Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Argentine : la Patagonie a la cote

Que ce soit dit : la destination pour cet été 2013, c'est la Patagonie argentine ! Dans sa rubrique tourisme, le journal Perfil évoque l'attractivité des prix et la diversité des activités comme étant un atout pour les sites touristiques.

Mais ce n'est pas tout ! La Patagonie plait aussi à ceux qui veulent la parcourir à vélo, à l'image des blogueurs de La Vida de Viaje, qui retracent leur parcours, leurs aventures et leurs… mésaventures sur leur site :

Après de longues heures à pédaler pour rejoindre Tolhuin, nous avons fait une halte de deux jours chez la famille Ullua, qui était entrée en contact avec nous via Facebook pour en savoir plus sur notre projet, et nous proposer un lieu où dormir une fois sur place.

Cette communauté encourage vivement le cyclotourisme. Le mouvement Cicloturismo por la vida organise des randonnées cyclistes en mémoire du Docteur René Favaloro. La boulangerie La Unión, devenue culte grâce à ses innombrables photos de voyageurs passés par là, met à disposition une chambre réservée aux cyclo-touristes, ainsi qu'un cahier où chacun peut laisser sa trace (nous avons eu l'honneur d'inaugurer le deuxième tome…).

D'autres blogueurs argentins optent pour l'auto-stop. Juan et Laura, de Acróbatas del Camino, ne se cantonnent pas à la Patagonie : ils ont entamé un tour du monde. Dans l'une de leurs publications, ils font part de leur expérience à Puerto Madryn et de leur engagement pour l'environnement. Chaque année dans la péninsule Valdés, on peut observer les baleines franches australes qui viennent mettre bas le long des côtes patagoniennes :

Avant même de voir la première baleine, nous nous sommes fait cette réflexion. Pour l'homme, les cétacés sont des créatures intelligentes, sensibles et dotées d'un langage mystérieux. Pour les baleines, en revanche, l'homme ne doit être qu'un curieux, un maraudeur, un paparazzi de l'espèce animale, un voyeur qui fait la cour à des espèces dont il vante le parcage. Quel bel aperçu de nos mœurs sociales… Certaines vérités ne sont pas bonnes à dire, mais c'est un fait : remplir le réservoir de notre voiture, c'est participer au réchauffement de la planète ; et participer au réchauffement de la planète, c'est contribuer à une moindre concentration de krills, dont se nourrissent les baleines.

Ils reprennent de plus belle :

Il est bien évident que tous les touristes viennent ici en voiture ; d'ailleurs, si chaque membre de la famille pouvait avoir son propre véhicule, la vie leur semblerait bien plus savoureuse… Parce que, bien sûr, il faut emmener les enfants à l'école. Pour leur apprendre à ne pas maltraiter la nature, par exemple. Le problème, c'est que l'on agit exactement comme eux. Faire du stop aussi, suppose de prendre la voiture. Mais l'on se console en nous disant que nous ne faisons qu'occuper un espace vide dans un véhicule déjà en mouvement. Et les baleines, alors ? Elles nous attendaient presque, naïves, toutes nageoires dehors, un geyser monté sur le dos, suivies de près par leurs petits. Parfois chassées par des braconniers anglais à la recherche d'huile de baleine pour la revendre à prix d'or, elles font aujourd'hui l'objet d'une sauvegarde stricte. Ne dit-on pas que tout ce qui est rare est précieux…?

Foto tomada por la autora del post.

Il y aussi les blogueurs, comme ceux de Magia en el Camino via le Proyecto Educativo, qui se rendent dans des écoles, des hôpitaux et des maisons de quartier pour apporter un peu de magie aux enfants :

Nous sommes heureux de voir que les enfants viennent nombreux, mais lorsque l'on va dans les hôpitaux, c'est différent. Moins il y en a, mieux c'est. Ce n'est pas leur place. Ils devraient être dehors, à jouer et courir et salir leurs vêtements. C'est pourquoi nous répétons toujours cette même phrase avant de partir des hôpitaux : “nous espérons de tout cœur que vous sortirez tous d'ici très vite”. Alors leurs parents ferment les yeux, et hochent la tête. “Si seulement c'était vrai…”

La Patagonie argentine est un lieu unique,  comme il n'en existe nulle part ailleurs sur la planète.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues