Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le décès de la victime du viol collectif provoque des manifestations dans toute l'Inde

La victime d'un viol collectif à New Delhi est décédée hier dans un hôpital de Singapour.

Le viol collectif de Delhi s'est produit le 16 décembre alors que la victime et un ami revenaient d'une sortie au cinéma. Après être monté à bord d'un autobus, ils ont été agressés par cinq autres passagers. Le 26 décembre, la victime a été transportée à Singapour pour des soins supplémentaires où elle est morte le 29 décembre 2012.

La veillée de Bombay, en mémoire de la victime du viol collectif de Delhi, a pris place le samedi 29 décembre, et les participants ont défilé de la statue de Gandhi à la plage de Juhu jusqu'au parc Kaifi Azmi.

Selon le site Zee, le jour a été appelé le ‘Samedi noir’ et des personnes de tout le pays ont manifesté contre cette injustice.

La veillée de Bombay. Photo Molly Anderson. Utilisée avec permission.

Un tweet de l'actrice Shabana Azmi a été retweeté 405 fois :

@AzmiShabana: Des citoyens de Bombay, dont des personnalités du théâtre et du cinéma mènent une marche silencieuse à 17h30 aujourd'hui de la plate Juhu, statue de Gandhi, jusqu'au parc Kaifi Azmi.

J'ai écris pour Policymic à propos de la veillée à laquelle j'ai assisté :

La veillée s'est déroulée dans une atmosphère lourde. Les affiches allaient de “Mon corps, ma ville, mes droits” à “Ce n'est pas sa honte, c'est la nôtre” et “Enfant fille, enfant garçon, notre enfant”.

Selon la police, la foule comptait plus de 1 500 personnes. Les marcheurs incluaient des femmes, des hommes et aussi des stars de Bollywood comme Kailash Kher et le metteur en scène Satish Kaushik, le fameux parolier Javed Akhtar, ainsi que d'autres.

Comme Aruna Prakash, une DJ de la radio pour 90.8 Jaaga Bombay, a dit : “Je suis une femme, une fille, et je viens de Delhi.” Prakash était “furieuse, en colère et triste,” à la suite de la nouvelle. Elle a fait la remarque que dans le passé les filles étaient en sécurité, mais que maintenant ce n'est plus le cas.

Sonam Revanker,une jeune professionnelle de Bombay, est venue manifester avec son frère. Comme elle a dit, “Il est temps que quelqu'un agisse.” Revenker a eu vent de la veillée sur Facebook et Twitter et a décidé de venir avec son frère. [..]

Comme l'acteur de Bollywood Sameer Kochhar a dit : “Je suis ici pour montrer ma solidarité et mon soutien. En tant qu'Indien et venant de Delhi, je suis attristé.” Il a marché pour “montrer que nous sommes préoccupés par la situation et parce que nous avons besoin d'un changement.”

Mumbai Vigil. Image by Molly Anderson. Used with permission.

Veillée de Bombay. Photographie de Molly Anderson. Utilisée avec permission.

L’entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes a appelé le gouvernement indien à

faire tout en son pouvoir pour entreprendre des réformes radicales, assurer le respect de la justice et offrir des services publics qui assurent que la vie des femmes est plus sécurisée.

Les articles de journaux et les éditoriaux oscillaient entre appeler à castrer les coupables jusqu'à appeler pour une action rapide dans les cas de viols. Certains gouvernements d'états indiens ont appelé à la formation  d'équipes composée uniquement de femmes pour faire face aux crimes contre les femmes.

Une psychologue clinicienne, Dr. Aruna Broota, est citée dans le journal The Hindu en disant que pour contrer les peurs croissantes des femmes et des filles il est nécessaire d'éduquer les garçons et les hommes.

Ils ont besoin de commencer avec des ateliers et des thérapies dans les écoles et ils faut inclure les garçons. Il y a un grand besoin que les garçons et les hommes s'impliquent et qu'on aborde le sujet de la hiérarchie dans les relations entre les sexes.

Des manifestants indiens allument des chandelles et tiennent des pancartes durant la manifestation de Agartala, Inde. Photographie de Arindam. Droits d'auteur Demotix (30/12/2012)

Des réactions sur Twitter ont souligné un besoin d'éducation :

Matthew Ward a été retweeté 1988 fois :

@HistoryNeedsYou: Écoutez les femmes de l'Inde: N'empêchez pas votre fille de sortir. Enseignez à votre garçon à bien se comporter. #Delhigangrape pic.twitter.com/OvmlArpQ

Harsha Walia a dit :

@HarshaWalia: la meilleure réponse sur Twitter aux grands titres qui disent : “l'Inde a un problème avec ses femmes” –> “le monde a un problème avec son patriarcat” #delhigangrape #delhiprotests

L'auteur Anand Giridharadas a publié sur Twitter :

@AnandWrites: Le fait d'entendre que la victime du #DelhiGangRape est morte hier à Singapour m'a fait l'effet d'un coup de poing au ventre. #RIP. Est-ce que l'affaire produira pour l’#Inde l'effet que le vendeur de rue (ndr, Mohamed Bouazizi) tunisien a provoqué, ou est-ce que la complaisance l'emportera?

La veillée d'aujourd'hui sera suivie d'une manifestation le 31 décembre de Colaba jusqu'au monument de la Porte de l'Inde.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.