Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Brésil: La marche des immigrés pour l'égalité des droits

Le 2 décembre 2012, une manifestation organisée par des étrangers résidant à São Paulo a réclamé leur plein accès aux droits fondamentaux tels que la santé, la sécurité et un travail décent. La VIe marche des immigrants partie de la Praça da República dans le centre-ville est passée devant le conseil municipal de São Paulo, où ses organisateurs ont fait une halte pendant plusieurs minutes afin de prendre la parole.

La majorité des manifestants étaient d'origine latino-américaine et africaine et vivent dans la ville où ils luttent pour obtenir les mêmes droits que les citoyens brésiliens. Ce sont des hommes, des femmes et des enfants qui ont fui la pauvreté et l'insécurité dans leur pays d'origine et qui espèrent se faire une nouvelle vie au Brésil.

Cependant, ce rêve se transforme souvent en cauchemar et ces gens doivent faire face à de nombreuses difficultés : ils n'ont pas un plein accès à la justice en raison de leur statut d'étrangers, surtout quand ils sont en situation juridique irrégulière. Certaines de ces personnes, en particulier les Boliviens, finissent par tomber dans des réseaux constitués pour exploiter les travailleurs étrangers irréguliers, les faisant travailler dans des conditions d'esclavage : des heures de travail excessives, des salaires bien inférieurs au minimum légal, au mépris des normes de sécurité et d'hygiène de base ainsi que des conditions d'hébergement sales et surpeuplées.

 

"I am a citizen of the world". Photo by Juliana Spinola copyright Demotix (02/12/2012)

“Je suis citoyen du monde”. Photo de Juliana Spinola copyright Demotix (02/12/2012)

Le blog Pandora donne une bonne description [en portugais comme les liens suivants] de cette situation cachée mais violente vécue par de nombreux étrangers:

É muito difícil encontrar, na grande maioria dos bairros da capital paulista, imigrantes de origem boliviana. Porém, a cada dia que passa, o número de pessoas com traços indígenas e falantes de um espanhol mais arrastado que o normal só aumenta na cidade, quase que na surdina. Isso ocorre porque, normalmente, esses imigrantes se encontram nos bairros centrais da cidade – principalmente onde as roupas são mais baratas – enclausurados em fábricas, em condições insalubres de trabalho, ou vendendo seu artesanato em feiras. Esse é o panorama de mais de 200 mil bolivianos, imigrantes legais e ilegais, que vivem na cidade de São Paulo.

Dans la grande majorité des quartiers de São Paulo, il est très difficile de trouver des immigrés boliviens. Cependant, chaque jour qui passe, le nombre de personnes dans la ville aux traits indiens et un espagnol plus lent continue d'augmenter, presque en secret. Cette situation se produit parce que, généralement, ces immigrants se trouvent dans les quartiers centraux de la ville – surtout où là où les vêtements sont moins chers – enfermés dans des usines aux conditions de travail dangereuses ou vendant leur artisanat dans les marchés. Telle est la situation de plus de 200.000 Boliviens, aussi bien en situation régulière qu'irrégulières, qui vivent dans la ville de São Paulo.

Le fait est que, bien que le Brésil soit un pays construit en utilisant la force des immigrants, la dernière grande vague d'étrangers à s'y installer l'a fait au début du 20ème siècle. Depuis, de nombreux chocs économiques ont provoqué le processus inverse et le Brésil est devenu un pays d'émigration [fr]. Cette situation a conduit les hommes politiques brésiliens à s'atteler à la mise à jour de la législation relative à l'immigration, qui date de l'époque de la dictature, entravant la mise en œuvre d'un accord pour la libre circulation des personnes et des marchandises entre les Etats membres du MERCOSUR [fr] tout comme dans l’espace Schengen [fr] dans l'Union européenne.

Photo by Juliana Spinola copyright Demotix (02/12/2012)

“La migration élargit la vision du monde”. Photo de Juliana Spinola copyright Demotix (02/12/2012)

A ce sujet, le site O estrangeiro (L'étranger) a reproduit un entretien instructif avec le coordinateur du Centre pour les droits de l'homme et de la citoyenneté des immigrants (CEDIC), Illes Paulo:

No Brasil especificamente, o Estatuto do Estrangeiro é extremamente discriminativo, notadamente pelo fato de ser produto dos anos de chumbo [o período mais repressivo da ditadura militar do Brasil], quando o estrangeiro era tratado como uma ameaça para a segurança nacional e neste quadro jurídico arcaico, marcado pelo autoritarismo e falta de democracia, toda a responsabilidade no tratamento ao migrante é da alçada da Polícia Federal.

Au Brésil en particulier, le statut des étrangers est extrêmement discriminatoire, d'abord en raison du fait que c'est un produit des “années de plomb”, [la période la plus répressive [fr] de la dictature militaire [fr] au Brésil], quand les étrangers étaient considérés comme une menace à la sécurité nationale, et dans ce cadre juridique archaïque, caractérisé par l'autoritarisme et l'absence de démocratie, toute responsabilité pour le traitement des migrants incombait à la police fédérale.

L'accent mis par les gouvernements dans le bloc sud-américain sur les facteurs économiques au détriment des droits civils montre un côté peu discuté du MERCOSUR, qui est en réalité une union douanière plutôt que politique. Le Brésil, par exemple, craint qu'une fois que ses frontières seront complètement ouvertes à ses partenaires au sein du bloc un nombre important de citoyens des pays les plus pauvres entreront sur son territoire, surchargeant ses institutions et son économie.

Photo by Juliana Spinola copyright Demotix (02/12/2012)

“Nous avons le droit de choisir où vivre”. Photo de Juliana Spinola copyright Demotix (02/12/2012)

Mais ce n'est pas tout. Le gouvernement brésilien est également préoccupé que la mise en place d'un système de libre circulation des personnes et des marchandises puisse exposer la sécurité du pays à des risques qu'il ne se sent pas encore prêt à affronter. Un exemple en est la possible arrivée de criminels qui pourraient profiter de la législation plus souple d'immigration dans les pays voisins, afin de s'installer au Brésil.

Le cas de la Bolivie est encore plus compliqué, car elle est un membre associé et pas un Etat pleinement membre du MERCOSUR, et sa frontière est considérée comme une voie importante pour les trafiquants de drogue [fr]. Une fois à l'intérieur du Brésil, ces “immigrés-là” trouveraient un vaste marché pour leurs produits, pour ne pas mentionner le fait qu'ils pourraient utiliser les ports et les aéroports brésiliens comme plates-formes pour exporter des stupéfiants en Europe et aux États-Unis.

Immigrants' March in São Paulo. Photo by Juliana Spinola copyright Demotix (02/12/2012)

Les immigrés au Brésil descendus dans les rues pour réclamer leurs droits et l'amélioration des lois sur l'immigration.La marche des immigrants à São Paulo. Photo de Juliana Spinola copyright Demotix (02/12/2012)

Le chemin à parcourir pour devenir un Etat de justice sociale est encore long pour le Brésil, mais il est inéluctable. Si le pays veut maintenir la paix dans ses villes et de bonnes relations avec ses voisins, il sera obligé de réfléchir à l'intégration et au respect des identités des migrants qui sont entrés légalement dans le pays. En même temps, il lui est essentiel de maintenir un contrôle strict sur qui entre dans le pays: être un pays juste et ouvert aux migrants ne signifie pas abriter les criminels.

Des manifestations telles que la marche des immigrés constituent un pas dans la bonne direction: se faire connaître parmi les Brésiliens, monter leurs visages, leurs accents portugais, où et comment ils vivent, leurs conditions de travail et le renforcement des associations d'immigrés, afin de revendiquer leurs droits à l'égard de la loi. Et, enfin, la sensibilisation comme le souligne Roque Patusso, coordinateur du Centre de soutien aux immigrants (CAMI) souligne dans une interview publiée sur le blog boliviacultural.com.bre :

Um dos avanços conquistados é uma consciência mais crítica do próprio imigrante, de que ele é o sujeito capaz de mudar alguma coisa. O que percebemos é que aumentou o número de pessoas na marcha, mas também a consciência das pessoas quanto aos seus direitos. Esse é o objetivo da marcha, conscientizar.

L'une des avancées les plus significatives réalisées est une prise de conscience plus critique chez l'immigré lui-même, dans laquelle il se voit l'agent capable de changer les choses. Ce que nous voyons est une augmentation du nombre de personnes dans la marche, mais aussi une plus grande prise de conscience parmi ces gens en ce qui concerne leurs droits. Tel est l'objectif de la marche, augmenter la sensibilisation.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues