Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Chine : La police fait pression sur un lanceur d'alerte afin qu'il communique ses sources

La police de Chongqing fait pression sur celui qui a dénoncé le récent scandale sexuel [en anglais], Zhu Ruifeng, afin qu’il remette les copies originales des 7 vidéos qui impliquent onze haut responsables publics. La police déclare avoir besoin des documents originaux pour poursuivre une enquête indépendante sur une affaire de chantage liée aux cassettes. Cependant, Zhu a révélé [en chinois] que certaines des vidéos lui ont été remises par un dénonciateur anonyme à l’intérieur du bureau de police de Chongqing. Il affirme que le but de « l’enquête » en cours est de remonter à cette source.

Le 27 janvier 2013, Zhu Ruifeng a signalé sur Sina Weibo la visite surprise de la police de Chongqing à son domicile. Depuis, certaines publications ont été supprimées de son micro-blog. En voici une copie, trouvée sur kdnet [en chinois]:

Zhu Ruifeng's profile picture at Sina Weibo.

Photo du profil de Zhu Ruifeng sur Sina Weibo

【时间线:2013.1.27 18:56】我现在准备到德胜门外派出所去,辖区孙鑫警官正在敲门要带我走。请网友关注!

[Timeline: 2013.1.27 18:56] Je me rends au bureau de police de Deshengmen. L’officier de police du district, Sun Xin, a frappé à ma porte et exige que je le suive. Restez vigilants !

【时间线:19:01】我还在屋里,5位警察在门口还没走,我说,我自己去辖区派出所,你们不能在门口堵着。你们肯定是重庆警方的,我愿意做雷政富们的大牢,我早已做好了一切准备。我是北京市民,你们让德外派出所警长赵洋联系我,我会立即跟你们走。否则,敲烂门我也不会开,请网友转发!

[Timeline: 19:10] Je suis toujours dans mon appartement. 5 policiers se tiennent toujours devant ma porte. J’ai dit que j’irai seul au bureau de police. Je leur ai dit : “Vous ne pouvez pas bloquer ma porte comme ça. Vous êtes bien la police de Chongqing. Je veux bien être emprisonné pour avoir dénoncé Lei Zhengfu et j’y suis préparé. Je suis un citoyen de Pékin, demandez au chef de la police du district de Deshengmen, Zhao Yang, de prendre contact avec moi et ensuite je vous accompagnerai. Si vous n’obtempérez pas, vous pourrez cogner à ma porte autant que vous le voudrez, ça n’y changera rien.” Merci de faire suivre cette publication.

【时间线:21:14】刚才在我与警方对峙很长时间,我告诉他们,夜黑,明天白天处理。我告诉他们,明天上午9点半我会带上我的律师去德外派出所,最后他们同意,但我家门口还是有人,他们布置了暗哨。诸位腾讯网友,感谢你们的支持,明天如果直接被重庆警方带走,希望大家继续声援,请求保护爆料人人身安全。

[Timeline: 21:14] J’ai eu à faire à la police pendant un long moment. Je leur ai dit : “il fait nuit maintenant, réglons donc cette affaire pendant la journée.” Je leur ai dit que j’irai à Deshengmen demain matin à 9h30 accompagné de mon avocat. Ils ont fini par approuver mais ont laissé quelqu’un à ma porte. Merci à tous mes amis micro-blogueurs pour leur soutien. Si demain je suis emmené par la police de Chongqing, je souhaite que vous continuiez à me soutenir, et je vous en prie, protégez tous les donneurs d'alerte.

Le jour suivant, il a fait une déclaration publique [en chinois] dans laquelle il présente un certain nombre de leaders de l’opinion publique comme étant ses contacts, ses porte-paroles, et ses représentants légaux. A la fin de sa déclaration, il insiste sur le point suivant :

如果我被重庆市警察抓捕失去人身自由,我将行使缄默权零口供来抗议重庆市警方的非法行为,如果有询问笔录和签名,那一定是在重庆市警察刑讯逼供情况下做的。我失去人身自由后,任何单位和个人及我的家属所作出更换律师或官方指定律师的决定无效,我本人就是写血书要求换律师也是无效的,也更不可能拒绝请律师的情况出现。

 Une fois que la police de Chongqing m’aura arrêté et que j’aurai perdu ma liberté d’expression, je resterai silencieux en signe de protestation contre le comportement illégal de cette autorité. Toute signature faite dans l’enceinte de ce bureau aura été faite contre ma volonté, suite à la torture par les policiers. Une fois que j’aurai perdu ma liberté, toute décision prise par ma famille, ou même par moi, rédigée dans le sang afin de changer mon représentant légal [avocat], sera invalide. Je ne refuserai jamais d’être représenté légalement.

A la tête d’un site internet intitulé “Contrôle populaire en ligne” [en chinois], Zhu fait partie des rares journalistes à oser s’attaquer à la corruption de manière frontale. La vidéocassette à caractère sexuel à l’origine du scandale, rendue publique en novembre 2012, a déjà entraîné la déchéance de 10 fonctionnaires corrompus à Chongqing. Cependant, Zhu affirme que des responsables publics plus haut placés apparaissent dans les vidéos qu’il avait en sa possession.

10 Chongqing government officials have been sacked for involving in sex scandals. Photo from jdway.com. Non-commercial use.

10 responsables publics ont été renvoyés suite à leur implication dans des scandales sexuels. Photo de jdwsy.com, usage non commercial.

Dans une interview en ligne réalisée le 29 Janvier par des micro-blogeurs de Sohu, Zhu donne quelques détails de l’interrogatoire de 3 heures qu’il a subi :

當時到我家的他們是沒有任何合法手續,我一點也不懼怕他們。在此之前,我監督38位廳級以上的幹部,對於他們的威嚇,我已經習以為常了。他們進入我的家門口(軍事管理區),重慶警方沒有通過中國人民解放軍某部,已經遭到了軍方師級首長的憤怒。首長說,我們人民解放軍是保衞國家的,我們連我們的幹部都保護不了,還算什麼軍隊。

Quand ils se tenaient devant mon appartement, je n’avais pas peur. J’ai, par le passé, eu l’occasion de suivre 38 membres hauts placés du parti et j’ai depuis l’habitude des menaces. Cette fois-ci ils sont venus à mon appartement (qui est situé dans une zone contrôlée par les militaires), la police de Chongqing n’a pas obtenu l’autorisation du service adéquat de l’Armée Populaire de Libération (APL). Un chef de l'APL s’est mis en colère et a dit « l’Armée Populaire est là pour protéger la nation. Si nous ne pouvons pas protéger nos propres responsables, alors méritons-nous toujours l’appellation d’armée ? »

我不同意他們的有些說法。他們的真正目的,是要挖出我的新聞錢人,提取相關證據是想利用既是手段來獲取我新聞線人的真實信息。重慶警方想讓我舉證趙紅霞們涉嫌敲詐勒索,我認為他們算不上。我向重慶倆警察舉證,雷政富等11名高官涉嫌接受性賄賂。重慶警官說:這不歸我們管,我們只辦理肖燁等人的團伙敲詐勒索。

Je ne suis pas d’accord avec les revendications de la police de Chongqing. Leur but est de remonter à ma source. Ils veulent trouver la véritable identité de mes sources en collectant des preuves, grâce aux empreintes digitales. Ils disent que la preuve favorisera l’avancée de l’enquête sur le chantage de Zhao Hongxia (la femme qui apparaît sur la cassette) sur les autres. J’ai déjà fourni la preuve que haut responsables, dont Lei Zhengfu, ancien secrétaire du PCC à Chongqing pour le district de Beipei, acceptaient les pots-de-vin pour s’offrir des services sexuels. Les agents de la police de Chongqing ont répondu que cela ne dépendait pas de leur ressort. Nous sommes ici pour traiter du chantage organisé par Xiao Ye (le promoteur immobilier en charge de fournir des services sexuels aux membres du gouvernement) et sa bande.

En ce moment, Xiao Ye et son associé Xu Sheqing sont en état d'arrestation [en chinois]. En 2009, Xiao a fourni les cassettes à la police de Chongqing et a accusé les officiels d’accepter les pots-de-vin, mais l’affaire a été classée sans même qu’aucune enquête ne soit lancée.

Afin de protéger le dénonciateur, Zhu a refusé [en chinois] de remettre les cassettes et rendra publiques les cinq vidéos une fois qu’il aura prouvé leur authenticité. Le très officiel Quotidien du Peuple [en chinois], a également insisté sur ce point en citant les dires d’un expert juriste, qui a déclaré que la police n’avait pas le droit de demander ces « preuves » à Zhu.

[Owen a contribué à ce billet]

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues