Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

La France et la Banque Mondiale proposent une aide à la négociation des contrats miniers en Afrique

Pour célébrer le 40ème anniversaire des accords de coopération monétaire de la Zone Franc, le président de la Côte d'Ivoire Alassane Ouattara et le ministre français de l'économie et des finances Pierre Moscovici, ont publié un texte commun où ils préconisent l'établissement d'une initiative pour mettre fin à “l’exploitation outrancière des réserves africaines” [fr]. A la suite de ce discours, un communiqué de presse de la banque mondiale affirme que la banque a créé un fond pour aider les pays africains à mieux négocier l'exploitation de leurs ressources naturelles [en anglais]. Cette mesure semble mettre en avant de manière officielle non seulement les échecs des gouvernements africains en matière de rentabilisation de leurs ressources mais aussi les avantages disproportionnés obtenus par les exploitants internationaux.

Un besoin pressant 

Cette mesure visant à promouvoir “ promouvoir des contrats commerciaux justes et équitables” est l'information principale à retenir de cette tribune commune. Mais le communiqué fait aussi référence à un passé souvent controversé entre la France et ses anciennes colonies. A. Ouattara affirme que :

Nous entendons lutter contre le décalage qui demeure, trop souvent, entre une vision datée et pessimiste de l’Afrique et le dynamisme économique actuel du continent. L’Afrique du XXIème est en mouvement, en croissance, riche de ses réserves naturelles et désireuse de démocratie. [..] La relation entre la France et l’Afrique doit pour cela être redéfinie, comme l’a souhaité le Président de la République française.


Vidéo de la rencontre entre Ouattara et Moscovici publiée par AbidjanNetTV.

Au Togo, République Togolaise commente le projet et note que:

Dans leur tribune, Alassane Ouattara et Pierre Moscovici appellent de leurs voeux une relation redéfinie entre la France et l'Afrique, après des décennies de liens ambigus, parfois teintés de corruption, entre Paris et ses anciennes colonies.

Sur Jeune Afrique, STÉPHANE BALLONG, citant Makhtar Diop, vice-président de la Banque Mondiale pour l’Afrique,  note la défaillance des gouvernements africains à ce jour et donne plus de précisions sur le contenu du fond d'aide à la négociation:

“Un ministre des mines ou des finances ne dispose pas forcément des ressources nécessaires pour employer l’expertise la meilleure au monde pour négocier des contrats équilibrés.” Il s’agit donc d’essayer de combler cette défaillance en fournissant  aux pays d’Afrique, l’assistance technique nécessaire (ressources financières et humaines) pour obtenir de meilleures conditions contractuelles [..]

Il ajoute :

Cinq grands domaines devront être couverts  par ce fonds : les conseils juridiques pour améliorer les modalités contractuelles des investissements dans les industries extractives, en amont les diagnostics sur la capacité institutionnelle des États, l’aide technique relative aux risques sociaux, les conseils pour des politiques publiques visant à développer des pôles de croissance en amont et en aval de l’industrie extractive. La France s’est engagée à apporter une contribution de quelque 15 millions d’euros qui seront repartis entre la Banque mondiale et la Banque africaine de développement.

Mines de Kailo en RDC par Julien Harneis sur Flickr (CC-license-2.0)

Une mesure contre l'influence de la Chinafrique ? 

De nombreux observateurs suggèrent que ces mesures sont ciblés pour contrecarrer l‘influence grandissante de la Chine en Afrique. Philippe Hugon, directeur de recherche à l'IRIS (Institut des Relations Internationales et Stratégiques) ne manque pas de noter l'ironie de ces mesures:

Dans le fond, les relations que la Chine entretient avec l'Afrique ressemble avec ce qui se faisait en France il y a une trentaine d'années : des liens forts dans le champs du politique, une non dissociation des liens public/privé et une importante corruption. Le tout sans être très regardant sur les situations environnementale et sociale.

Bacary Goudiaby en RDC note les différentes évolutions entre la Francafrique et la Chinafrique :

La Chine a été un moteur pour la construction d'infrastructures. Elle fait également renaître des projets jugés insuffisamment rentables par les entreprises occidentales. Mais, certaines industries africaines naissantes ont été touchées par la concurrence chinoise, et la population locale ne bénéficie pas toujours de l'effet d'aubaine de ces nouveaux projets, en raison d'un taux insuffisant de “local content”, c'est-à-dire d'embauche et de sous-traitance locale. [..] Malgré des liens forts avec un certain nombre d’États africains, la France a eu tendance, sur le long terme, à se retirer de ce continent. Le poids des investissements, la présence militaire, tous les indicateurs vont dans ce sens.

Pour autant, cette initiative semble indiquer que la France ne compte laisser la Chine élargir son influence sans résistance. Un entretien de M. Moscovici sur Jeune Afrique confirme les velléités de la France. Le ministre français de l'économie affirme ainsi :

L'Afrique subsaharienne ne représente que 3 % des exportations et des importations françaises, avec à peu près 14 milliards d'euros d'importations et 12 milliards d'exportations. C'est trop peu. Je ne veux pas critiquer la Chine, je trouve cela désuet. C'est en réorientant le partenariat entre la France et l'Afrique vers l'investissement que nous trouverons de meilleures réponses. En aidant nos entreprises à mieux appréhender le risque, qu'elles tendent à surévaluer ; à aller de l'avant, en donnant une priorité au secteur de l'énergie où nous avons une grande expertise. Nous n'avons pas à avoir peur des Chinois.

A Madagascar, le rôle de la Chine dans l'exploitation des ressources naturelles du pays et notamment le trafic illégal de bois de rose a été longuement discuté.  Cependant le rôle de la France dans la crise politique malgache de 2009 ont rendu les observateurs locaux méfiants des initiatives françaises pour aider l'Afrique. Ainsi, Lalatiana rapporte les échanges d'observateurs sur les difficultés des pays africains francophones après la colonisation dont cette intervention de Rajo Rajaonarivelo :

Il est indéniable que les français ont voulu implanter des modèles de gouvernance et des gouvernants qui servent leurs intérêts dans les pays anciennement colonisés. Mais, comme on dit, it takes two to tango, il faut bien que nos gouvernants soient d’accord. Etait-ce le cas ? à nous tous d’y répondre. Sur un autre plan, avant la colonisation et même quelques années après, nous avions atteint l’auto-suffisance en riz. Il y a même eu des années où Madagascar en exportait. Aujourd’hui, nous sommes obligés d’importer 200 000 à 300 000 tonnes par an. Je ne pense pas que la France ou le Royaume-uni ait un quelconque intérêt là-dedans.

Il semblerait qu'un consensus existe sur la nécessité pour les pays africains de savoir mieux négocier l'exploitation des ressources naturelles. Si les effets de cette mesure parviennent à des contrats effectivement plus équitables, personne ne se souciera alors que cette initiative ait été faite avec des objectifs géopolitiques bien précis.

2 commentaires

  • “Un ministre des mines ou des finances ne dispose pas forcément des ressources nécessaires pour employer l’expertise la meilleure au monde pour négocier des contrats équilibrés.” Il s’agit donc d’essayer de combler cette défaillance en fournissant aux pays d’Afrique, l’assistance technique nécessaire (ressources financières et humaines) pour obtenir de meilleures conditions contractuelles”

    C’est ahurissant ce que l’on peut inventer pour s’ingérer et prendre le contrôle des pays africains. Voilà que quarante ans après les indépendances pendant qu’alors les africains ont pu former les élites pour se gouverner et et s’auto gérer, l’on veut nous inventer une autre forme de mainmise. Pendant qu’on y est qu’ils décrètent que nous ne disposons d’expertise et de ressource humaine pour rien. Ainsi ils pourraient nous nommer les gouverneurs tranquillement avec l’aval de tous. Ce qui nous éviterait les nombreux morts qu’ils nous font enregistrer pour imposer leurs hommes à la tête de nos Etats.
    De quelle expertise est-il question quand depuis des années la BM, le FMI, l’OMC entérinent l’iniquité dans les relations commerciales et les échanges? De quelle expertise et ressource humaine dispose le FMI et la BM, eux qui nous ont imposé les ajustements structurels et qui n’en ont jusqu’à ce jour fait aucun bilan?
    La BM, le FMI et tous ces clubs de financement au service de ceux qui nous asservissent auraient-ils subitement été visités par un esprit d’équité au point d’accepter nous conseiller au détriment de ceux qui sont leurs propriétaires?
    Et les Africains qui travaillent pour ces institutions et qui soutiennent de telles inepties, pensent-ils être une génération spontanée ou les seuls éclairés d’entre des millions d’ignares sur ce continents ?
    Cette mesure est assurément un autre verrou que l’on veut nous imposer afin de nous garder encore plus longtemps dans l’état de dépendance et de non développement où nous maintiennent déjà les autres formes d’assistance et de coopération (monétaire, militaire…).
    S’il est sûr que les préfets que les occidentaux ont pris soin d’installer à la tête de nos nations avant de lancer de telles projets ne s’y opposeront pas, ils est un devoir pour les peuples de dénoncer cette fois cette n ième imposture.

  • [...] France also saw two potentially fruitful developments at the international level: the first, a joint initiative between France and the World Bank to put an end to the “outrageous exploitation of African [...]


Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues