Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Kenya : “L'argent peut nous acheter”, une page Facebook qui fait du buzz

Campus Divas For Rich Men (Divas de campus pour hommes riches) est une page Facebook créée pour permettre à des étudiantes universitaires du Kenya de moins de 26 ans de rencontrer des hommes riches de tous âges. La page a pour slogan : “L'argent peut nous acheter”.

Les stations de radio du Kenya comme Kiss 100, Hot 96 et classique 105 en ont tous parlé ainsi que les  quotidiens Standard Newspaper, Daily Nation, en première page, et les chaines de télévision nationales KTN Kenya et K24 ; les internautes kenyans ont créé les hashtags suivants pour discuter de cette page Facebook et partager leurs opinions à ce sujet : #campusdivasforirchmen, #HakunaKituUtafanya (Rien a faire), #meilleurscandidatesqueRomney, #TeamMafisi [teamdehyenes], #wordszawazito [motsderiches], #Kiss100 et #KOT.

Picture of Facebook Page of Campus Divas for Rich men. Photo by asselo.wordpress.com

Photo de la page Facebook Campus Divas for Rich men. Photo de asselo.wordpress.com

D'autres internautes ont utilisé leurs blogs et YouTube pour condamner ou soutenir cette initiative audacieuse dans une société majoritairement conservatrice. Le débat sur la page a soulevé des questions telles que la surveillance des médias sociaux, le VIH / sida, la religion et les coutumes africaines, les opportunités d'emplois pour les jeunes, la pauvreté, la cupidité et l'influence des camarades au sein des universités.

Selon Kenyaforum:

La page qui a été créée le 3 Juillet 2012 a déjà recueilli 50 684  ”j'aime»” avec 65 830 visiteurs qui en parlent.

Kenyanlist, un blogueur kenyan, remarque que :

On pensait que les photos affichées par l'administrateur étaient des images aléatoires prises sur Internet, mais des internautes qui ont appelé la radio Kiss 100 FM hier ont confirmé qu'ils reconnaissaient certaines de ces filles, qui étaient leurs amies.

Mais Solomonirush dit que la page est un stratagème utilisé par certains internautes rusés pour profiter de jeunes étudiantes kényanes. Le blogueur raconte :

Mes recherches ont révélé que cette page, et probablement d'autres du même genre, est administrée par des gens rusés qui cherchent à gagner de l'argent. Ils organisent des unions, mettant en contact des hommes riches avec des filles du campus et se font payer pour avoir organisé ces contacts. J'ai également vu d'autres pages où les rencontres et le sexe sont le thème central, et qui, en raison du nombre élevé de “j'aime” des visiteurs, facturent les publicités sur leur page. Les administrateurs cupides exposent de jeunes étudiantes, qui sont prêtes à l'aventure, à des violences sexuelles, à des maladies sexuellement transmissibles, et à des enlèvements.

Le buzz des médias sociaux sur la page a conduit ceux qui s'y opposaient à créer un groupe Facebook appelé Anti-Campus Divas for Rich Men (Anti-divas de campus pour hommes riches).

Un blogueur kenyan, Kenya-post, explique :

Le deuxième groupe, Anti-divas de campus pour hommes riches fonctionne selon des principes contraires à ceux du premier. Comme celui-ci prêche le sexe avant tout, le sexe, le sexe et de l'argent, l'autre encourage à la chasteté et invite les jeunes à s'abstenir. Alors que le premier groupe enregistre plus de 20 000  ”J'aime” sur sa page Facebook, les anti-divas de campus pour hommes riches en a seulement 5 000.

D'autres pages Facebook opposées à Divas de campus pour hommes riches sont Decent Divas Against “Campus Divas for Rich Men” (Divas honnêtes contre divas de campus pour hommes riches) et Dislike Campus Divas for Rich Men, (Aversion pour les divas de campus pour hommes riches), Campus Divas For Broke Men With Rich Love (Divas de campus pour hommes fauchés, mais avec un grand cœur).

De nombreux Kenyans ont aussi condamné sur Twitter l'hypocrisie des réactions négatives et ont plaisanté, disant que les Kenyans ont besoin de voter pour des dirigeants qui procéderont à l'augmentation des crédits alloués à  la commission des prêts étudiants dans l'enseignement supérieur pour que les moins aisés puissent  rencontrer les filles:

@clansewe: A tous les Kenyans qui sont contre la page Divas Campus for Rich Men, arrêtez votre hypocrisie. Nous tous Kényans avons mis l'argent au-dessus de tout!

@kevoice: Nous allons voter pour les dirigeants qui augmenteront la HELB [Conseil pour les allocations à l'éducation universitaire] afin que nous puissions être en mesure de fréquenter Divas campus pour hommes riches. # TujipangeKisiasa [nous allons nous organiser politiquement]

@mwendembae: “@lionsroar101 Ainsi, donc, maintenant il y a une page fb appelé “anti-divas de campus pour hommes riches”. Ha, je m'amuse. Devait arriver #oisifs

La vidéo YouTube ci-dessous est une animation créée en réaction au débat actuel au Kenya autour de cette page. Elle a été créée par moses otieno. Elle rappelle aux étudiantes des campus que la vie devrait être vécue par étapes et qu'il est insensé de tenter de brûler toutes les étapes :

Ces points de vue ont été repris par les internautes qui ont tweeté leur désapprobation de la page :

@thatguydavy: Divas de campus pour hommes riches …… et vous vous demandez pourquoi les ouragans portent des noms de femmes !

@mpalele: Le plus triste à propos de ces Divas de campus pour hommes riches, c'est qu'ils pensent que 50 000 (Schillings kenyans), du café, et un voyage à Naivasha [fr] est la définition d'un homme riche.

@rmresh: Divas de campus pour hommes riches …. désespoir au plus haut degré ….

@nochiel: @savvykenya S'il vous plaît, sachez que l'odieuse page “Divas de campus pour hommes riches” utilisent votre vieille photo de profil

KTN Kenya, une station de télévision au Kenya, dépeint sur YouTube  la page Facebook comme “un réseau de prostitution” mais les étudiants du campus interrogés disent qu'elle n'a rien d'extraordinaire :

Campus Divas For Rich Men (Divas de campus pour hommes riches) est de loin la plus audacieuse initiative à ce jour permettant de discuter ouvertement des questions touchant les jeunes du Kenya et de sexualité, dans une société traditionnellement conservatrice.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.