Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Mexique : les mères d'Amérique Centrale à la recherche des immigrants disparus

Tous les liens sont en espagnol.

Selon les statistiques du Mouvement Mesoaméricain des Immigrants (Mesoamerican Migrant Movement) [es], au cours des six dernières années, 70 000 immigrants [es] ont disparu au Mexique  Pendant plusieurs années, les mères d’ immigrants d'Amérique Centrale enlevés ou disparus ont parcouru le Mexique de long en large à la recherche de leurs fils ou de leurs filles qui ont disparu lors de leur voyage vers le nord.

La route fréquentée par les immigrants d'Amérique Centrale qui traversent le Mexique pour atteindre les Etats-Unis est un randonnée mortelle. De nombreux immigrants y sont morts, et ceux qui parviennent au Mexique souffrent des conditions climatiques extrêmes, de la faim, du harcèlement et d'abus sexuels de la part de bandes du crime organisé et des autorités.

Même si les mères de ces immigrants ne retrouvent pas leurs fils ou leurs filles, ces femmes espèrent attirer l'attention des médias et provoquer une prise de conscience sur ce problème largement ignoré jusqu'à présent.

Jose Leonidas Moreno, missing migrant

Une mère tient une photo de son fils Jose Leonidas Moreno, un immigrant disparu. Photo de Mario Marlo de @Somoselmedio, sous licence Creative Commons  (CC BY-NC-SA 3.0)

Omar Sanchez de Tagle sur Animal Politico [es] retrace l'objectif principal et l'itinéraire de ces mères d'Amérique Centrale :

La idea de esta caravana es recorrer la llamada ruta migrante que comprende unos 4 mil 600 kilómetros a lo largo de 14 estados y 23 localidades. De acuerdo a distintas organizaciones no gubernamentales dedicadas a la defensa del migrante, este recorrido tiene como finalidad denunciar que la inseguridad, el secuestro y homicidio de migrantes ha ido en aumento en los últimos seis años.

L'idée de la caravane est de suivre la route dite des immigrants, qui s'étend sur près de 4 600 kilomètres, traverse 14 états et 23 agglomérations. Selon diverses organisations non-gouvernementales de défense des immigrants, ce parcours a pour objectif de démontrer que l'insécurité, les enlèvements et les meurtres d'immigrants ont été en constante augmentation au cours des six dernières années.

Suyapa Socorro walks through the streets of Reynosa, Mexico, holding an image of her missing daughter. Photo by Mario Marlo

Suyapa Socorro défile dans les rue de Reynosa, Mexique, avec une photo de sa fille disparue. Photo de Mario Marlo de @Somoselmedio, sous licence Creative Commons  (CC BY-NC-SA 3.0)

Sur le blog Somos El Medio [es], les représentants du Mouvement Mesoaméricain des Immigrants expliquent les différentes étapes de la caravane :

En cada una de las 23 localidades donde pararemos contamos con el apoyo de una gran variedad de actores mexicanos solidarios quienes son los anfitriones locales: albergues de migrantes, colectivos, organizaciones no gubernamentales, Institutos de Migración de los Gobiernos de Tlaxcala y Tamaulipas y del Distrito Federal, universidades, activistas y defensores de los derechos de los migrantes, cuyos nombres se verán reflejados en la agenda de actividades de la caravana.

Dans chacune des 23 agglomérations où nous avons prévu de nous arrêter nous serons accueillis localement par un grand nombre d'acteurs et de partisans mexicains : foyers de migrants, groupes, organisations, Instituts de l'Immigration des Gouvernements de Tamaulipas et de Tlaxcala ainsi que de la ville de Mexico, universités, activistes et défenseurs des droits des immigrants, dont les noms seront mentionné dans le programme d'activités de la caravane.

Central American mothers participating in the caravan make and offering at a cross in memory of the migrants.

Des mères d'Amérique Centrale qui participent à la caravane déposent une offrande au pied d'une croix en hommage aux immigrants. Photo de Mario Marlo de @Somoselmedio, sous licence Creative Commons  (CC BY-NC-SA 3.0)

Marcela Salas Cassani, sur le blog Desinformemonos [es], commente le succès remporté par la caravane de cette année :

La caravana de madres centroamericanas Liberando la esperanza, que tiene previsto visitar 15 estados de la República Mexicana en 20 días para localizar a migrantes desaparecidos en el camino hacia Estados Unidos,  ha comenzado a rendir frutos. Hasta el momento, son cuatro las personas que han logrado reencontrarse con sus familiares: Max Funes, Marvin Celaya, Gabriel Salmerón y Silverio Mateo.

La caravane d'Amérique Centrale “Libérons l'espoir”, qui prévoit de traverser 15 états du Mexique en 20 jours pour retrouver des immigrants disparus sur la route des Etats-Unis, commence à porter ses fruits. Jusqu'à maintenant quatre personnes ont retrouvé leurs familles : Max Funes, Marvin Celaya, Gabriel Salmerón et Silverio Mateo.

Mother participating in the caravan stands in front of photos of missing migrants.

Une mère qui participe à la caravane pose devant les photos des immigrants disparus. Photo de Mario Marlo de @Somoselmedio, sous licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 3.0)

La caravane, qui a déjà démarré, traversera la capitale Mexico les 27 et 28 octobre et se terminera le 3 novembre au Chiapas, au sud du Mexique.

D'autres photos de la caravane des mères d'Amérique Centrale sur SubVersiones.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues