Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

L'Arménie rompt avec la Hongrie à cause de l'extradition d'un prisonnier vers l'Azerbaïdjan

[Les liens renvoient vers des pages en anglais]

L'Arménie a riposté au renvoi par la Hongrie dans son pays d'un officier de l'armée azerbaïdjanaise condamné pour le meurtre d'un militaire arménien, par la suspension de ses relations diplomatiques avec Budapest.

Le lieutenant Ramil Safarov, qui purgeait une peine de prison à perpétuité, avait avoué avoir tué le lieutenant Gurgen Margaryan, 26 ans, lorsque tous deux suivaient en 2004 un cours de langues de l'OTAN en Hongrie.

Le gouvernement hongrois a extradé Safarov après avoir été informé par le Ministère de la Justice d'Azerbaïdjan que sa peine de prison à vie continuerait à être exécutée.

Mais à en croire le blog Tamada Tales sur EurasiaNet, Safarov, qui avait décapité Markarian à la hache pendant son sommeil, n'est pas traité précisément comme un criminel :

Extradé de Hongrie, le lieutenant Safarov non seulement est libre de ses mouvements, mais se pavane devant les caméras.

A son arrivée à Bakou, il a évoqué ses souffrances “dans une prison d'un pays étranger” et remercié le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev de l'avoir grâcié.

Sa remise en liberté à provoqué une éruption de fureur en Arménie, où des tomates ont été lancées sur le consulat de Hongrie aux cris de “Honte, honte !” en arménien :

Tandis qu'apparaissaient des images de Safarov revenant en Azerbaïdjan :

@vgratian: C'est à vomir : #RamilSafarov honoré en Azerbaïdjan

Photo via Twitter/@vgratian

 

Et sur la page non officielle Facebook, du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a été changée en image de Safarov peu après :

@Haroutoin: les Azéris qui fêtent ouvertement la grâce du tueur à la hache Safarov, ça bouscule ma foi en l'humanité. #Armenia #Azerbaijan #Hungary

@KevorkO: La remise en liberté d'un meurtrier raciste est toujours dégoûtante. #Armenia #Azerbaijan #Hungary #Safarov

@remy_g: L’#Azerbaijan vient de déclencher mon facepalm de l'année…

Après la publication d'un communiqué de presse sur le site web du président arménien Serge Sargsyan suite à la remise en liberté, avec cet avertissement : “nous ne tolérerons pas cela et devons décider des mesures à prendre,” l'Arménie a rompu ses relations avec la Hongrie.

La Hongrie a affirmé que le gouvernement azerbaïdjanais lui avait menti en lui garantissant la poursuite de la peine de Safarov :

@ralakbar: #Hungary: “#Azerbaijan nous a menti” – BBC Azeri http://www.bbc.co.uk/azeri/azerbaijan/2012/08/120831_safarov_hungary.shtml … (mais c'est en azéri) #SouthCaucasus #Azerbaijan #Armenia

@Babken: Vraiment #Hungary? #Azerbaijan vous a menti ? Pathétique. C'est ce qui se passe dans une justice indépendante dans un Etat membre de l'UE ? #Safarov #Armenia

La querelle verse de l'huile sur le feu des nationalismes d'Arménie et d'Azerbaïdjan, qui sont toujours formellement en guerre dans le “conflit gelé” sur la région montagneuse du Haut-Karabakh, et affaiblit l'espoir que les deux pays puissent arriver un jour à un accord quelconque.

Cette remise en liberté et la discussion qui s'ensuit sur le meurtre ont réussi à faire revivre les crimes réciproques commis hier par les deux pays, et aussi la rhétorique sur ce que l'avenir réserve au Caucase du Sud, une zone gouvernée avant tout par le passé.

@TurallM: @GoldenTent Comment pouvez-vous être sûr que c'était un crime ? Oui, si c'était moi et qu'un type essayait d'humilier mon drapeau et insulter ma patrie je ferais de même

@arzugeybulla  @VusalAlisoy je sais que nous sommes en guerre. je sais que des innocents meurent. mais nous devons nous réconcilier. les atrocités ne font qu'apporter plus d'atrocités

Si une partie des échanges sur Twitter étaient polarisés, beaucoup se sont engagés dans une discussion faisant tomber d'accord les deux parties :

‏@arzugeybulla  @VusalAlisoy Nous avons hélas les mêmes gens opposés à la paix des deux côtés, et voilà pourquoi les gens comme moi sont appelés prostituée & traître

@Taniel_Shant  @arzugeybulla suis triste d'entendre cela, reste ferme, la haine ne peut pas infiltrer la vérité

@PhilGamaghelyan @arzugeybulla vous & quelques autres ont aidé tout le monde à voir la face humaine de l'Azerbaïdjan, qui est ternie par les semblables de @Cerrard113

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues