Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

De la douleur d'avoir un handicap physique ou mental au Pakistan

(Sauf mention contraire, tous les liens sont en anglais) Dans ce monde où tous aspirent à la perfection, nombreux sont les laissés pour compte dans cette impitoyable course existentielle. Être atteint d'un handicap physique ou mental au Pakistan est une expérience très douloureuse car la société a énormément de mal à accepter les personnes un tant soit peu différentes, qui ont besoin d'une petite attention particulière. Généralement, ils sont tellement évités qu'ils se sentent marginalisés.

Tout d'abord en raison du manque d'accessibilité. Au Pakistan, moins de 10 % des bâtiments, restaurants et espaces publics possèdent des rampes ou autres aménagements pour les personnes invalides. Erum Sangji, responsable d'approvisionnement en vêtements à Karachi, nous raconte les difficultés rencontrées par sa nièce autiste en ce qui concerne le manque d'accessibilité :

Furhan Hussain commente sur Twitter :

@FurhanHussain : Veuillez noter que les écoles et universités ne favorisent aucunement la prise de conscience de la jeunesse en ne fournissant ni de rampe ni d'installation pour faciliter l'accès dans les campus.

Disabled protesters set a wheelchair on fire during demonstrations against social welfare cuts

Des manifestants handicapés ont mis le feu à une chaise roulante lors de mouvements contre les coupes budgétaires dans la sécurité sociale et en faveur de quotas spéciaux d'emplois, pendant la Journée internationale du Handicap. Hyderabad, Pakistan. Image de Rajput Yasir. Copyright Demotix (3/12/2011)

Bisma Askari, un architecte qui travaille à Karachi, affirme :

bismAskari : Il existe un minimum d'infrastructures basiques telles que les rampes, le problème est que les dimensions sont erronées. Une rampe pour chaise roulante devrait avoir un coefficient de 1/10 afin d'en rendre l'usage confortable (prenez par exemple les passerelles piétonnières à sharah e faisal). Désormais, seuls les centres commerciaux tels que Dolmen ou Portgrand possèdent des accès pour chaise roulante mais le revêtement du sol à Portgrand n'est pas pratique pour les chaises roulantes, de plus il est impossible d'accéder aux magasins en raison des marches.

Samra Muslim raconte :

@samramuslim : @faisalkapadia et les personnes âgées, c'est comme “pourquoi tu veux sortir, tu es vieux et mourant”… Ainsi est notre triste mentalité…

À ce manque d'infrastructure dans le système scolaire, il convient d'ajouter un autre obstacle de taille : les préjugés sociaux auxquels est confrontée toute personne souffrant d'un handicap physique ou mental au Pakistan.

Taimur Mirza, un fervent et enthousiaste aventurier qui élève un fils handicapé âgé de 23 ans, Shehryar, nous explique :

Ameenah ne note aucune participation de l'État :

@ameenahtobani : nous n'avons vu aucune infrastructure qui leur soit consacrée, ils se sentent vraiment handicapés par le manque d'effort de la part de l'État pour les rendre indépendants !

Faizan Lakhani ajoute :

@faizanflkhani : Ils n'ont ni place de parking qui leur soit réservée, ni aménagement spécial dans les transports publics. #gv #Pakistan

Cependant, l'histoire ne s'arrête pas là. Malgré toutes ces difficultés et obstacles, des citoyens invalides pakistanais se sont évertués pour réussir dans des domaines comme le sport et l'éducation.

Depuis sa création en 1998, l’Association Paralympique du Pakistan a entraîné des athlètes souffrant d'une infirmité, et le résultat est surprenant : 16 médailles d'or, 19 d'argent et 20 de bronze remportées lors de différents événements sportifs à travers le monde. La vidéo ci-dessous nous rappelle ces victoires :

Il existe plusieurs organisations et ONG qui travaillent au Pakistan en vue des droits des personnes handicapées physiquement ou mentalement. Certaines écoles, telles que Manzil, Autism Institute, Dar ul Sakoon à Karachi ainsi que Rising Sun school, et enfin the Thevenet Centre à Lahore en font partie. Nous remarquons également quelques exemples de lutte contre cette injustice et humiliation : par exemple, récemment NOWPDP a fourni un “cyclo-pousse” (lien en français) qui peut être dirigé uniquement par les mains.

Imran Ghanchi dans le blog Unique Pakistan nous détaille cette nouvelle invention pour handicapé :

“Ce cyclo-pousse possède de bien meilleures caractéristiques que le mien”, explique Ghanchi. “J'encourage toutes les autres personnes invalides à l'utiliser”. Il se réjouit du soutien du réseau.

Zafar Ullah Khan, une personne handicapée de 40 ans, écrit dans son blog :

Le Gouvernement du Pakistan devrait au moins prendre des mesures concrètes dans le but de procurer des emplois au sein de l'administration aux personnes handicapées. Des individus avec de faux diplômes entrent au parlement. Tandis que nous, nos diplômes sont véritables mais nous sommes privés de nos droits. Ceci est une claire violation de la Convention des droits des personnes handicapées (CRPD), qui a été signée par 153 pays y compris le Pakistan, et celui-ci est devenu le 5 juillet un des 107 pays à l'avoir ratifiée. Le principe fondamental de cette convention est de changer l'attitude de la société envers les personnes souffrant de handicap en la rendant plus solidaire, tolérante, et équitable.

Le gouvernement a pris des mesures telles que la création d'une carte d'identité nationale différente pour les personnes invalides, leur donnant l'opportunité d'au moins postuler à l'obtention de certaines aides qu'elles sont censées recevoir normalement. Cependant, leur intégration dans la société à un niveau acceptable est un combat qu'elles doivent mener au quotidien ainsi que tout citoyen impliqué.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.