Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mexique : un Tribunal Fédéral ordonne l'arrêt de la construction controversée d'un parc éolien

Tous les liens, sauf mention contraire, sont en espagnol.

L’opposition aux éoliennes dans l’Isthme de Tehuantepec, dans l’État d'Oaxaca dans le sud du Mexique, provenant pour une large part des peuples autochtones, a remporté une victoire importante le 7 décembre 2012 lorsqu’un juge du Tribunal Fédéral du Septième District a accordé une injonction (amparo) mettant temporairement fin à la construction d’un parc éolien controversé à San Dioniosio del Mar. Le juge basé à Salina Cruz a décidé que “selon l’article 233 de la Ley de Amparo [protection juridictionnelle], la présente [injonction] ordonne explicitement la suspension des actes contestés qui violent les droits fonciers de la communauté”.

Alors que les Indiens Ikojts (Huave) de l’Isthme de Tehuantepec ont fêté cette décision et ont appelé l'administration et l’industrie du secteur à la respecter, leur lutte continue sur le terrain.

Le lendemain de cette décision de justice, Marena Renovables – le consortium international chargé de la construction du parc – a annoncé qu’il ne  “céderait pas au chantage” et qu’il poursuivrait le dialogue avec les communautés. Sa porte-parole chargée des relations avec l'administration, Edith Ávila, a indiqué que le projet représente un investissement d’un milliard de dollars ; elle affirme qu’il apporterait d’immense bénéfices à la communauté. Le but est de poursuivre la construction comme prévu.

Le gouverneur d'Oaxaca, Gabino Cué Monteagudo, a déclaré que l’amparo était “un signal négatif envoyé aux investisseurs privés dans l’État”. Il aurait également exprimé son espoir que ce jugement ne serve pas de précédent pour le développement du reste de la région.

Wind Farm, Isthmus of Tehuantepec

Une éolienne dans l'Isthme de Tehuantepec, Oaxaca. Photo de Rachael Petersen, Janvier 2011.

Des acteurs internationaux se sont immiscés dans le conflit. Noticias Net rapporte que le jour de l’arrivée au pouvoir du nouveau président du Mexique, Enrique Peña Nieto, l’ambassadrice australienne Katrina Cooper a présenté au Ministre des Affaires Étrangères mexicain Jose Antonio Meade une demande en faveur de “[la résolution] du conflit dans l’Isthme de Tehuantepec, qui empêche de lancer la construction du plus grand parc éolien d’Amérique latine”. La compagnie australienne Macquarie Infrastructure Fund est un des partenaires du consortium de Mareña Renovables, aux côtés de Mitsubishi Corporation, un conglomérat japonais, et de PGGM, un fonds de pension hollandais.

Le projet de 396 megawatts (MW) de San Dioniso del Mar, situé au niveau de Barra Santa Teresa and Santa Maria del Mar dans l’Isthme de Tehuantepec, sera le plus grand parc éolien du Mexique et un des plus grands d’Amérique Latine. Ce projet de 132 turbines, évalué à près de 985 millions de dollars, approvisionnera en électricité les plus grandes compagnies de boisson de l’Amérique Latine : Femsa et Cuauhtémoc Moctezuma, leur permettant d’économiser 10% de leur dépenses d’énergie, selon la Banque Interaméricaine de Développement (BID).

Ce projet de San Dionisio del Mar est financé par les investissements de plus de quinze banques, dont la BID, qui a prêté 72 millions de dollars [en anglais] pour sa construction.

Oaxaca, une région clé pour l’éolien mondial

Le gouvernement mexicain continue de construire des parcs éoliens à la vitesse de l’éclair, avec actuellement 521 MW installés [en anglais] pour un total prévu de 3.000 MW [en anglais] en 2014. Tout au long de 2012, le Mexique a planifié les développements éoliens d’une capacité proche des 900 MW –­ tous, à l’exception de 70 MW, étant au Oaxaca, une des meilleures régions au monde en terme de ressources éoliennes. L’Isthme de Tehuantepec au Oaxaca est concerné à lui seul par 14 projets d’énergie éolienne avec plus de 400 turbines, ainsi que cinq autres projets en cours de réalisation.

Cependant, l’essentiel du territoire de l’État d'Oaxaca est habité par des peuples autochtones ou possédé collectivement par des paysans sous forme d’ejidos. Ici la résistance au développement de l’énergie éolienne est aussi ancienne que les parcs. Les multinationales de l’énergie éolienne implantées dans la région ont été accusées d’avoir proposé des contrats abusifs, de corrompre les dirigeants locaux, d’avoir mené des consultations inadaptées et de ne pas respecter leurs promesses. L’opposition locale aux parcs éoliens ne cesse de croître alors que les alliances politiques entre les gouvernements locaux, nationaux et municipaux, les transnationales de l’énergie éolienne et les propriétaires terriens se multiplient dans un contexte de plus en plus complexe et violent.

Un vent de résistance souffle dans l’Isthme

Des manifestants anti-éolien interceptés par la police locale à Union Hidalgo, Oaxaca, 30 octobre 2012. Photo de l’Asamblea de Pueblos del Istmo, utilisée avec sa permission.

Les autochtones des principales communautés affectées sont nombreux à avoir conservé une culture traditionnelle basée sur la pêche, dépendant étroitement de l’océan pour leur subsistance et pour le commerce. Ils craignent que le parc, en partie construit sur une étroite bande de terre, ait un impact sur des ressources halieutiques vitales et sur la mangrove, un écosystème fragile. Ils soulignent également que ce projet apporte très peu à leurs communautés tout en constituant une violation de leurs droits fonciers, citant l’exemple de contrats qui bien souvent ne proposent que 100 pesos à l’hectare par an, une somme trop faible pour compenser la perte des ressources naturelles et des terrains occasionnée. Le Secrétariat des Affaires Indigènes d'Oaxaca a également reconnu les violations des droits de l’homme qui ont eu lieu à l’occasion de l’établissement des contrats visant la création de fermes éoliennes dans la région.

Différents groupes se sont mobilisés pour protester – et bloguer sur cette résistance qui s’organise dans les régions riches en vent de l'Oaxaca. Les communautés opposées au projet de San Dionisio tiennent ensemble un blog intitulé “Communautés s’opposant au méga-projet éolien de San Dionisio del Mar”, qui propose des images, des vidéos, et des déclarations concernant leurs activités. Le principal groupe anti-éolien, la Asamblea de Pueblos Indígendas del Istmo en Defensa de la Tierra y el Territorio, possède une page Facebook et un blog qui suivent les derniers développements de ces projets éoliens. UCIZONI, pour l’Unión de Comunidades Indígenas de la Zona Norte del Istmo, une organisation qui défend les droits des peuples autochtones au Mexique depuis plus de vingt-cinq ans, a réalisé une vidéo TouTube, qui a été retirée depuis, proposant des informations générales sur San Dionisio del Mar et des témoignages personnels de membres des communautés directement affectées par ces projets. De nombreux autres interviews et témoignages de communautés opposées au parc éolien restent disponibles sur la chaîne YouTube du mouvement.

La décision de justice du 7 décembre fait suite à une série de violents affrontements dans la région entre les manifestants locaux, l’industrie du secteur, et la police de l’État. Dans une conférence de presse du 11 décembre 2012, des habitants de San Dionisio del Mar et de San Mateo del Mar ont appelé le gouvernement et les compagnies à respecter l’amparo et à suspendre indéfiniment le projet de Mareñas. Ils ont déclaré :

A partir del 2007, año en que se anunció la entrada de empresas trasnacionales de energía eólica en nuestro territorio, se inició un hostigamiento, una represión policiaca contra el pueblo, tanto de las empresas como por parte de los gobiernos estatal y federal, coludidos con los presidentes municipales de toda la región del Istmo.

Dès 2007, année où a été annoncée l’arrivée de transnationales de l’énergie éolienne sur notre territoire, un harcèlement, une répression policière ont commencé à l’encontre du peuple, de la part des entreprises comme de celle du gouvernement de l’État et du gouvernement fédéral, en collusion avec les présidents municipaux de toute la région de l’Isthme.

Le quotidien La Jornada rapporte que cette défense de leur territoire a coûté au peuple Ikojts “au moins 14 incidents violents, des intimidations et du harcèlement au cours des quatre derniers mois”. Le blog de l’organisation Servicio Internacional Para la Paz, basée au Chiapas, offre un aperçu très complet de ces conflits autour du parc éolien depuis septembre 2012.

Un manque d’information, un avenir incertain

Selon le blogueur zapotèque, journaliste et ethnohistorien Gubidxa Guerrero, même si Marena Renovables affirme que la décision d’accorder l’amparo de la cour fédérale n’affectera pas la construction, l’affaire pourrait rapidement prendre une ampleur nationale. Il souligne que le manque d’information du public est le principal coupable de la politisation de la question des éoliennes au Oaxaca :

La información es vital para tomar una decisión que afectará por treinta años el destino de sus terrenos (que es la duración promedio de los contratos). Por desgracia existe un vacío de información que provoca que unos cuantos vivales la aprovechen para dos fines: sembrar el pánico contra los proyectos, o presentar selectivamente sus “bondades”.

L’information est vitale lorsqu’il s’agit de prendre une décision qui scellera pour trente ans (durée moyenne des contrats) le destin de ces terrains. Malheureusement, le manque d’information est réel et il incite quelques individus mal intentionnés à en profiter à deux fins : semer la panique contre les projets ou au contraire, présenter de façon sélective leurs “bénéfices”.

Cette décision de la Cour Fédérale est un premier pas essentiel pour arrêter – ou tout du moins pour retarder – le développement de l’énergie éolienne dans l'Oaxaca. Ceci permettra une évaluation plus honnête de l’impact et des bénéfices de l’énergie éolienne dans l’Isthme. Cependant, il reste à voir si le gouvernement et l’industrie du secteur respecteront les demandes du peuple Huave de l’Isthme de renoncer totalement au projet de San Dionisio.

Pour plus d’information sur la situation en Oaxaca, voir :

Upside-down World: Au Mexique, des Peuples Autochtones se battent contre l’Industrie de l’Énergie Éolienne [en anglais]

AIDA: Les défis du déploiement de l’énergie éolienne au Mexique. Le cas de l’Isthme de Tehuantepec [en anglais].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.