, en denars macédoniens (prix à la raffinerie, compensation écologique, réserves d'Etat, frais de transport, marge, accise et TVA).

Ils ont aussi publié un éventail de réactions aux développements en cours en la matière, et ce sont les réponses humoristiques qui ont été les plus reprises, comme cette blague : “Vous voulez sortir votre petite amie dans un endroit cher ? – Emmenez-la dans une station d'essence !” Ce qui fait bien rire dernièrement, c'est ce mème, genre démotivation, qui met en scène le président yougoslave décédé Josip Broz Tito et une brève citation supposée de lui, en croate :

Tito advises on gasoline

Photo de Tito et citation supposée : Vous dites que l'essence est devenue plus chère ? Pourquoi ne pas passer un accord avec les pays Non Alignés ?

Pendant la guerre froide, Tito était connu pour chercher un équilibre entre les blocs de l'Est et de l'Ouest, avec la Yougoslavie faisant office de tampon, pour le bénéfice commercial de son peuple. En 1961, il co-fonda le Mouvement des Non-Alignés, qui comprenait de nombreux pays producteurs de pétrole, ce qui lui valut des conditions d'achats favorables. On lui attribue ce célèbre mot politico-économique (dans le Lexique de la mythologie yougoslave) : “Le blé que nous avons reçu des Américains est largement supérieur en qualité à celui que les Soviétiques n'ont pas livré.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues