Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Soudan : Les femmes en première ligne de #SudanRevolts

Ce billet fait partie du dossier de Global Voices sur les révoltes au Soudan.

Alors que les manifestations de masse des Soudanais contre le régime entrent dans leur deuxième mois, la main de fer du pouvoir soudanais et de ses célèbres Services du Renseignement et de la Sécurité Nationale (NISS selon les initiales en anglais) continue à s'abattre sur la contestation montante.

Des milliers d'activistes soudanais restent sous les verrous, dont la figure de proue révolutionnaire sur Twitter, Usamah M. Ali (@simsimt), qui a été enlevé par le NISS il y a plus de trois semaines.

Vendredi 13 juillet 2012, les femmes du Soudan ont été en première ligne des manifestants pour réclamer la chute du régime et exiger la libération de tous les prisonniers politiques. Ce vendredi a été baptisé “Vendredi de Kandaka”, en référence aux courageuses femmes révolutionnaires du Soudan. Kandake (Candace) en langue kouchitique est le titre donné aux fortes femmes. C'est ainsi que les Kouchites désignaient leurs reines.

Le “Vendredi de Kandaka”, a valu à davantage de femmes d'être arrêtées, dans une tentative flagrante du NISS de moquer la journée dédiée aux femmes du Soudan, celle de Kandaka.

A sa remise en liberté, Aliah Khaled, qui était en garde à vue avec sa mère et sa soeur ce jour-là, a tweeté que les policiers avaient tiré des gaz lacrymogènes hors de toute mesure sur les manifestants.

@AliahKhaled: Je ne peux même pas compter les grenades tirées sur nous à ce moment. Des quantités grotesques & tirées au loin dans & et près de la mosquée. ‪#SudanRevolts

Elle ajoute :

@AliahKhaled: Je tenais la main de ma mère & à côté de l'entrée de la mosquée il y a eu une bombe lacrymogène à laquelle personne n'a pu échapper. ‪#SudanRevolts

Et encore :

@AliahKhaled: C'est la première fois que j'ai vu autant de gens crier de douleur à la fois & vomir sous l'effet du gaz lacrymogène. ‪#SudanRevolts

A propos de son arrestation :

@AliahKhaled: Quand nous sommes arrivées aux bureaux du #NISS à Omdurman, je n'oublierai jamais la vue du GRAND NOMBRE de jeunes gens arrêtés, assis face au mur

Elle note que le NISS moquait ouvertement le vendredi dédié à Kandaka :

@AliahKhaled: Les agents du #NISS‬ se félicitent mutuellement des arrestations & de l'arrivée de nouvelles détenues à leur QG. Ils moquent le nom Al Kandaka.

Zeinab Badreldine, dont le fils est détenu depuis trois semaines, a aussi été arrêtée par le NISS le Vendredi de Kandaka, en compagnie de sa fille. Elles ont été relâchées par la suite, mais son fils reste incarcéré. Elle fait partie des centaines de femmes, épouses, filles, soeurs et Soudanaises respectables à être harcelées, détenues et subir la pression émotionnelle du NISS.

S'ajoutant aux arrestations massives et au ciblage des femmes militantes et manifestantes, des cas de viols ont été rapportés ainsi que de blessures graves infligées à des femmes, comme Halima Hussein Omar, une étudiante de premier cycle à l'Université de Khartoum, qui a perdu un oeil en sortant du campus au moment d'une manifestation.

Sur fond de #SudanRevolts, dans les 2.000 personnes restent aux mains du NISS sans aucune charge ni accès à un avocat. Néanmoins, en dépit de la répression soutenue du pouvoir contre la contestation et l'insistance du président Omar Al-Bashir que la révolution soudanaise n'est ni une continuation du printemps arabe ni une réédition des deux précédents soulèvements du peuple soudanais, les internautes restent optimistes que le raz-de-marée contestataire finira par balayer le règne du Parti National du Congrès (le NCP).

Mighty Mo affirme que chaque Soudanais doit prendre sa part à la révolution, dont il prédit le succès :

@mighty_mo_1: Dans quelques années, on vous demandera où vous étiez pendant la révolution ? Quel rôle vous avez joué ? ‪#sudanrevolts

Et d'ajouter :

@mighty_mo_1: Nous sommes (et resterons) “détenus” jusqu'à ce que nous chassions le NCP ‪#sudanrevolts

Ahmad Mohamed a tweeté ses aspirations à une meilleure économie une fois renversé le NCP au pouvoir :

@AhmadMohamed10: on aura instantanément (pas de transition) une fois le NCP en allé : levée des sanctions, revenus pétroliers du Sud Soudan, investissement étranger ‪#SudanRevolts‬ ‪#Sudan

Le soutien à #SudanRevolts des internautes de pays voisins ne se dément pas, ainsi Aguil Lual Blunt qui tweete sur #KandakaFriday:

@AguilB: Les femmes des Soudans ont toujours joué dans l'histoire un rôle dont elles peuvent s'enorgueillir. En l'honneur d'Abuk, Ajoba, & la Kandake – SALUT aux femmes de #SudanRevolts

Enfin, depuis l'Egypte, @SudanRevoltsOrg nouvellement créée est animée par des activistes égyptiens convaincus que la révolution soudanaise a tout autant d'importance que celle de l'Egypte.

Ce billet fait partie du dossier de Global Voices sur les révoltes au Soudan.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues