Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Espagne : Victoire sur le terrain et sur Internet contre les expulsions

[Les liens de ce billet renvoient vers des pages web en espagnol.]

“Cette victoire est le fruit de nos efforts. Les réseaux sociaux ont chauffé ces derniers jours. Que cela soit clair : cette victoire est la nôtre et que la nôtre. » Voilà ce que proclamait hier, devant le siège du Parti Populaire, l’un des porte-parole de la Plataforma de Afectados por la Hipoteca (PAH), le collectif qui lutte depuis plusieurs années pour le droit au logement et contre les expulsions hypothécaires en Espagne.

Contre toute attente, quelques minutes avant cette déclaration, le Parti Populaire avait annoncé au Congrès qu’il ne s’opposerait pas à étudier l’Initiative législative populaire (ILP) lancée par la PAH dans le but de modifier la législation relative aux hypothèques. La nouvelle a été reçue avec une clameur : Sí, se puede [« Oui, c’est possible »], dans la rue, sur le Web, dans et autour du Parlement, duquel un petit groupe de membres de la PAH s’est fait expulser.

[embed]http://youtu.be/215AhJ521UU[/embed]

Au final, le vote fut presque unanime : 333 députés se sont prononcés en faveur de l’étude de la ILP. Seul un, membre du PP, s’est abstenu. La proposition de loi (qui réclame la dation en paiement, un moratoire sur les expulsions et la création de logements sociaux dans les logements vides aujourd’hui aux mains des banques) a obtenu près de 1,5 million de signatures, recoltées durant des mois par des centaines de personnes à travers tout le pays.

Número de firmas recogidas a favor de la ley. Foto tomada de @tomstomkitrur.

Nombre de signatures récoltées en faveur de la proposition de loi. Photo de @tomstomkitrur.

Malgré ce soutien de la population sans précédent, les députés du Parti Populaire, au bénéfice de la majorité absolue, avaient annoncé qu’ils bloqueraient le texte, alors que le reste des groupes parlementaires s’étaient déjà prononcés en fsa aveur. Vous pouvez consulter leurs positions publiées via Twitter, compilées par la plateforme Que hacen los diputados [« Que font les députés »].

Le Parti populaire a finalement cédé et fait marche arrière au vu de l’énorme pression populaire, exercée notamment au cours des derniers jours au travers d’une ingénieuse campagne, #ILPescrache, lancée par la PAH dimanche dernier en s’inspirant des mouvements de protestation en Argentine. La journée d'hier était malheureusement marquée par le suicide d’un couple de retraités, à Majorque, suite à l’annonce de leur expulsion prochaine. Les chiffres ne sont pas clairement établis, mais la PAH estime que plus d’un tiers des suicides qui se produisent en Espagne sont en lien avec ces expulsions. La mort du couple fut mentionnée lors de la manifestation à Barcelone.

La mobilisation #ILPescrache s’est déroulée au moyen de divers outils numériques permettant aux citoyens de contacter les députés du Parti Populaire, via leur profil Twitter (tous disponibles dans une liste), leur compte Facebook, par courrier électronique ou par téléphone, pour leur demander de ne pas suivre la consigne de vote et d'accepter l’étude de la ILP. Tous les mots-clic utilisés pour l’occasion (#ILPoALaCalle [« ILP ou à la rue »], #ILPesDemocracia [« ILP c’est la démocratie »], #PPcriminales [« PP criminels »] et #ImPAHrables [« imPAHrables »]) se sont placés parmi les plus utilisés en Espagne).

Le site Querido diputado no desahuciado [« Cher député non expulsé »] a permis d’envoyer automatiquement des tweets à des groupes de députés avec le message « Voterez-vous pour la ILP ? Ou préférerez-vous promouvoir les expulsions ? ». Une autre initiative, sur le site Oiga.me, offrait la possibilité d’envoyer automatiquement des courriers électroniques. Selon leurs chiffres, en 2 jours, plus de 7000 personnes ont envoyé près d’un million de messages aux députés du PP.

Vous pouvez consulter la liste des différentes initiatives mises en place dans le cadre de cette campagne.

Voici une photo du Palais de la Moncloa, résidence du président du gouvernement, qui a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux :

Tomada de @elpadrecorajede.

[« Cela fait 15 mois que la personne vivant dans cette maison manque à ses obligations. Quant va-t-elle être expulsée ? »] Photo de @elpadrecorajede.

La campagne pour faire pression afin que la ILP soit acceptée démarre ce samedi avec une manifestation déjà convoquée dans 46 villes espagnoles, sous le thème « pour le droit au logement et contre le génocide financier ».

La PAH a gagné la première bataille, maintenant il faut gagner la procédure parlementaire.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues