Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Bahreïn : Le Grand Prix de Formule 1, indifférent aux violences

A Bahreïn s'est déroulé aujourd'hui 22 avril le Grand Prix de Formule 1, malgré les manifestations massives [en anglais, comme les liens suivants] qui ont précédé la compétition. Les protestataires voulaient attirer l’attention étrangère sur la situation des droits de l'homme [pdf] à Bahreïn, et l'aggravation de l'état de santé du militant incarcéré Abdulhadi Alkhawaja, en grève de la faim depuis le 8 février 2012.

Le Grand Prix avait été annulé en 2011 à cause des troubles politiques dans le pays. La décision avait été prise de le maintenir cette année, malgré la poursuite de l'agitation. Les jours précédents, le pouvoir avait tout fait pour réduire l'ampleur des manifestations, et refusé l'entrée à de nombreux journalistes étrangers. Dans les échauffourées les policiers ont tiré des grenades lacrymogènes et assourdissantes sur les manifestants, et l'un d'eux, Salah Abbas Habib, a été retrouvé mort.

La vidéo ci-après de Al Wefaq Society montre une marche géante de l'opposition le 20 avril :

La tension est forte, avec une présence policière massive dans tout le pays. Le journaliste de Formule Un Ian Parkes a écrit au matin du 22 avril :

@ianparkesf1: Dernier jour du jeu ‘compter les véhicules de police’ qui se dirigent vers le circuit, le total final d'aujourd'hui est 86 !

Le 21 avril l'activiste Nabeel Rajab décrivait la situation à certains endroits de Bahreïn :

@NABEELRAJAB: De ma maison j'entends ambulance, hélicoptère, voiture de police et tirs mais les dirigeants de #F1 disent que tout va bien #Bahrain #GP London

Le Dr Fatima Haji (l'un des médecins traduits en justice pour avoir soigné les manifestants l'année dernière) a tweeté le 21 avril :

@drFatimaHj: Mon fils de 3 ans, mon mari et moi suffoquons dans notre appartement de Bani Jamra alors que les forces de sécurité tirent des lacrymogènes à Duraz!! #F1 #Bahrain

La vidéo ci-dessous de Qamar70 montre la police anti-émeute tirer des grenades lacrymogènes dans les rues de Saar le 19 avril :

Justin Gengler du blog Religion et Politique à Bahreï se demande si la décision de maintenir la course a eu l'effet contraire :

Si on cherche dans Google News “Bahreïn Formule Un,” on trouve que la proportion d'articles de presse négatifs (politiques) et positifs (sur la course) est de 4.082 pour 232, soit 17,5 pour 1. Avec une couverture pareille, les dirigeants de Bahreïn peuvent repenser leur analyse bénéfices-coûts.

Dans un autre billet, Justin Gengler donne une revue d'images sur la compétition de Formule Un, dont ce dessin de Carlos Latuff :

Boycotter la F1 à Bahrain. Dessin de Carlos Latuff.

La blogueuse Emily L. Hauser conteste que la tenue de la course ait été positive pour le pays :

Evoquant le fait que le Grand Prix de Formule Un se tiendrait dans son pays dimanche malgré un soulèvement d'une année où des manifestants ont été tués, gazés, emprisonnés et torturés, le Prince héritier Salman bin Hamad Al Khalifa a dit à la BBC qu’ “annuler la course ne fait que renforcer les extrémistes,” alors que son maintien peut servir de “force pour le bien.”

Une force pour le bien.

Une force pour le bien ?

Vous savez ce qu'est une force pour le bien ? La démocratie. Les droits de l'homme. La liberté et la justice. Ce genre de chose.

Barbelés posés autour du village de Qadam avant la course de F1. Photo sur Twitter de @Sajjad_Alalwi.

Mohammed Ashoor se demande ce qu'apportera le jour de la course :

@mohdashoor: L'horizon de #Bahrain est rempli de la fumée des pneus qui brûlent pendant que les équipes de #F1 se préparent à mettre leurs moteurs en marche. Ca sera une journée intéressante.

Le journaliste Javier Espinosa écrit :

@javierespinosa2: Nouveaux affrontements dans les villages comme Malkiya, Karzakan, Sadad et Damistan à #Bahrain avant le départ de la #F1

Le correspondant du Times pour le sport automobile, Kevin Eason, écrit :

@easonF1: Bonjour Bahreïn et l Royaume-Uni et les autres. En route vers le circuit du GP #bahrain GP pour une des courses les plus controversées de l'histoire de la F1

Reporters Sans Frontières (RSF) a réalisé cette vidéo sur la course :

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues