Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La créativité pour canaliser le malaise social en Espagne

Depuis que l'activisme anti-crise a fait son apparition en Espagne en 2011, le mécontentement social s'est canalisé de manière constructive et spirituelle à travers différents mouvements. Parmi ceux qui se font le plus entendre, on trouve le 15M (mouvement des Indignés) et son “occupation” de l'espace public, l'apparition de marées humaines représentatives de différents secteurs touchés par les réductions budgétaires (éducation, santé, logement…) et leurs ateliers de réflexion  le 25S, qui a invité à prendre d'assaut le parlement en plusieurs occasions, les marches de mineurs qui ont parcouru  pratiquement tout le pays etc.
L'ingéniosité des protestations se manifeste dans les détails comme dans les slogans et les pancartes des manifestations, mais aussi dans les nouvelles formes de revendication de la société espagnole. Parmi celles-ci, on peut citer les nombreux “flashmob”, actions courtes réalisées par un groupe de personnes en un lieu et à un moment inattendu. Le dernier flashmob en date lié à la crise, amplement diffusé sur les réseaux sociaux, que l'on peut voir ici, a eu lieu dans la région de Madrid après l'annonce des derniers chiffres du chômage (plus de 6 millions).  Un groupe de musiciens interprète une chanson au message plein d'espoir.

Le fameux groupe de flamenco Flo 6×8 danse et chante dans les banques en dénonçant leurs politiques économiques :

Le secteur universitaire est aussi touché par les coupes budgétaires : professeurs et élèves de l'Université Complutense ont lancé le mouvement “La complu dans la rue” : ils ont organisé des cours dans la rue en forme de protestation. Le 28 novembre dernier, l'initiative a transformé plusieurs espaces publics en “salles de cours citoyennes”. Ils disposent de leur propre blog. 

Un cours universitaire dans la rue Photo: David Fernández (Periódico Diagonal)

Le combat pour la santé publique – jusqu'alors maintenue hors des conflits sociaux –  entend éviter la privatisation des dispensaires de santé initiée par le gouvernement espagnol. Ils ont proposé de faire mieux connaitre le mouvement en demandant à leurs concitoyens de pendre des draps blancs à leurs fenêtres jusqu'à résolution du conflit.

Appel à soutenir le système de santé publique

Une action née sur Twitter, #Tubasuraalbanco, a surgi lors des 3 jours de grève du ramassage des ordures. La maire de Madrid avait alors demandé à la population de faire un effort et de ne pas sortir ses poubelles. Le résultat a été bien différent : de grandes quantités d'ordures ont été déposées à l'entrée des succursales des banques. Cette initiative s'est hissée dans les Trending Topic de Twitter.

@retuitator@Casillero90: Nouvelles décharges en Espagne, c'est le moment de nous rendre nos crédits “poubelles” #TuBasuraAlBancopic.twitter.com/OL9jfdyz“”

 

#Tubasuraalbanco. Photo du site  Latri.ca

Les fonctionnaires se sont aussi mobilisés : après les réductions budgétaires supprimant leur treizième mois, ils ont organisé un repas de Noël austère auquel ils ont convié quiconque voulait se joindre à eux, avec un sandwich. L'évènement a eu lieu à la Porte du Soleil, au centre de Madrid, en pleine effervescence commerciale des fêtes de Noël.

La région de Madrid a récemment créé une nouvelle taxe d'un euro par ordonnance dans les pharmacies. Comme objection à cette mesure, l'assemblée du 15M de Chamberi a diffusé un guide pour rejeter le paiement de celle-ci : le pharmacien est en effet tenu de donner les médicaments. Ils considèrent que “Les malades n'ont pas à payer VOTRE dette”.

Pour contourner l'augmentation de la TVA de 8 à 21%, le directeur du théâtre du village de Bescano, dans la province de Girone, a décidé de vendre des carottes et d’ “offrir” des billets de cinéma avec les légumes. La raison en est simple : les carottes sont taxées à 4%, alors que les places de spectacles théâtre le sont à 21%.

 ”Non à la TVA payée par les pauvres”

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.