Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Inde : Une chasse à “échelle industrielle” d'oiseaux migrateurs, les Faucons de l'Amour

Chaque année, des milliers de Faucons de l'Amour (Falco amurensis) [français], oiseaux migrateurs, sont chassés par des habitants dans l'État indien du Nagaland lors de leur passage à travers cette région. Ce massacre annuel a été pour la première fois révélé le 1er novembre 2012, par Shashank Dalvi et Ramki Sreenivasan, via le site de la campagne en ligne indienne de préservation de la faune “Conservation India“ où ils écrivent que “un chiffre ahurissant de 120 000 à 140 000 oiseaux sont abattus dans le Nagaland chaque année lors de leur passage à travers cet État.”

Chaque année en octobre, un grand nombre de faucons de l'Amour arrivent dans le nord-est de l'Inde et le Bangladesh en provenance de Sibérie et en route pour leur destination finale : la Somalie, le Kenya et l'Afrique du Sud. Les faucons de l'Amour parcourent jusqu'à 22 000 km en une année, sur l'une des plus longues routes connues de migration d'oiseaux.

Faucon de l'Amour (Falco Amurensis). Photo  Alastair Rae, sur Wikipedia. CC BY-SA.

Le mois dernier, un groupe d'écologistes (Ramki Sreenivasan de Conservation India, Shashank Dalvi, Bano Haralu, Rokohebi Kuotsu) se sont rendus au Nagaland pour vérifier l'information selon laquelle des milliers de faucons étaient chassés annuellement sur les rives du réservoir de Doyang lors de leur passage à travers cette région. Ils accompagnaient un groupe de chasseurs et ont constaté le massacre :

Les faucons de l'Amour passent leur journée sur les câbles électriques (presque totalement inaccessibles aux chasseurs) et descendent sur les parcelles forestières au bord du réservoir pour se percher (voir la carte). Les chasseurs exploitent impitoyablement ce comportement particulier et installent d'immenses filets de pêche (30-40 m de long, 10-12 m de haut) sur tous les sites où ils perchent.

Les oiseaux se font en grand nombre prendre dans les filets. Ces oiseaux s'empêtrent alors qu'ils viennent se percher à la fin de la soirée ou lorsqu'ils quittent le perchoir tôt le matin. Les filets restent tendus en permanence et les chasseurs viennent chaque matin récupérer les oiseaux piégés. Les filets ont été observés sur toute la zone des perchoirs, ne laissant virtuellement aucune chance aux oiseaux. Les branches et les chemins ont été dégagés pour installer ces filets.

Voici une vidéo de cette terrible procédure (avertissement : images pouvant choquer) :

Le massacre des faucons de l'Amour, Doyang, Nagaland par Conservation India sur Vimeo.

Maintenant, des chiffres choquants :

Chaque groupe de chasseurs avaient installé 10 filets.  18 oiseaux en moyenne furent capturés par filet ; donc, chaque groupe attrape environ 180 oiseaux par jour. Ceci a été confirmé par les interviews avec des chasseurs. Nous avons également été informés que quelque 60-70 groupes de chasseurs opéraient chaque jour. Ce qui signifie que durant le pic de migration, environ 12 000 à 14 000 oiseaux sont capturés chaque jour.

Chaque oiseau est vendu en porte-à-porte dans les villages alentour en tant que viande fraîche pour un prix d'environ 25 roupies (0,35 €). Des articles estiment que les villageois locaux peuvent gagner quelques milliers de roupies en vendant du faucon fumé. Il est à noter que tuer un faucon de l'Amour est illégal et interdit par les autorités locales depuis 2010.

Cette histoire s'est répandue dans le monde entier, choquant beaucoup de personnes. De nombreuses pétitions en ligne ont été créées. Peu de temps après, d'autres sites populaires tel que le National Geographic ont mis en lumière l'affaire et appelé à une solution globale. Le National Geographic commente :

Les villageois filmés par Conservation India en train d'attraper des faucons de l'Amour, brisant leurs ailes, les triant, les fumant et les vendant, ne peuvent pas prendre de plaisir à cette activité annuelle et le font purement pour de l'argent et pour les échanger contre des marchandises.

Faucons de l'Amour extraits du filet par des chasseurs. Image tirée de la vidéo de Conservation India.

Birdlife International écrit :

Il apparaît que les récents piégeages et massacres ont lieu à une ‘échelle industrielle’ et si rien n'est fait, ils auront un effet clairement dévastateur sur la population globale d'oiseaux, à ces niveaux insupportables.

Le site confirme également qu'avec l'aide de leur avocat la chose suivante s'est produite :

L'Honorable ministre (de l'Environnement et des Forêts), Mlle Jayanthi Natarajan, est intervenue personnellement et le Département indien des Forêts et l'Administration du district ont réagi aussi rapidement en détruisant des filets et en relâchant plusieurs faucons encore captifs. La vente de faucons a maintenant été stoppée et au moins une personne a déjà été incarcérée.

Néanmoins, dans le Nagaland, des chasseurs ont défié l'interdiction pendant des années et il se peut que cela se répète dans le futur, sans un changement de comportement de la part des chasseurs. Le conservateur de la faune sauvage du Nagaland, à Dimapur, déclare dans un article de presse :

Saisir et relâcher les oiseaux prisonniers des délinquants ne les décourage pas, ils se sentent plutôt offensés, se rebellent contre la mesure prise et continuent leurs méfaits.

L'article de presse parle aussi d'une campagne d'éducation et de sensibilisation auprès des villageois et des acteurs concernés pour poursuivre l'action.

Selon les dernières nouvelles, le Département d'État de la Forêt, de l'écologie, l'environnement et de la vie sauvage a ordonné aux gardes forestiers des districts (DFO en anglais) de Mokokchung, Zunheboto et Wokha d'interdire immédiatement la capture et le massacre du Faucon de l'Amour.

Bogdan Draganescu commente l'article de Conservation India :

Juste parce que ces oiseaux sont nombreux et ne sont pas au bord de l'extinction n’entraîne pas qu'ils peuvent être de la nourriture pour les humains. Les animaux devraient être respectés non seulement en tant qu'individus mais aussi en tant que groupes et sociétés, ce qu'est une volée d'oiseaux. Une entité vivante et le résultat de l'évolution de la vie. C'est ce que nous devons respecter et protéger.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues