Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Espagne : #nevousfaitespasavoirsurlasanté, le hashtag «boomerang» du pouvoir

[liens en espagnol] Le gouvernement espagnol fait face à des “marées” de toutes les couleurs : la “marée verte“, des professeurs, étudiants et parents contre les restrictions budgétaires dans l'enseignement et les réformes de l'enseignement,  la “marée noire” de juges, procureurs et avocats contre les réformes du système judiciaire et l'imposition de taxes d'accès à la justice, et la “marée blanche“, du personnel sanitaire contre les réformes de la sécurité sociale et la privatisation des hôpitaux dans quelques régions.

La gestion de la santé en Espagne dépend des communautés autonomes. Certains de ces gouvernements autonomes, en raison de la crise et des restrictions appliquées à leurs budgets, ont décidé de privatiser la gestion de leurs hôpitaux, avançant bien entendu que les entreprises privées qui prendront en charge cette gestion seront capables de fournir le même service avec un budget moindre, et obtenir de plus des bénéfices pour leurs actionnaires.

Una marea blanca de sanitarios se manifiesta en contra de las políticas sanitarias del gobierno. Foto del blog Kinkalla

Une «marée blanche» du personnel de santé manifeste contre les politiques sanitaires du gouvernement. Photo du blog Kinkalla

Madrid constitue une des régions où la gestion de plusieurs hôpitaux est sur le point d'être privatisée. Capitale du pays, Madrid comprend les plus grands et les plus importants hôpitaux d'Espagne.  A Madrid, comme dans d'autres régions, le personnel sanitaire et non sanitaire des hôpitaux s'est mobilisé et a convoqué des grèves, marches, manifestations et autres événements visant non seulement à protester contre ces mesures, mais aussi à informer les patients des hôpitaux du danger qu'encourent, à leur avis, la gratuité et l'excellence d'une sécurité sociale à propos de laquelle l‘Observatoire Européen des Systèmes et Politiques de Santé/OMS [en anglais], affirme dans son rapport de 2010 :

(…)  le SNS [Système National de Santé] a montré une capacité considérable à générer de bons résultats viables conformément à différents paramètres de rendement.

(…) Ces résultats ont été atteints avec un niveau relativement bas de dépenses (…) inférieur à la moyenne européenne. La conclusion qui pourrait être tirée de ces données est que, globalement, les citoyens espagnols bénéficient d'un système de santé d'un bon rapport qualité-coût.

Pour contrebalancer ces mobilisations, et les informations qui se diffusent dans l'opinion publique, le Parti Populaire de Madrid a décidé le 12 décembre de lancer sa propre campagne d'information, qui consiste à lancer sur Twitter le #quenotelienconlasanidad [ne vous faites pas avoir sur la santé] avec lequel entre 11h et 12h ont été publiés des twitts dans lesquels le PP de Madrid explique sa vision des réformes de la santé, comme par exemple :

@ppmadrid : On ne dit pas la vérité. Certains défendent seulement quelques privilèges, revendications salariales et de rémunération. #quenotelienconlasanidad

@ppmadrid : Avec un budget moindre, si on ne se confrontait pas à des réformes le système public de santé serait en danger. #quenotelienconlasanidad

Les responsables de cette initiative ne s'attendaient probablement pas à ce que des milliers d'internautes profitent de la campagne pour inonder de twitts le mot-clic du PP, qui fut en tête de tendance pour des raisons bien différentes de celles prévues par ses défenseurs.

Les utilisateurs de Twitter oscar g (@oscarvk), Gema C R (@amegcr), Be-Ta-U (@medicblasto) et Nell McKinnon a (@Gadylen) sont parmi ceux qui ont utilisé le mot-clic pour faire connaître leurs opinions au PP :

@oscarvk : tout est désormais plus clair….ha ha ha !!! merci au pp de tout nous expliquer ici !!! #quenotelienconlasanidad

Cartel en una manifestación: «¿Diagnóstico? Eso era antes. Le estoy haciendo un presupuesto». Foto de la página de Facebook «A disfrutar de lo votado»

Affiche dans une manifestation: «Diagnostic ? Ca c'était avant. Je vous fais un devis». Photo de la page Facebook «A disfrutar de lo votado»

@amegcr : Hier je ne payais pas les médicaments, aujourd'hui si. Aujourd'hui je ne paie pas l'ambulance, demain si. Demain je ne paie pas la santé, et après-demain? #quenotelienconlasanidad

@medicblasto : Tout revient au même… ON L'A DÉJÀ ESSAYÉ à Alzira et CA NE MARCHE PAS. #quenotelienconlasanidad [Vidéo sur l'hôpital semi-privé d'Alzira]

@Gadylen : La prochaine étape sera de faire payer l'entrée dans les centres de santé et les hôpitaux et sans droit à une consommation / traitement #quenotelienconlasanidad

Certains internautes, comme Ángel (@angelfmarin) et Yefri Bomon (@yefribomon), mentionnent Capio, une entreprise qui gère déjà plusieurs hôpitaux dans d'autres régions, et dans laquelle plusieurs hauts dirigeants du PP, et des personnes proches du pouvoir sont actionnaires, comme Rodrigo Rato, l'ancien président Aznar ou María Dolores de Cospedal et son mari.

@angelfmarin : #quenotelienconlasanidad Vous croyez que les grosses voitures des conseillers de Capio s'achètent toutes seules ?

@yefribomon : #quenotelienconlasanidad Capio est une entreprise sans but lucratif, comme l'Institut Noos [L'affaire Noos et le gendre du roi]

El personal sanitario del Hospital La Paz pregunta: ¿Se ha puesto algún límite a los beneficios de las empresas concesionarias? ¿Y al sueldo de sus gerentes? Foto del blog «La voz del HULP»

Le personnel sanitaire de l'hôpital de La Paz pose la question :  Une limite a-t-elle été posée aux bénéfices des entreprises concessionnaires ? Et aux salaires de ses gestionnaires ? Photo du blog «La voz del HULP»

Il se trouve que Capio commencera en janvier 2012 à «gérer» l’hôpital de Collado Villalba, qui n'ouvrira que dans un an. Pendant cette année, la région de Madrid paiera à Capio plus de 900 000 euros par mois.

Dantes et Santiago Herrera rappellent que le gouvernement vient d'annoncer que les ambulances seront payantes pour les personnes atteintes de maladies chroniques :

@KimeraDantes : En montant dans une ambulance RAPPELEZ-VOUS : Ne pas parler au conducteur Ne pas se lever du brancard AVOIR SUR VOUS le montant exact

@Santihehe : Voyez le bon côté des choses, maintenant c'est moins cher de demander une ambulance qu'un taxi pour aller à l'aéroport. #quenotelíenconlasanidad

Simone Santini dit ce que pensent beaucoup d'Espagnols :

@simone_santini : #quenotelienconlasanidad ont menti sur les retraites, sur le plan de sauvetage, et maintenant nous allons les croire sur la santé ? Allons donc…

Et même si l'inondation de twitts contre la politique de privatisation était accablante, il semble que certains ne s'en soient pas rendus compte :

@PPHortaleza : Succès de la campagne @ppmadrid  #quenotelienconlasanidad devient TT dans la @ComunidadMadrid et en Espagne : http://www.europapress.es/madrid/noticia-pp-lanza-campanana-redes-sociales-defender-reforma-sanitaria-nombre-hora-desmentido-20121212114239.html …

PP de Madrid@ppmadrid : #quenotelienconlaSanidad est TT nationale. Les citoyens ne croient pas aux mensonges lancés sur la Santé Publique

Ce à quoi Serguei Sanz répondait :

@Remensa_S : Si le PP en sait autant sur la gestion des hôpitaux que celle des réseaux sociaux nous avons de quoi nous inquiéter pour notre santé

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues