Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les interventions militaires françaises en Afrique

L'intervention militaire française au Mali,nommée Opération Serval, a commencé le 11 Janvier à la suite de l'avancée des groupes islamistes vers Bamako. Saluée par une partie de la population au Mali et de nombreux observateurs extérieurs, cette intervention s'écarte cependant de la ligne de conduite non-interventionniste du président français Hollande en Afrique.

View L'intervention militaire étrangère au Mali in a larger map

Carte Google interactive de la guerre au Mali par Jeune Afrique ]

François d’Alençon écrit dans Afrique: pourquoi les interventions françaises ne suscitent pas de protestations…

Bizarre, bizarre… L’intervention française au Mali ne dérange personne alors que des actions américaines similaires soulèveraient des tempêtes de protestation… De l’avantage de ne pas être une super puissance.

Et cite des extraits du quotidien tchèque Lidové noviny:

« Les Français sont intervenus plus de 50 fois en Afrique depuis 1960. Ils ont combattu au Tchad, dans la guerre non déclarée avec la Libye, protégé les régimes de Djibouti et de République Centrafricaine des rebelles, empêché un coup d’état aux Comores, sont intervenus en Côte d’Ivoire. Que ce soit pour préserver des intérêts économiques, protéger les ressortissants français ou démontrer le statut de grande puissance du pays, les locataires de l’Élysée, de gauche comme de droite, ont fréquemment manifesté leur penchant pour les actions unilatérales. … Pourtant personne n’a jamais protesté. … Si les États-Unis intervenaient avec une telle véhémence, il y aurait des protestations interminables en Europe. Et les ambassades américaines verraient défiler des diplomates fâchés, à commencer par les Français. »

Carte de la rébellion touareg au Azawad, au nord de Mali indiquant les attaques des rebelles au 5 avril 2012

Carte de la rébellion touareg au Azawad, au nord de Mali indiquant les attaques des rebelles au 5 avril 2012 par Orionist sur wikipédia (CC-BY-3.0)

Ci-dessous une chronologie de ces interventions [elles sont nombreuses mais contrairement à ce qu'affirme le quotidien, il y en a moins de 50. ] françaises faite en utilisant le rappel des principales interventions militaires françaises en Afrique de Nestor N’Gampoula et celui de Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info lequel souligne que ces interventions militaires de la France en Afrique sont essentiellement dans ses anciennes colonies :

En 1964, après une tentative de coup d’État contre le régime d’alors, des troupes aéroportées débarquèrent à Libreville au Gabon.

De 1968 à 1972, des contingents français participèrent à la lutte contre la rébellion dans le Tibesti région du nord Tchad.

En 1978 au Zaïre (actuelle République démocratique du Congo), 600 légionnaires français se rendirent dans la ville de Kolwezi, au sud-est, pour secourir des milliers d’Africains et d’Européens menacés par des rebelles katangais. Cette mission fit suite à l’appel lancé par le président Mobutu Sese Seko d’aider son pays. L’opération coûta la vie à cinq légionnaires, mais permit à 2.700 Occidentaux d’être évacués.

En 1979 en Centrafrique, l’empereur Jean-Bedel Bokassa 1er est déposé par des parachutistes français de l’opération Barracuda.

De 1983-1984, au Tchad la France engagea l’Opération Manta, forte de 3.000 hommes, pour faire face à une offensive d’opposants armés appuyés par la Libye.

Deux ans après, soit en 1986, une autre action militaire française, dite « opération Épervier », à dominante aérienne fut déployée après une offensive antigouvernementale.

En 1989 au Comores, après l’assassinat du président Ahmed Abdallah et la prise de contrôle du pays par les mercenaires du Français Bob Denard, quelque 200 soldats français débarquèrent sur place, contraignant ainsi ces derniers à quitter le pays.

En 1990, Paris envoie au Gabon des troupes à Libreville et à Port-Gentil en renfort du dispositif français, à la suite de graves émeutes. L’opération permit l’évacuation de quelque 1 800 étrangers.

En 1991 Zaïre (actuelle République démocratique du Congo), les troupes belges et françaises réussirent à évacuer des étrangers après de violentes émeutes et pillages intervenus dans le pays.

En 1991, les troupes françaises basées à Djibouti aident la rébellion afar et désarment les soldats éthiopiens qui traversent la frontière après le renversement du président éthiopien Mengistu Hailé Mariam.

En 1994, les soldats français et belges évacuent les Européens du Rwanda tandis que les Hutus massacrent des centaines de milliers de Tutsis. Plus tard dans l’année, quelques 2.500 soldats français, appuyés par des contingents de pays africains, lancent l’« Opération Turquoise », décrite comme un effort humanitaire, du Zaïre à l’est du Rwanda.

En 1995, un millier d’hommes participent à l’opération Azalée, mettant fin à un nouveau coup d’État de Denard contre le président Saïd Mohamed Djohar au Comores.

En 1996 en Centrafrique, soit à la suite de mutineries armée contre le président elu Ange-Félix Patassé, l’opération Almandin assura la sécurité des étrangers puis l’évacuation de 1 600 personnes.

L’année suivante en 1997, plus précisément après l’assassinat de deux militaires français, une opération française fut mandatée contre des mutins à Bangui (Centrafrique).

La même année 1997, quelques 1.200 soldats français secourent les ressortissants français et africains lors des combats entre l’armée congolaise et les partisans du chef militaire congolais Denis Sassou Nguesso, aujourd’hui président de la République du Congo.

En 2002, les forces françaises montent l’opération Licorne pour aider les occidentaux pris au piège par un soulèvement militaire qui a pour effet de couper la Côte-d’Ivoire en deux.

En 2003, Zaïre (actuelle République démocratique du Congo), l’opération Artémis dans l’Ituri, au nord-est, sécurisa la zone et mit fin à des massacres avant le déploiement de 2.000 Casques bleus, dont 80% Français.

En 2004, ils détruisent en Côte-d’Ivoire la petite force aérienne ivoirienne après que les forces gouvernementales bombardent une base française.

2008  Une nouvelle intervention française renforce le régime du président tchadien Idriss Deby et évacue les étrangers pendant les attaques des rebelles qui ont traversé depuis le Soudan voisin.

2011 en Libye les avions français sont les premiers à bombarder les forces de Mouammar Kadhafi en mars, après le vote de l’Organisation des Nations Unies qui autorise l’intervention en Libye pour protéger les civils pris au piège dans une rébellion contre Kadhafi. L’OTAN a pris le commandement de la mission globale le 31 Mars, qui a permis aux rebelles libyens de vaincre les forces du gouvernement et de prendre le pouvoir.

2011 – Côte-d’Ivoire – Les forces françaises font pencher la balance aux côtés des forces de l’ONU lors de la guerre civile qui a éclaté après le refus de Laurent Gbagbo de démissionner et d’accepter la victoire électorale d’Alassane Ouattara comme président.

La France avait décidé de rompre avec son rôle de « gendarme de l’Afrique » en refusant d’intervenir une nouvelle fois en Centrafrique où François Bozizé (ancien chef des armées arrivé par coup d’état au pouvoir en renversant le président élu Ange-Félix Patassé le 15 mars 2003) fait face à une rébellion. C’était sans compter avec les événements au Mali :

2013 – Mali – Les Français bombardent les rebelles islamistes après qu’ils aient tenté d’élargir leur base de pouvoir en se dirigeant vers la capitale malienne, Bamako. La France avait déjà mis en garde que le contrôle du nord du Mali par les rebelles posait une menace pour la sécurité de l’Europe.

Dans le même temps, la France a monté une opération commando pour tenter de sauver un otage français détenu par des militants al Shabaab en Somalie, également alliés à Al-Qaïda. L’otage aurait été tué.

3 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.