Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Les anarchistes grecs ont manifesté contre le racisme

Cet article fait partie du dossier de Global Voices sur l'Europe en crise.

Samedi 1er septembre, un défilé contre le racisme a parcouru le centre d'Athènes au départ de la place Monastiraki.

Des centaines de manifestants, en majorité des anarchistes, se sont rassemblés pour protester contre des événements récents, comme les agressions violentes et souvent mortelles contre des migrants [en grec] commises par des membres du mouvement d'extrême droite Aube Dorée, la mise au pilori des prostituées séropositives par la police, et l’opération de contrôles et de fouilles 'Xenios Zeus’ [qui cible en priorité les individus de couleur pour vérifier leurs papiers].

Demonstrators gathered in Monastiraki. Photo by author.

Les manifestants se rassemblent place Monastiraki. Photo de l'auteur.

Le cortège s'est rendu place Omonoia en passant par la rue Athinas avant de prendre fin à nouveau place Monastiraki. La police anti-émeute l'a empêché de descendre la rue Panepistimiou [qui conduit au Parlement grec], mais aucun incident ne s'est produit, si ce n'est quelques échanges verbaux entre des manifestants et des policiers.

Demonstrators in Omonoia Square. Photo by author.

Manifestants place Omonoia. Photo de l'auteur.

Demonstrators' banner reads: "Let's smash the fascists and police pogroms. May locals and refugees fight together". Photo by author.

Sur la banderole : “Ecrasons les fascistes et les pogroms policiers. Lutte commune des locaux et des réfugiés”. Photo de l'auteur.

Demonstrators blocked at Panepistimiou Street. Photo by author.

Les manifestants bloqués rue Panepistimiou. Photo de l'auteur.

D'autres manifestations ont eu lieu ensuite, organisées par différents collectifs de différentes opinions [en grec]. Dans la vidéo ci-après, on trouvera des instantanés des manifestations anti-racistes du 24 août à Athènes, en majeure partie avec le soutien des réfugiés :

La plupart des gens en Grèce, quel que soit leur bord politiques, ont cessé de se désintéresser du racisme. Le fascisme est désormais institutionnalisé en Grèce, avec l’entrée au parlement d'un parti néo-nazi.

Old man strongly protests. Photo by author.

Un vieil homme proteste énergiquement. Photo de l'auteur.

La société grecque comprend peu à peu que le racisme est une menace, et qu'il faut l'affronter.

Cet article fait partie du dossier de Global Voices sur l'Europe en crise.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues