Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un viol collectif à Delhi provoque une vague d'indignation en Inde

[Article d'origine publié en anglais le 18 décembre 2012 ; les liens de ce billet renvoient vers des pages en anglais.]

Une jeune femme de 23 ans a été déshabillée, battue et violée dans un bus en circulation dans le sud de Delhi le 16 décembre 2012, provoquant une onde de choc et d'indignation en Inde.

La victime et son compagnon, qui a également été battu avec une barre de fer, ont ensuite été jetés hors du bus à moitié nus près du viaduc Mahipalpur de Delhi. Elle est maintenant à l'hôpital et souffre de graves blessures.

La victime, physiothérapeute et son compagnon, ingénieur en informatique de 28 ans, revenaient du cinéma, quand ils ont pris ce bus de luxe privé qui se dirigeait vers Dwarka. Le chauffeur du bus et six autres personnes auraient violé collectivement la femme. La police a retrouvé le bus et a arrêté quatre personnes.

Chaque année des centaines de viols sont répertoriés à Delhi et des centaines d'autres ne sont pas signalés car, en Inde, le viol est tabou. Cet incident a soulevé beaucoup de questions concernant la sécurité publique dans la capitale indienne.

Le problème a été le sujet de conversation de la ville et a également été abordé au parlement. Mais le buzz le plus important était sur les médias sociaux

Le tweet de Moonmoon Ghosh résume parfaitement la frustration :

@mooninanfield (Moonmoon Ghosh) : : Effrayant d’être une femme à #Delhi. En fait, dans toute l’Inde. Malade. http://www.ndtv.com/article/cities

Posters from the Delhi Slutwalk.

Les affiches de la Marche des salopes de Delhi. Image par Rahul Kumar. Droits d'auteur Demotix (30/07/2011)

D'autres réactions sur Twitter :

@vanithaj : Dans le rapport des médecins on lit que les intestins et les parties génitales de la victime de Delhi sont très douloureux. La peine de mort est-elle appropriée pour les accusés ? Non, faites-leur mal aux parties intimes.

@ArvindKejriwal7 (Arvind Kejriwal) : 635 viols répertoriés à Delhi en 2012. Il y a-t-il eu des condamnés ? Non ? N'est-ce pas encourager ces crimes ? Chaque cas de viol devrait être résolu en un mois.

@anandmahindra (Anand Mahindra) : La juste mesure de la colère est une réponse au viol collectif Delhi. Les médias et les médias sociaux doivent maintenir une pression constante pour une avancée.

@JusticeForWomen: Le #VIOL n’est pas un problème de #DELHI. Des femmes et des très jeunes filles sont violées tous les jours et partout en  #Inde – Le problème nécessite une attention NATIONALE.

Une femme dans l'Inde d'aujourd'hui est furieuse :

Ce n’est ni la première ni la dernière fois que cela arrive !

Cela arrivera encore, encore, et encore, plusieurs fois par jour, à travers cette nation appelée l'Inde qui adore une grande déesse [...]

Les viols se produisent en Inde, parce que nous sommes une nation insensible.

Une ménagère indienne a beaucoup d'interrogations :

Pourquoi à votre avis ces violeurs à Delhi se sentaient ils invulnérables ? [...]

Pensez-vous que notre société considère les violeurs comme des criminels sérieux ? Beaucoup d'entre nous semblent considérer le viol comme quelque chose qui se passe quand un violeur n'est pas capable de se contrôler. Il semble que nous ayons des normes spéciales pour juger les criminels sexuels et les violeurs le savent.

Lakshmi Chaudhry écrit :

Chaque fois qu'un viol sensationnel défraye la chronique, chaque fois qu'un ou une politique ouvre sa bouche, c'est un rappel désagréable de cette autre Inde, de notre jumeau plus lent, plus dangereux qui refuse obstinément de se développer ou de changer. Il existe également des preuves irréfutables que c'est notre monde qui n'est pas tout à fait réel, existant uniquement dans une bulle soigneusement gardée construite sur une illusion de sécurité. Une bulle qui peut être violée à volonté par l'autre Inde que nous essayons si fort de tenir loin de nous.

Men participating at the Delhi Slutwalk.

Des hommes qui participent à la Marche des salopes de Delhi. Image par Rahul Kumar. Droits d'auteur Demotix

Ritu Lalit a fait une lettre ouverte aux militants sociaux, législateurs et forces de l'ordre. Un extrait :

Je voudrais attirer votre attention sur les réelles opprimées de notre pays, nos femmes. Pourquoi le sort de nos femmes a-t-il échappé à votre vigilance ? Pourquoi ne pouvons-nous pas nous mettre en colère pour elles ? Les personnes les plus publiques d'entre-vous sont des femmes, et elles paniquent pour quelque chose qui s'est passé en 2002 !

The Pregnant Thought opine :

La culture du viol à Delhi ne date pas d'hier. C’est l'enfant illégitime de notre éducation indisciplinée. Delhi n'a pas échoué. Nous avons échoué.

Nous avons des lois strictes, qui ne sont pas mise en œuvre. Plus que de lois plus strictes, nous avons besoin d'une culture plus ouverte. Quel type de culture est celle où “sexe” est un mot négatif et le viol la norme.

Que faudrait-il pour que nous comprenions que « pour résoudre un problème, vous avez besoin de le mettre à nu »

Réveillez-vous. Ouvrez-vous !

1 commentaire

  • [...] Un viol collectif à Delhi provoque une vague d’indignation en Inde Que se passe-t-il en Slovénie ? Des milliers de personnes ont défilé vendredi à Ljubljana et dans d’autres villes du pays, alors que les syndicats et les partis d’opposition n’avaient pas appelé à ces rassemblements. La mobilisation s’organise par les réseaux sociaux, comme Facebook, et dans la crainte permanente des provocations de la police. [...]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.