Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des réfugiés Rohingya renvoyés par Singapour

Ce billet fait partie de notre dossier spécial Rohingya au Myanmar.

Tous les liens renvoient à des sites en anglais.

Après avoir dérivé en mer pendant plus de 30 heures, 40 réfugiés Rohingya ont été secourus par un navire vietnamien, le MV Nosco Victory, le 5 décembre 2012. Quelques jours plus tard, le navire a atteint Singapour mais le gouvernement a refusé l'entrée du pays aux réfugiés Rohingya. Les internautes de Singapour et les groupes de défense des droits humains se sont fortement élevés contre la décision des autorités de renvoyer les réfugiés.

Maruah (Groupe de défense des droits humains) rappelle au gouvernement que les populations en difficulté doivent être traitées avec humanité :

Les ministres du gouvernement ont mis le doigt sur des valeurs qui ont émergé comme l'un des principaux thèmes de Notre Conversation à Singapour (espace de communication où tous peuvent s'exprimer sur l'avenir de Singapour); quelle valeur prétend donc défendre le gouvernement singapourien en laissant entendre que les Rohingya n'auraient pas dû être secourus ? Comment souhaiterions-nous que des navires traitent des Singapouriens qui dériveraient en mer ?

Les Singapouriens ont clairement exprimé leur désir de voir Singapour devenir une société plus humaine et bienveillante. La manière dont nous traitons des populations en détresse qui fuient un génocide semble être un bon point de départ.

 

Un camp de réfugiés Rohingya au Bangladesh, près de la frontière avec le Myanmar. Photo de auniket Copyright@Demotix (10/15/2012)

Le Parti Démocratique de Singapour estime que la bonne décision était d'accueillir temporairement les Rohingya :

Ce n'est pas bien de les avoir renvoyés alors qu'ils avaient besoin de nourriture et de soins médicaux. La chose à faire aurait été de leur assurer un abri temporaire et de veiller à leur sécurité physique. Les réfugiés auraient pu être rapatriés ultérieurement.

Les Singapouriens sont des gens bienveillants et le gouvernement qui nous représente ne devrait pas être froid et cruel, et tout calculer en termes matériels.

Where Bears Roam Free accuse le gouvernement d'être ‘sans coeur’ :

Après tous les efforts déployés par Singapour pour s'élever au rang des grands, cet incident nous couvre de honte. Nous avons un gouvernement sans coeur. Nous ne sommes même pas capables d'accueillir temporairement 40 personnes ? L'argument qui prétend que “d'autres vont venir” ne tient pas. Cet argument signifie que vous laissez mourir 40 personnes parce que vous n'êtes pas sûrs de pouvoir en accueillir plus.

Limpeh discrédite les arguments avancés par le gouvernement pour renvoyer les Rohingya :

… quand on fuit un génocide ou une guerre, on court dans tous les sens et on va où l'on peut, ce n'est pas la même chose que les immigrants économiques qui cherchent le meilleur endroit pour s'installer et travailler. Même s'il s'agit simplement d'héberger temporairement des réfugiés désespérés, en attendant un transfert vers un troisième pays qui accueille les réfugiés, il ne s'agit de les héberger que quelques semaines ou mois – est-ce trop demander ?

On trouve un débat passionné et fourni sur le sujet sur Facebook:

Eng Patrick je pleurerai de joie quand je verrai leur bonheur de voir que quelqu'un se soucie d'eux. Je pense que Singapour peut les accueillir le temps qu'ils trouvent un hébergement permanent ailleurs. C'est triste de voir qu'on les renvoie.

Cedric Koh Ils sont une minorité persécutée chez eux. Si on ne les aide pas, leur race, leur culture, leurs traditions, vont disparaître, et ce que nous faisons revient à les envoyer à la mort.

D-jin Toh En ne leur venant pas en aide on ne prétend pas excuser quoi que ce soit. En ne leur venant pas en aide, on dit seulement que l'on ne veut pas les aider, rien d'autre. Il y a des millions de réfugiés dans le monde, est-ce que ne pas les avoir aidés pendant toutes ces années signifie que l'on a excuséé la guerre, l'esclavage, la violence, les génocides… ?

Une dernière chose, je ne suis pas contre le fait d'aider ces personnes, mais je suis contre le fait de les laisser entrer. Leur donner de l'eau et de la nourriture et les renvoyer vers un autre pays devrait être le meilleur choix à mon avis.

Frankie Png Il y a beaucoup de grands pays riches qui ne peuvent même pas les accepter. Nous n'avons ni ressources ni terre, comment pouvons-nous ouvrir nos portes. Leur donner de la nourriture et des médicaments est déjà très généreux de la part d'un petit pays de 8 millions d'habitants. Difficile de concilier humanité et durabilité ?

Desparatebeep est déçu par les politiciens qui ont renvoyé les réfugiés :

Les politiciens voient peut-être quelque chose que nous ne voyons pas ici, mais ceux pour lesquels nous éprouvons de la compassion ne sont pas les bons. Quand les occidentaux chassés de chez eux s'en prennent aux banquiers qui les ont chassés, on montre de la compassion envers les banquiers. Quand les gens fuient un massacre imminent, on décide qu'ils ne méritent pas notre compassion. Je ne voit pas de logique là-dedans.

Un utilisateur de Twitter à Singapour est lui aussi attristé par la décision du gouvernement :

@chotemiya3 Si ce que l'on dit est vrai sur le renvoi par Singapour d'un bateau qui transportait des réfugiés Rohingya, alors je suis sincèrement honteux d'être singapourien.

Les Rohingya sont un groupe ethnique qui lutte pour sa reconnaissance au Myanmar (Birmanie). Mais le gouvernement du Myanmar persiste à refuser la citoyenneté aux habitants Rohingya. Des conflits locaux ont eu lieu cette année opposant des villageois Rakhine et Rohingya à l'ouest du Myanmar. Le gouvernement a nié que les Rohingya étaient victimes de génocide et de persécution religieuse.

Heureusement, la Malaisie a accepté d'accueillir les 40 réfugiés Rohingya.

1 commentaire

  • [...] Des réfugiés Rohingya renvoyés par Singapour (Attention le contenu de cette vidéo peut choquer.) Plusieurs dizaines de civils ont été tués dimanche 23 dans le bombardements aérien d’une boulangerie à Halfaya, à environ 200km au nord de Damas, 5 jours après que les rebelles aient déclaré la ville « zone libre ». L’Observatoire Syrien des droits de l’homme fait état de plus de 60 morts et d’au moins 50 blessés dans un état critique. De nombreux habitants faisaient la queue devant cette boulangerie après que la première livraison de farine depuis plusieurs jours soit arrivée. Les groupes de défense des droits de l’homme ont déjà dénoncé le gouvernement syrien pour ses attaques autour des boulangeries. Cet été, Human Right Watch avait établit 10 bombardements en trois semaines, pour la seule ville d’Alep. [...]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.