- Global Voices en Français - http://fr.globalvoicesonline.org -

Madagascar se bat contre l'insécurité

Ecrit par Rakotomalala On 13 Septembre 2012 @ 14:54 | 2 Comments

In A lire, Afrique Sub-Saharienne, Anglais, Catastrophe naturelle/attentat, Droits humains, Français, Gouvernance, Guerre/Conflit, Madagascar, Médias citoyens, Photos, TYPE

[1]

Un marché annuel de Zébus à Ambalavao, Madagascar 52006) par looking4poetry (license creative commons)

Après la mort d'une centaine de personnes dans le Sud de Madagascar suite à des violences entre voleurs de zébus (dahalo) et éleveurs, le gouvernement a décidé de prendre des mesures de sécurité spéciales pour rétablir l'ordre. Les affrontements entre les dahalo et les éleveurs [2] sont un des symptômes de l'insécurité grandissante à Madagascar. Les internautes réagissent à ce problème d'insécurité qui affectent aussi bien les agglomérations urbaines que les populations rurales.

Justice populaire dans le sud.

Le problème d'insécurité est un problème récurrent à Madagascar qui s'est amplifié en crescendo depuis la crise politique. Pour pallier à ce problème, un plan national de lutte contre l'insécurité [3]a été mis en place en avril 2012. Le gouvernment a maintenant mobilisé l'armée dans la capitale et dans les régions affectées par le vol de betail.

Cependant cette première opération de sécurisation de la région du Sud fut loin d'être une réussite. Alain Rajaonarivony explique [4]:

La campagne militaire menée dans le bush du grand Sud contre les Dahalo au mois de juin et juillet 2012 avait été un désastre. Outre l’avantage du terrain, ces derniers étaient aussi bien équipés que les forces de l’ordre, et le manque d’hélicos s’était fait cruellement ressentir. Les militaires se sont surtout fait remarquer, non pour leurs prouesses au combat mais pour leurs exactions, en brûlant les villages susceptibles de servir de base de soutien aux Dahalo.
Concernant les 4 hélicoptères achetés par la Transition, la réponse d’un officier supérieur, – «…Les pilotes malgaches refusent de conduire ces engins» -, a le mérite d’être claire.

Mais devant l'incapacité des forces de l'ordre à enrayer les actions des dahalos, les villageois du sud de Madagascar ont décidé de se rendre justice eux-mêmes, tuant 67 personnes qu'il suspsectaient être impliquées dans ces vols [5].

Les mesures supplémnentaires prises par le gouvernement [6] suite à ces règlements de compte sont décrites par Alain Iloniaina dans AllAfrica. Celles-ci consistent à mobiliser différentes branches de l'armée pour un budget initial estimé à “3 milliard de francs”.

Mais encore faudrait-il pouvoir identifier ces dahalos en question. Citoyenne Malgache explique pourquoi cela ne sera pas une tâche aisée [7]:

auto-défense ou pas, la vraie question est « se défendre contre qui ? ». Comme le mentionne le Dinan’Anosy, les voleurs font partie de la communauté et sont connus par la population. Mais les vols sont souvent organisés par des réseaux de commercialisation clandestins. Ceux qui possèdent un important troupeau s’associent d’une façon ou d’une autre avec les voleurs pour protéger leur troupeau. Et même si le fokonolona repère des bœufs volés sur le marché, les receleurs remis à la justice sont vite relâchés. Avec la reprise récente des exportations des bœufs sur pieds après 10 années de prohibition, il fallait aussi s’attendre à un accroissement du grand banditisme.

Pourtant une personne semble crystalisée l'ineffacité des actions menées contre les dahalos à ce jour: Remenabila, une personnalité devenue quasi-mythique [8] par sa capacité à échapper aux forces de l'ordre:

Remenabila, un homme de plus de 70 ans, est officiellement recherché par la police depuis le mois de juin. Sa tête est même mise à prix à 35 000 € pour qui le livrera « mort ou vif » . Mais personne n’a encore osé le dénoncer ou l’arrêter. « Derrière lui se cachent de hauts responsables politiques d’Antananarivo qui ont le bras long. Il est bien protégé »,  confie, sous le couvert de l’anonymat, un observateur européen de la société malgache.

[9]

Portrait de Remenabila tiré du compte twitter (parodie) crée à son nom: https://twitter.com/remenabila (avec permission)

Insécurité généralisée

Le Sud n'est pas la seule région à vivre sous le spectre de l'insécurité. Les amabassades étrangères alertent leurs ressortissants [10] sur les vols à l’arrachée, attaques physiques, cambriolages ou encore enlèvements.

Si les crimes semblent être ciblés sur les ressortissants étrangers, les criminels ne sont pas toujours faciles à identifier. Marc note les circonstances surprenantes [11] de ce vol à l'aéroport d'Ivato. Une ressortissante chinoise a déclaré que 4.000 euros ont disparu de ses bagages lors de la fouille sur le parking de l'aéroport. Mais leur supérieur est intervenu en précisant que ses éléments ne se livraient aucunement à des actes de ce genre et les voleurs n'ont pas été arrêtés.

Le reste du pays n'est pas épargné  [12] :

Il ne se passe pas une semaine sans que les journaux ne relatent des faits de violences dans la capitale Antananarivo. Toutes les couches de la population, des plus aisées aux plus modestes, sont victimes de ce fléau. Meurtres, agressions, vols à mains armés sont monnaie courante depuis trois ans,date de l’éclatement de la crise politique.

Alors quelles solutions face à l'insécurité ? Andry Rajoelina, président de la transition,  cite une manoeuvre de déstabilisation politique [6] avec le problème daholo dans le Sud.  Mathieu Pellerin, chercheur à l'IFRI, pense plutôt que les enjeux financiers priment sur les intérêts politiques:

Si la possession d’un zébu est traditionnellement synonyme de puissance, les vols de zébus par des bandes organisées parrainées par des politiques sont motivés par l’intérêt pécuniaire qui découle de la revente et de l’exportation des bovidés

 


Article printed from Global Voices en Français: http://fr.globalvoicesonline.org

URL to article: http://fr.globalvoicesonline.org/2012/09/13/121151/

URLs in this post:

[1] Image: http://www.flickr.com/photos/looking4poetry/273427172/

[2] Les affrontements entre les dahalo et les éleveurs: http://fr.globalvoicesonline.org/2012/09/11/121465/

[3] plan national de lutte contre l'insécurité : http://www.rfi.fr/afrique/20120406-madagascar-lance-plan-national-lutte-contre-insecurite

[4] explique: http://alainrajaonarivony.over-blog.com/article-madagascar-guerre-des-dahalo-et-minerais-strategiques-109938927.html

[5] se rendre justice eux-mêmes, tuant 67 personnes qu'il suspsectaient être impliquées dans ces vols: http://www.bbc.co.uk/afrique/mobile/region/2012/09/120902_mada_cattle_raiders.shtml

[6] mesures supplémnentaires prises par le gouvernement: http://fr.allafrica.com/stories/201209120617.html

[7] explique pourquoi cela ne sera pas une tâche aisée: http://www.madagascar-tribune.com/Dahalo-ou-pas-dahalo,17911.html

[8] Remenabila, une personnalité devenue quasi-mythique: http://www.humanite-biodiversite.fr/doc/madagascar-connait-une-vraie-guerre-du-zebu

[9] Image: https://twitter.com/remenabila

[10] alertent leurs ressortissants: http://www.zinfos974.com/La-France-solidaire-de-Madagascar-dans-la-lutte-contre-l-insecurite_a39070.html

[11] circonstances surprenantes: http://matv.mg/?p=2229

[12] pas épargné : http://www.afrik.com/article25430.html

Copyright © 2008 en français. All rights reserved.