Le quotidien allemand Handelsblatt aurait choisi pour homme politique de l'année le premier ministre grec Antonis Samaras, après une nouvelle série de mesures d'austérité, une nouvelle tranche de sauvetage pour la Grèce, un avertissement de la Commission Européenne que ce n'était pas fini, et l'interminable spéculation du ‘Grexit’ (sur l'éventuel défaut de la Grèce et sa sortie de la zone Euro). Le blogueur financier Albert John a trouvé l'explication [liens en anglais] :

Il n'existe pas d'univers où Samaras est ‘homme politique de l'année. Les Dieux se sont juste lassés de jouer aux dés. Le monde a pris fin. Ne croyez pas ce que vous voyez