Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tunisie : Un ancien conseiller du président Marzouki sous le coup d'un procès militaire

Ayoub Massoudi, un ancien conseiller du président tunisien Moncef Marzouki, risque un procès devant un tribunal militaire pour ses propos sur l'extradition de l'ancien premier ministre libyen, sous Kadhafi, Baghdadi Mahmoudi.

Craignant que Mahmoudi n'ait pas un procès équitable en Libye, le président Moncef Marzouki s'était opposé à l'extradition. Le gouvernement du premier ministre Hamadi Jebali n'en a pas moins renvoyé chez lui Mahmoudi le 24 juillet, sans en informer le président, qui ce jour là était en tournée dans le sud tunisien, accompagné de Rachid Ammar [chef d'état-major des forces armées tunisiennes] et Abdelkrim Zbidi [ministre de la Défense].

Dans un entretien télévisé, en date du 15 juillet, diffusé sur la chaîne privée Attounisia, M. Massoudi a qualifié la procédure d'extradition de “trahison contre l'Etat”, parce que Ammar et Zbidi qui “étaient au courant de l'extradition, de son jour et de tous les détails… n'ont pas pipé mot, et n'ont pas informé le Président qui est le commandant en chef.”

"Freedom to Ayaoub Massoudi" "the military is not a red line" photo via Nawaat.org

“Liberté pour Ayaoub Massoudi” “l'armée n'est pas une ligne rouge” photo via Nawaat.org

Le général Rachid Ammar ayant porté plainte contre lui, Ayoub Massoudi est poursuivi pour “atteinte à la dignité, à la réputation, et au moral de l'armée” et “accusation sans preuve d'un agent public”.

#FreeAyoub

Si Ayoub n'est pas emprisonné, il lui est interdit de voyager. Le 16 août, la police des frontières de l'aéroport tunisien de Carthage l'a empêché d'embarquer sur un vol pour rejoindre sa famille à Paris.

Chayma Mehdi tweete :

#AyoubMassouadi n'a pas été arrêté certes, n’empêche #FreeAyoub. Parce-qu’on est censé être libre de quitté ou non notre pays.

Malek Khadhraoui, rédacteur en chef de Nawaat.org, rapporte :

Ayoub Massoudi n'a reçu aucune notification au sujet de la plainte déposée contre lui par l'armée

“Trahison contre l'Etat” n'est pas “Haute Trahison”

Le blog collectif primé Nawaat.org a obtenu une copie de la déposition du général Ammar dans l'affaire Massoudi. Ramzi Bettibi (alias Winston Smith) rapporte [en arabe] :

يعترف الفريق أوّل رشيد عمّار أثناء إستجوابه في صدر شهادته أنّه كان على علم بقرار تسليم البغدادي المحمودي و أنّه لم يُبلغ بذلك رئيس الجمهوريّة.من جهة أخرى يظهر جليّا الخطأ الذي وقع فيه المُشتكي… إذ يزعم الجنرال عمّار الجنرال عمّار أنّه وُجّهت له تهمة “الخيانة العظمى” في حين أنّ المسعودي وجّه ولوزير الدفاع قبله تهمة “خيانة دولة”.
Pendant l'interrogatoire, le général Rachid Ammar a admis dans sa déposition qu'il avait été informé de la décision d'extrader Baghdadi Mahmoudi, et n'en a pas informé le Président. De l'autre côté, l'erreur commise par le plaignant est évidente… Le gal Ammar affirme qu'il a été accusé [par Massoudi lors de l'entretien télévisé] de “haute trahison”, alors que Massoudi l'a accusé, lui et le ministre de la Défense, de “trahison contre l'Etat”.

Bettibi ajoute :

محضر تأدية شهادة الجنرال رشيد عمّار باطل قانونا حسب مُحامي الدفاع نظرا لعدم تأديته القَسم قبل الإدلاء بشهادته، فهل مُنع المستشار السابق في رئاسة الجمهورية أيّوب المسعودي من السفر و الإلتحاق بعائلته في فرنسا أثناء عيد الفطر بسبب إجراء باطلٍ قانوناً ؟
D'après un avocat, la déposition du gal Rachid Ammar est juridiquement nulle parce qu'il n'a pas prêté serment avant de témoigner. L'ancien conseiller présidentiel Ayoub Massoudi a-t-il été interdit de voyager et de rejoindre sa famille en France pour les fêtes de l'Aïd à cause d'une procédure sans fondement juridique ?

Le procès reprendra la semaine prochaine

Protest staged outside the Tunis Military Court in support of Massoudi. Photo via Nawaat.

Manifestation de soutien à Massoudi devant le tribunal militaire de Tunis. Photo via Nawaat.

La deuxième audience dans l'affaire Massoudi s'est tenue le 22 août devant le tribunal militaire permanent, qui siège à Tunis. Le procès reprendra le 30 août. Nawaat indique sur sa page Facebook :

#freeayoub La deuxième audition de Ayoub Massoudi vient de s'achever. Le juge d'instruction militaire a décidé d'une 3e audition le 30 août 2012. Ayoub Massoudi y comparaîtra libre mais demeure sous le coup de l'interdiction de voyager

La démission d'Ayoub Massoudi

Il faut préciser qu'Ayoub Massoudi avait démissionné le 28 juin, après avoir été pendant dix mois le conseiller en chef pour les média du Président Marzouki. Une décision pour protester contre ce que Massoudi décrivait contre son “exclusion” des prises de décision dans le cabinet présidentiel.

Il a annoncé sa démission sur son blog, dans un billet titré “Je suis enfin libre” :

C'est en toute liberté et sans aucune contrainte ou pression que j'annonce cette démission, motivée par le respect immense que je voue à la Révolution tunisienne, aux martyrs, à l'Etat, aux tunisiens et à tous les contribuables qui payent mon salaire pour un métier que je n'exerce pas dans les faits. Pourtant, dieu sait combien j'ai essayé.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.