Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : Une marche pour protester contre une série de viols de femmes “intouchables”

La marche aux bougies à Hisar, Haryana, Inde. Photo  d'Asha Kowtal, Dalitweb.org

Ces derniers mois, les viols dans l'état indien de l'Haryana [fr] semblent être devenus monnaie courante.

En octobre, le Deccan Chronicle, dans un article intitulé The Haryana horrors‘ (Les horreurs de Haryana) décrit Haryana comme la “capitale du viol de l'Inde” en raison des 19 cas de viol signalés en un mois. À la suite de ces viols, on a conseillé aux femmes d'éviter d'aller dans un pub, d'utiliser des téléphones portables et de porter des jeans.

Selon Tehelka, les cas de viol ont presque doublé au Haryana au cours des sept dernières années. De 386 en 2004, ils ont bondi à 733 en 2011.

Dans de nombreux cas, les violeurs ont ciblé des femmes et des filles Dalit (intouchables). Le International Dalit Solidarity Network (IDSN) (Réseau de solidarité internationale Dalit) soutient aussi que “Les femmes Dalit sont particulièrement vulnérables à de tels crimes.” En outre, selon IDSN, 90 pour cent des crimes contre les femmes Dalit ne sont pas signalés en raison de la peur des conséquences sociales et pour leur sécurité personnelle.

Les militants Dalit ont envoyé une mission d'enquête au Haryana et organisé une marche. Le 1 novembre 2012, un Karwan (marche) de neuf jours appelé Dalit Mahila Garima Yatra (La longue marche pour la fierté des femmes Dalit) a voyagé à travers les villes et les villages, pour rencontrer des survivantes de viol au Haryana, des officiels et des membres de la communauté Dalit. Ils “ont exprimé leur solidarité avec les victimes de viols et leur indignation devant la violence sexuelle institutionnalisée contre les femmes Dalit”. Comme Asha Kowtal écrit sur Savari (une page Facebook pour les femmes Adivasi, Bahujan et Dalits) :

Nous sommes tous révoltés devant ces pratiques et, bien sûr, ils nous rappellent notre très petit rôle / contribution dans les luttes de notre communauté. Souvent, nous avons tendance à faire l'erreur de nous apitoyer, mais la résilience de notre communauté et les victimes de la violence nous montrent bien la voie à suivre.

Des marcheurs rassemblés devant un bureau local d'un village, au Haryana, Inde. Photo d'Asha Kowtal

On peut voir une sélection de réponses des militants Dalits sur le site Dalit Web. Un reportage photo de la marche est aussi publié ici.

Kalpana Sharma, une chroniqueuse citée par le New York Times a écrit dans le quotidien  : “Si vous êtes une femme pauvre qui a été violée, vous ne pouvez même pas imaginer une vie où l'on peut obtenir justice”, et, a-t-elle ajouté, “Si vous êtes une femme pauvre et en plus Dalit, alors, les probabilités d'obtenir justice sont encore plus infimes. “

Sur Twitter, on peut lire :

‏@dalitcamera (@Ravichandran): j'ai téléchargé une vidéo @YouTube video http://youtu.be/oWYkzwbr-9I?a montrant Asha Kowtal qui décrit en détails les cas de viol de Dalits dans l'état de Haryana

@HollabackCHD: http://toi.in/Q3jAjb  Après un viol collectif, deux victimes se sont suicidées #rohtak#haryana

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.