Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Une première en Afrique, un ancien dictateur africain jugé sur le continent

Le tribunal mis en place pour juger Hissène Habré, l’ancien président du Tchad, a ouvert ses portes à Dakar au Sénégal. Depuis 1999, Human Rights Watch travaille avec les victimes de l’ancien dictateur du Tchad en exil [au Sénégal], afin de le traduire en justice.

Hissen Habré - capture d'écran d'une vidéo d'euronews sur youtube

Hissen Habré – capture d'écran d'une vidéo d'euronews sur youtube

Sur le site France-Rwanda Tribune nous lisons dans Inauguration du Tribunal spécial chargé de juger Hissène Habré :

Le Sénégal a inauguré vendredi [8 février] son tribunal spécial chargé de juger l’ancien président tchadien Hissène Habré.

Le billet Sénégal: Inauguration du tribunal spécial pour le procès de Hissène Habré donne plus de précision :

«Habré est accusé de milliers d’assassinats politiques et de l’usage systématique de la torture lorsqu’il dirigeait le Tchad, de 1982 à 1990. Habré vit en exil au Sénégal depuis plus de 22 ans.

Sur Grande première, l'Afrique juge les Africains nous lisons :

Pour la première fois en Afrique, un ancien président africain va être jugé dans un autre pays africain, l’Union africaine (UA) s’étant donnée comme mandat de trouver des solutions africaines aux problèmes africains.

La conseillère juridique de l’Union africaine (UA) Djenna Diarra avait noté que «l’affaire Hissène Habré est importante, pas pour le Sénégal mais pour l’Afrique. Afin que l’Afrique juge les Africains.

Concernant les questions que l’on pourrait se poser quant à l’impartialité, les risques de pression de la part d’Idriss Déby son ancien compagnon d’armes et actuel président du Tchad, le billet Procès d’Hissène Habré Les gages de l’administrateur des Chambres africaines y répond :

«L’accusation comme la défense vont disposer d’une entière liberté pour conduire leurs investigations sur le sol tchadien. C’est une condition sine qua non pour la bonne conduite des procès, et nous y veillerons tout particulièrement»

«Les droits de la défense seront respectés. Les accusés auront droit à des conseils. Ils mèneront librement leurs investigations. Ils produiront leurs propres témoins….»

Retournons sur Grande première, l'Afrique juge les Africains qui poursuit :

Sur la qualité et l’impartialité des juges, l’avis de Djenna Diarra était tout aussi clair: «Nous avons pris en compte un certain nombre de préoccupations qui voulaient que peut-être que les juridictions sénégalaises ne seraient pas assez objectives et nous avons amené cet élément international. …II  y aura dans les futures chambres extraordinaires des juges d’Afrique centrale, d’Afrique australe et d’ailleurs.

« Nous ne réinventons pas la roue. Il fallait un système qui permette d’avoir beaucoup d’objectivité, de transparence. Et nous avons estimé que la meilleure formule était le système qui a été mis en place au Cambodge (pour juger les anciens dirigeants Khmers rouges, ndlr). La formule permet d’avoir toutes les garanties d’un procès où les droits de la défense sont garantis».

Le billet Hissène Habré face à la justice, un moment historique pour l’Afrique détaille le dispositif et le processus :

Les 10 juges et quatre procureurs qui composent cette cour, nommés par l’Union africaine, vont désormais pouvoir entamer la longue instruction du dossier Habré. Hissène Habré ne devrait en revanche pas être aperçu à la barre du tribunal avant fin 2014, estime Reed Brody. « Le procès ne va pas se tenir avant quelques temps mais au moins, le processus est enclenché, ce qui était presque inespéré », estime le conseiller juridique de Human Rights Watch. … « Je pense que ce procès a vocation à être historique pour le Tchad et pour l’Afrique. Il va montrer que de simples victimes peuvent, par leur action et leur persévérance arriver à faire juger un dictateur »

 

Au regard des nombreux dictateurs africains jugés en Europe par la CPI, on ne peut que se féliciter du fait qu'une affaire africaine sera pour une fois traitée par une cour de justice africaine. La crédibilité du continent face à ses autres interlocuteurs bénéficiera grandement d'un procès qui se déroulerait dans les règles de l'art.

3 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues