Rajeev Gowda, président du Centre de politique publique à l'Institut Indien de Management (IIM), à Bangalore, expose sur le blog Sans Serif les raisons pour lesquelles selon lui il est préférable de ne pas donner la véritable identité de la victime du viol collectif de Delhi, décédée à 23 ans.