Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Carnaval et Coupe du monde à Belo Horizonte : de bonnes raisons de danser la samba ?

[Sauf mention contraire, les liens renvoient vers des pages en portugais.]

Article original en portugais de Mateus Coutinho publié le 8 février 2013 pour la couverture spéciale de #CopaPública [consacrée aux enjeux socio-politiques liés à la préparation de la Coupe du monde de football au Brésil en 2014] du média citoyen brésilien Agência Pública.

La préparation de la Coupe du monde de football [en 2014] progresse au rythme de la samba à Belo Horizonte (ville-siège située dans l'État de Minas Gerais). Mais cette allure-là ne semble pas être du goût de la population, qui a déjà choisi sa marche de carnaval ou “marchinha” pour rappeler qui est le véritable vainqueur de ce mondial. Le 28 janvier 2013, la chanson “Imagina na Copa” ["Imagine ce que ça sera pendant la Coupe !"] des compositeurs Daniel Iglesias, Matheus Rocha et Guto Borges a remporté le prix lors du deuxième Concurso de Marchinhas Mestre Jonas [Concours des Marches de carnaval Mestre Jonas], qui s'est tenu dans la ville de Belo Horizonte.

["Imagina na Copa" qu'il faut entendre comme " Imagine ce que ça sera pendant la Coupe du monde !". Très courante au Brésil depuis l'élection du pays comme pays-siège du Mondial de football, cette expression ayant donné son titre à cette chanson marque tantôt ironiquement la surenchère de la fête attendue, tantôt les craintes d'une défaillance des services quotidiens débordés par l'affluence de cet événement international.]

Carnaval à Belo Horizonte. Photo : Agência Pública

Carnaval à Belo Horizonte. Photo : Agência Pública

Créé l'année dernière par l'agence culturel Cria Cultura, le Concurso de Marchinhas Mestre Jonas [Concours des Marches de carnaval Mestre Jonas] a vu le jour afin de réhabiliter les anciens bals carnavalesques, et comprend un concours de déguisements et de danses créées par la population elle-même. La remise de prix a lieu lors d'un bal où sont présentées douze marches de carnaval sélectionnées par le comité du Concours et évaluées par un jury retenant trois finalistes.

Les participants au bal distinguent à leur tour les trois groupes gagnants, qui reçoivent chacun un prix allant d'un montant de 5.000 reaux (soit près de 2.000 euros) pour le premier prix à 3.000 reaux (plus de 1.000 euros) pour le second et 1.000 reaux (moins de 400 euros) pour le troisième. L'année dernière, la danse gagnante fut la “Na coxinha da Madrasta” ["Dans les amuses-gueules de la belle-mère" ; une "coxinha" est un petit beignet salé à base de pomme de terre, farci à la viande ou au poulet, préparé notamment pour des festivités] dont les paroles renvoient à la polémique impliquant le président de la Chambre Municipale, Leo Burguês, et les milliards de reaux dépensés pour l'organisation d'un buffet de sa belle-mère.

Photo: Agência Pública

Photo: Agência Pública

Le thème de cette édition 2013 a été la Coupe du monde. La journaliste Brisa Marques, l'une des organisatrices du concours, raconte :

Le public commença à scander le nom de la marche avant même que le jury ne s'apprête à voter.

Imagina na Copa

Comprenant quelques clins d'oeil aux expulsions conséquentes aux chantiers et aux intérêts locaux pour la Coupe du monde, les paroles [de cette marche de carnaval] sont nées d'une plaisanterie entre amis que Daniel Iglesias, l'un des compositeurs, raconte :

On racontait des blagues quand Matheus a dit qu'il voulait faire une “marchinha” traitant de la Coupe du monde. Je lui ai alors répondu “Imagine pendant la Coupe du monde ! ” [reprenant l'expression consacrée], et nous nous sommes mis à écrire les paroles.

Près de la maison de Daniel et Matheus se trouve un terrain qu'ils avaient l'habitude de fréquenter pour y jouer au football, à la place duquel est prévue la construction d'un hôtel en vue du Mondial. Matheus commente ainsi :

Il est tout de même étrange de penser qu'ils détruisent un petit terrain pour en faire un hôtel, simplement à cause de la Coupe du monde.

Le succès remporté par cette marche de carnaval a surpris les membres du Comitê Local dos Atingidos pela Copa. [antenne locale de Belo Horizonte d'une association nationale veillant à une répartition plus équilibrée des bénéfices de cet événement]. Fidelis Ancântaraun s'en félicite :

Cette victoire a été une très bonne surprise , d'autant plus qu'au lancement de ce Comité [en 2010], on disait de notre démarche qu'elle était un peu exagérée, qu'on en faisait trop, or on voit bien qu'aujourd'hui la population comprend mieux les répercussions de la Coupe du monde.

Ecoutez la chanson #imaginanacopa [Imagine ce que ça va être pendant la Coupe du monde !] de Daniel Iglesias, Matheus Rocha et Guto Borges :

Les paroles peuvent être entendues à double sens :

Derrubaram minha casa | Ils ont rasé ma maison
Por um erro de arbitragem | A cause d'une erreur d'arbitrage
Ai meu deus, essa copa do mundo | Mon Dieu, cette coupe du monde,
É uma puta falta de sacanagem! | C'est vraiment n'importe quoi !

Beagá não sai ganhando | (B.H.) Belo Horizonte n'en sort pas vainqueur
Nem se for pra repescagem | Même s'il arrive au repêchage

Se o filho da babá é dono da bola | Si le fiston à sa nounou est le roi du ballon
Vou levar minha pelada pra Contagem | Mon équipe et moi, on sera de la partie à Contagem (double sens : Contagem est une ville de Minas Gerais, mais désigne aussi le fait de recompter les points)

Se na praça não pode vender pipoca | Si l'on ne peut plus vendre librement de pop-corn
#imaginanacopa | Imagine ce que ça sera pendant la Coupe
Se o Laécio tá fechado com a Coca | [Laécio est un mot-valise composé de "laércio" (paysan de Minas Gerais) et Aécio Neves, Sénateur de cet État] Laercio [le paysans mineiro] a passé un deal avec Coca-Cola
#imaginanacopa | Imagine ce que ça sera pendant la Coupe

Se na Guaicurus só ta dando poliglota |Si Guaicurus [quartier] ne satisfait que des polyglottes
#imaginanacopa | Imagine ce que ça sera pendant la Coupe
Se o burguês pira nas mina de pi… Ôpa! | Si le “burguês” (c'est-à-dire le bourgeois, mais aussi le nom du conseiller municipal Léo Burguês) en perd la tête… opla!
#imaginanacopa | Imagine ce que ça sera pendant la Coupe
Se no rádio essa música não toca | Si cette chanson ne passe pas à la radio
#imaginanacopa | Imagine ce que ça sera pendant la Coupe

Le blog brésilien #CopaPública est une expérience de journalisme citoyen ayant pour vocation de montrer les répercussions des préparatifs de la Coupe du monde 2014 sur la population brésilienne – et comment celle-ci s'organise pour ne pas rester  l'écart.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues