Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Festival Chobi Mela VII : des photographies pour unir les peuples

La 7e édition de Chobi Mela, le Festival International de Photographie, se tient à Dhaka, la capitale de Bangladesh. Organisé par Drik Picture Library Ltd. et Pathshala (Institut de lapPhotographie d'Asie du Sud), il s'agit du plus grand festival de photographie en Asie.

Cet évènement a été créé en 1999 et a lieu tous les deux ans au Bangladesh. Selon le DRIK blog :

Le festival présente les profonds changements apportés par les récentes évolutions dans le paysage médiatique à la production d'images, au droit d'auteur et à la distribution.

James Estrin dit dans son Lens Blog :

Ce qui fait la particularité du Festival International de Photographie Chobi Mela à Dhaka, au Bangladesh, c'est qu'il n'est pas seulement international mais qu'il réunit aussi peut-être la plus importante diversité démographique au monde.

Theme of Chobi Mela VII - Fragility

Thème de Chobi Mela VII – la Fragilité

Le thème de cette année est la fragilité, et présente les moments les plus paisibles, doux et délicats de la vie, que l'obturateur de l'appareil-photo manque ou ignore habituellement. 34 artistes de 23 pays dont Eugène Richards, Graciela Iturbide, Walter Astrada et d'autres exposent leurs oeuvres dans différents sites dans la ville de Dhaka entre le 25 janvier et le 7 février 2013. Voici la liste de tous les évènements et les différents lieux du festival.

Le blog Chobi Mela présente les plus grands noms du monde de la photographie tels que Max Pam, Pablo Bartholomew, Ruth Eichhorn, Jody Haines, NayanTara Gurung Kakshapati, Ilaria Di Biagio, B. S. Shivaraju (Cop Shiva), Hossein Fatemi, Maika Elan, Nii Obodai, Chris Rainier et Chris Riley qui participent tous au festival.

Le photographe renommé Shahidul Alam, directeur de Chobi Mela, partage une histoire surprenante racontant la venue du photographe britannique Rupert Grey dans sa Rolls Royce de 1936 à Dhaka pour participer au festival.

La vieille Rolls a traversé les déserts du Rajasthan, longé les versants de la chaîne de l'Himalaya et suivi le Brahmapoutra jusqu'au Bangladesh, mais elle s'est retrouvée bloquée à la frontière de Tamabil, où la bureaucratie a frappé.

Rupert a finalement été en mesure de faire passer  le véhicule avec l'aide de ses amis.

Shahidul Alam a aussi posté un aperçu des événements de cette année dans son blog (vous pouvez aussi voir l'introduction ici) :

Voici l'interview de Shahidul Alam par Munem Wasif.

Le photojournaliste indien Pablo Bartholomew, qui a remporté des prix, a déclaré à propos de Chobi Mela :

Alors qu'est-ce qui me fait revenir à Chobi Mela, ce festival pionnier en photographie en Asie ? C'est la question que je me pose, maintenant que je suis à Dhaka, préparant l'exposition de mon père ainsi que la mienne. Il est évident que c'est une opportunité pour présenter son travail et participer à des discussions qui pourraient permettre et conduire à de bonnes conversations et de bons débats. [...]

Le 25 janvier 2013, le jour de l'inauguration, un défilé a commencé à 15h30 devant le Bangladesh National Museum et s'est terminé au Bangladesh Shilpakala Academy, le lieu de la cérémonie d'ouverture. Le photoblogueur Monirul Alam a rejoint ce défilé et a posté cette image sur son blog. La couverture de cette première semaine en photo peut être observée ici.

Chobi Mela Inauguration at Shilpokola Auditorium. Instagram Image by author

Inauguration de Chobi Mela VII à Dhaka. Image Instagram par l'auteur.

Le photographe américain Chris Riley a partagé une leçon retenue de Chobi Mela :

Nous vivons un âge dans lequel le langage visuel peut très bien transcender le langage oral. Il n'est pas nécessaire de traduire une photographie. Les photographies contiennent une composante narrative et une interprétation inhérentes. Cela fait de ce média un outil de dialogue, à l'inverse des films et de la télévision où les formes narratives sont étroitement contrôlées. J'ai vu un documentaire et il n'y avait pas de place pour moi. J'ai étudié une série de photographies et ma tête était remplie de questions et de pensées. Nous avons vu des images de photographes provenant d'Afrique, de Chine, du Népal et du Bangladesh, chacune racontant une histoire qui s'ouvrait sur un dialogue photographique.

Vous pouvez suivre le festival sur Facebook et Twitter (@chobimela).

Photo du  thème de Chobi Mela VII par Sandra Vitaljić. Image miniature concédée par Chobi Mela.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.