Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

La pollution de Téhéran en images

La pollution de l'air est un ennemi public pour des millions d'Iraniens, et l'est depuis des années. Personne n'est plus surpris de nos jours quand le gouvernement ferme les administrations en raison de la pollution atmosphérique.

Au début du mois de janvier, le ministère de la Santé a annoncé que l'an dernier, plus de   4 400 personnes sont décédées des conséquences de cette pollution à Téhéran, la capitale.

Iran de poussières noires

Plusieurs dessins et caricatures ont été partagés sur les réseaux sociaux avec les autres Iraniens, consacrés à la pollution à Téhéran. Omid a posté ce dessin sur Iroon.com figurant un Téhéran noir de poussière.

Omid, Iroon.com

Mana Neyastani n'a pas oublié la politique dans ses dessins sur la pollution. “Grand-père” dit :  ”C'est à nouveau le matin, et je devrais me lever…Il n'y a que des mauvaises nouvelles…exécutions, prison…”. “Grand-père” prend une grande inspiration devant la fenêtre ouverte pour bien commencer sa journée et s'effondre, à côté d'un journal portant la manchette : “Pollution meurtrière de l'air à Téhéran”.

Mana Neyestani, Mardomak.

Iran irrespirable

Voici une vidéo filmée lors de l'atterrissage d'un avion à l'aéroport de Mehrabad, révélant une ville couverte d'un nuage sombre de pollution.

Pas d'oxygène

Zeyton, un blogueur iranien,écrit [farsi] :

Nos avions l'habitude de dire que nous nous pouvions respirer nulle part dans ce pays. Nous faisions allusion à la répression politique et sociale du régime. Mais aujourd'hui, il n'y a littéralement plus d'oxygène pour respirer. Un régime incapable de fournir de l'oxygène à ses citoyens prétend exporter sa façon de gouverner dans le monde entier.

Nous ne devons pas oublier que les habitants d'autres villes iraniennes sont victimes de la pollution aussi, comme dans la ville du sud, Ahwaz [farsi].

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues