Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Conversation avec Rebecca MacKinnon sur son livre “Consent of the Networked”

Rebecca MacKinnon, co-fondatrice de Global Voices, est une journaliste et blogueuse (en anglais) à la longue expérience, aux opinions aiguisées sur les thèmes où elle s'engage, généralement liés à la société de la connaissance [en anglais] et à la liberté sur Internet. En  janvier dernier (2012), elle a publié son  livre  ”Consent of the Networked”  [Consentement des connectés, non encore traduit en français] où elle analyse  en profondeur ces questions. Pour marquer la publication de ce livre, Bernardo Parrella, collaborateur de Global Voices, a écrit:

Comment nous assurer que l'Internet évolue d'une manière compatible avec la démocratie? Compte tenu du grand élan donné par les médias sociaux dans les récents soulèvements au Moyen-Orient et d'autres parties du monde, comment s'assurer que les mêmes outils ne soient pas utilisés à des fins de censure et de contrôle gouvernementaux (souvent avec plus qu'un peu d'aide des sociétés de technologie de l'Ouest)? Et, finalement, comment  pouvons-nous cesser de nous voir, nous-mêmes, comme des “utilisateurs” passifs de la technologie, au lieu de «citoyens du net» sont prêts à assumer la possession et la responsabilité de notre avenir numérique?

Le livre a été publié en espagnol en juin 2012, par Editorial Deusto sous le titre de “No sin nuestro consentimiento” (Pas sans notre consentement, en espagnol). L'édition en langue espagnole inclut des textes additionnels de deux «gourous» de l'Internet hispanique : José Luis Orihuela a écrit la préface, et Enrique Dans la postface. Orihuela a présenté le livre sur son blog et publié en ligne la préface, qui, entre autres, dit :

Le grand sujet que MacKinnon examine dans ce livre n'est rien moins que la gouvernance de ‘administration de l'Internet et la nécessité d'exiger, en tant que citoyens numériques, que les décisions des entreprises et des politiques qui ont un impact sur Internet ne soient pas prises sans notre consentement éclairé.

‘No sin nuestro consentimiento’ est un diagnostic large et détaillé sur les pratiques des entreprises et les réglementations gouvernementales qui rognent les espaces numériques de la société civile, et est  également un inventaire des initiatives visant à ouvrir des chemins vers l’expansion des biens communs numériques face à l’avance des entreprises de technologie et des gouvernements assoiffés de contrôle.

Enrique Dans a fait de même, et de ce qu’il commente dans la postface, ont peut signaler les points suivants :

Ce que fait ce livre, c’est de susciter l'inquiétude de réaliser jusqu'à quel point nous devrons, si les choses ne changent pas, nous référer, en parlant à nos enfants, à l’internet comme à une illusion de liberté que nous aurons vécue pendant quelques décennies, mais qui aura fini par devenir quelque chose d'autre. Jamais, à aucun autre moment dans l'histoire de l'humanité, nous n'avons eu une si claire conscience de l'étendue de notre manipulation par un pouvoir qui, déguisé en quelque chose que l'on appelait la démocratie, a passé du temps à manipuler les gens au travers de l'utilisation de médias unidirectionnels, de communication asymétrique et des techniques de manipulation collective. Ce que fait ce livre, c'est de nous montrer, comme cela devrait se produire avec le pouvoir dans le monde physique, que la puissance du monde numérique doit être restreinte, équilibrée et contrôlée par les utilisateurs eux-mêmes.

Lors du dernier Sommet Global Voices à Nairobi, au Kenya, l'auteur s'est entretenu brièvement avec Rebecca sur son livre :


Le livre n'est pas encore traduit en français, mais des versions électroniques sont disponibles en anglais et en espagnol.

Billet publié initialement sur le blog Globalizado.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues