Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Les auteurs derrière le boom littéraire vénézuélien

Cet article est le dernier d'une série en deux parties sur notre conversation avec l'auteur de Venepoetics, Guillermo Parra, à propos de la littérature vénézuélienne (en ligne et hors ligne) et de ses traductions de Jose Antonio Ramos Sucre. Vous pouvez lire le premier article ici.

Dans la première partie de cet interview, Guillermo Parra nous a parlé de ses expériences avec la poésie vénézuélienne, de son contact avec de nouveaux mouvements littéraires grâce aux médias sociaux, et de son opinion sur ce qui pourrait être considéré comme un nouveau boom dans la littérature du pays. Dans cette partie de l'interview, nous partagerons l'opinion de Guillermo sur les nouveaux auteurs qui dépeignent le paysage des nouveaux styles narratifs vénézuéliens.

En cuanto a escritores, me parece fascinante que hay varias generaciones que están publicando cosas muy interesantes. Las ocasiones cuando he estado en Caracas entre 2007 y 2010, me ha sorprendido la cantidad de presentaciones, lecturas y otros eventos literarios. Poder encontrarme con el poeta Rafael Cadenas revisando libros en las librerías [...] fue impactante para mí, hasta que me acostumbré a su presencia en los eventos literarios caraqueños. Pero las primeras veces que lo vi en público fue un poco intimidante, ya que su obra ha sido tan importante para mí.

En ce qui concerne les écrivains, je pense qu'il est fascinant de voir différentes générations qui publient des choses très intéressantes. En diverses occasions alors que j'étais à Caracas, entre 2007 et 2010, je fus surpris par la quantité de présentations, lectures et autres événements littéraires. Pouvoir rencontrer le poète Rafael Cadenas en parcourant des livres dans des librairies m'a marqué, jusqu'à ce que je m'habitue à sa présence dans les événements littéraires de Caracas. Les premières fois où je l'ai vu en public furent intimidantes, car son travail a été très important pour moi.

Nous avons également demandé à Guillermo de nous faire quelques confidences sur certains des principaux protagonistes de ce “boom”. Il nous a répondu :

Books, image via Shutterstock

Image via Shutterstock, copyright Falconia.

Hay un montón de escritores venezolanos contemporáneos que me parecen increíbles. En la narrativa, en particular, se está publicando tanto que no me ha dado tiempo para mantenerme al día. Algunos favoritos de las generaciones recientes son Carlos Ávila, Mujeres recién bañadas (Mondadori, 2009), Rodrigo Blanco Calderón, Una larga fila de hombres (Monte Ávila Editores, 2005), Dayana Fraile, Granizo (El perro y la rana, 2011), Ana García Julio, Cancelado por lluvia (Monte Ávila Editores, 2005), Liliana Lara, Los jardines de Salomon (Universidad de Oriente, 2008), Mario Morenza, Pasillos de mi memoria ajena (Monte Ávila Editores, 2008) y Gabriel Payares, Cuando bajaron las aguas (Monte Ávila Editores, 2008). [Pero hay] gran un problema: los libros venezolanos no se consiguen fuera de Venezuela, no circulan ni en Latinoamérica ni aquí en los Estados Unidos)

Il y a de nombreux écrivains vénézuéliens contemporains que je trouve incroyables. Dans le domaine de la fiction, en particulier, il y a tant de publications que je n'ai pas pu me maintenir à jour. Parmi les auteurs favoris des jeunes générations, on trouve Carlos Ávila, Mujeres recién bañadas (Mondadori, 2009), Rodrigo Blanco Calderón, Una larga fila de hombres (Monte Ávila Editores, 2005), Dayana Fraile, Granizo (El perro y la rana, 2011), Ana García Julio, Cancelado por lluvia (Monte Ávila Editores, 2005), Liliana Lara, Los jardines de Salomon (Universidad de Oriente, 2008), Mario Morenza, Pasillos de mi memoria ajena (Monte Ávila Editores, 2008) et Gabriel Payares, Cuando bajaron las aguas (Monte Ávila Editores, 2008). [Néanmoins] il existe un gros problème : les livres vénézuéliens sont introuvables en dehors du Venezuela. Ils ne circulent ni en Amérique Latine, ni ici aux États-Unis.

Et concernant les influences et connexions littéraires, Guillermo dit :

No veo mucha diferencia entre las historias de estos escritores y las que me han influido a mí en los Estados Unidos. Sus propuestas literarias reflejan una amplia red de influencias, desde el español Enrique Vila-Matas hasta la venezolana Teresa de la Parra y el estadounidense David Foster Wallace…

Je ne vois pas beaucoup de différence entre les histoires de ces écrivains et celles qui m'ont influencé aux États-Unis. Leurs projets littéraires reflètent une large gamme d'influences, de l'Espagnol Enrique Vila-Matas à la Vénézuélienne Teresa de la Parra, en passant par le Nord-Américain David Foster Wallace…

Il ajoute :

Pienso que los lectores, dentro y fuera de Venezuela, deberían conocer a estos narradores porque nos dan una muestra de los diversos rumbos que podría tomar la literatura venezolana en los años que vienen. Son apasionados de la literatura, pero ante todo, escriben historias que revelan la poesía o la magia que a veces surge en nuestras vidas cotidianas.

Je pense que les lecteurs dans et au dehors du Venezuela devraient connaître ces auteurs de fiction parce qu'ils nous donnent un avant-goût des différentes directions que la littérature vénézuélienne pourrait prendre dans les prochaines années. Ils sont passionnés de littérature, mais par dessus tout, ils écrivent des histoires qui révèlent la magie et la poésie qui, parfois, surgissent dans notre vie quotidienne.

Vous pouvez en lire davantage sur la littérature vénézuélienne, et certaines  traductions faites par Guillermo de Ramos Sucre, sur son blog Venepoetics.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues