Omair Alavi affirme que la montée du taux de criminalité à Karachi a entaché les célébrations récentes de l'Aïd-ul-Azha.