Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

L'usage de gaz poivré contre des manifestants fait débat au Bangladesh

(Tous les liens sont en bangla)

La première fois que la police a utilisé du gaz poivré (pepper spray en anglais) au Bangladesh, c'était pour ramener la situation sous contrôle pendant une importante manifestation, durant laquelle les enseignants d'écoles privées réclamaient l'inclusion de leur établissement sur la liste MPO (Monthly Payment Order, assurant aux bénéficiaires un salaire mensuel régulier). Par la suite, elle a aussi utilisé du gaz poivré lors d'une manifestation de partis de gauche protestant contre l'augmentation du prix du carburant. Le blogueur Amrito Sudha a relaté sur son blog qu'un enseignant nommé Sikandar Ali avait eu un malaise en respirant ce gaz poivré et qu'il en était décédé.

L'usage de gaz poivré par la police a soulevé d'importants débats au Bangladesh. Des politiciens, des personnalités médiatiques, des civils, des internautes ainsi que des gens ordinaires ont critiqué la décision de l'Etat d'utiliser ce gaz poivré.

La police utilisant du gaz poivré lors d'une manifestation d'enseignants d'écoles privés. Photographie de Rehman Asad. Copyright : Demotix.

Sur son blog Sachalayatan, Mehedi Hasan Khan parle de l'usage de gaz poivré dans les autres pays, ses effets secondaires et les différentes interdictions.

Le blogueur Dikdorshon a écrit sur Somewhere In Blog :

Tous les partis politiques doivent comprendre qu'il ne sera pas sain d'introduire une telle culture néfaste dans le pays pour contrer la violence. Cela pourrait avoir un “effet boomerang”.

 

Le blogueur Tawhid demande son interdiction :

Il est incompréhensible comment l'Etat a pu autoriser ceci. Ce genre de gaz nocif doit être immédiatement interdit d'usage dans le contrôle de mouvements-révolte démocratique.

 

Alor Sandhane déclare sur Peoplesblog, concernant l'incertitude sur l'interdiction du gaz poivré :

Comment peuvent-ils l'interdire légalement ? Ce sont ceux qui ont le pouvoir de l'interdire qui l'utilisent illégalement.

 

Le blogueur et activiste Kallol Mustafa a écrit sur sa page Facebook :

L'Etat a donc déjà déclaré officiellement la guerre contre son peuple en utilisant ce gaz pour réprimer les manifestations civiles. Encore combien de morts, combien de personnes rendues aveugles pour que cette guerre soit finie ?

 

Sur Twitter, Shapnocharini écrit avec humour :

@shapnocharini: L'abus de grains de poivre peut nuire à la santé, c'est aussi l'arme utilisée par notre ministre de l'Intérieur.

 

De la même manière, Ali Asif Shawon a aussi écrit sur Twitter :

@orkasif: Les gaz poivrés de l'amour sont dans l'air, si vous voulez vivre, il est indispensable de circuler avec un masque…!

 

Cependant, Aho soutient l'usage des gaz poivrés en raisonnant ainsi :

Si la police avait chargé à la matraque et non au gaz poivré contre les enseignants privés non-MPO, alors les enseignants auraient été blessés, ils seraient allés à l'hôpital et peut-être que certains d'entre eux seraient décédés.  Le gaz au poivre les a sauvés de cette situation. De plus, ni la police ni l'Etat ne se sont retrouvés dans une situation embarrassante. Par conséquent, il est inutile de poursuivre ce débat.

 

Des interrogations ont été soulevées quant à la légalité de ces gaz dans les conventions internationales. Mais le ministre de l'Intérieur Mohiuddin Khan Alamgir a informé que les gaz au poivre sont autorisés dans toutes les conventions internationales pour la répression des rassemblements illégaux. Par conséquent, personne n'aurait le droit de s'y opposer. Cependant, un avocat de la Cour Suprême a  engagé une procédure contre l'Etat pour interdire l'usage de ce gaz poivré. Mehedi Hasan Khan a écrit :

On a appris par le journal du soir qu'une notice judiciaire avait été émise par un avocat de la Cour Suprême contre l'Etat lui demandant de cesser l'usage des gaz poivrés dans les prochaines 24 heures. Je lui en suis reconnaissant. Sikander Ali ne reviendra pas, malheureusement sa mort lui a permis de donner une dernière leçon à tous les aveugles au pouvoir. Mais attendraient-ils une tragédie qui serait pire encore?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues