Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Un pape noir, qu'en pensent les Africains ?

La surprise passée, le débat sur la succession de Benoit XVI a été immédiatement lancé. Les Africains, en particulier, se fondant sur la croissance, la plus rapide au monde, du contingent des catholiques sur leur continent, ont commencé à avancer les noms de leurs favoris parmi les 18 cardinaux africains qui font partie du Collège cardinalice qui se réunira en conclave pour élire le nouveau pape.

Card. Francis Arinze

Son Eminence, le Cardinal Francis Arinze du Nigeria parmi les favoris avant le Conclave. Photo Padre Mimmo Spatuzzi sur commons.wikimedia.org

Les opinions sont contrastées sur l'origine du futur Pape dans l'opinion des Africains. Eugène Kaly présente son favori, sur le site lecongolais.cd, le Cardinal du Nigeria, Francis Arinze :

Il a été ordonné cardinal par le pape Jean Paul II, lors du Consistoire du 25 mai 1985 avec le titre de cardinal-diacre de San Giovanni Pigna.

Il est ensuite élevé au rang de cardinal-prêtre le 29 janvier 1996, puis cardinal-évêque Velletri-Segni le 25 avril 2005, titre porté par Joseph Ratzinger avant son élection au siège pontifical…. plusieurs observateurs avait prononcé son nom comme successeur possible à Jean-Paul II, ce qui aurait fait de lui le premier pape noir.

Le cardinal allemand Joseph Ratzinger devenu Benoît XVI a pour sa part déclaré avant son élection que “l’élection d’un pape africain serait un signe positif pour toute la chrétienté”.

Amadou Touré sur le blog guineetime.com est d'un tout autre avis, En effet, il pense que :

Le cardinal Robert Sarah (67 ans), ancien archevêque de Conakry en Guinée, est un pasteur dans l'âme, très orthodoxe. Benoît XVI l'a choisi en 2010 pour coordonner toute l'action humanitaire de l'Église.Quant au cardinal Ghanéen, [Peter Turkson, 64 ans] il est aussi un proche de Benoît XVI, qui lui a confié en 2009 le prestigieux conseil pontifical Justice et Paix, ainsi que le poste-clé de rapporteur général du synode africain.

Sur son blog lemessagerdafrique.mondoblog.org, le béninois Boukari Ouédraogo trouve que :

A peine le pape Benoit XVI a-t-il démissionné que de nombreuses personnes en particulier les médias se posent la question sur la couleur de la peau de son successeur. Sans être opposé à ce qu’un pape noir soit élu à ce poste au Vatican, nous pensons que le débat  ne doit pas se poser à ce niveau. Il faut plutôt chercher à savoir quel sera le profil ou les compétences du successeur de Benoit XVI.

 Dans carrapide.com, Arona Gallo Diouf a écrit :

 Une fois retombées l’émotion et la surprise qui ont suivi l’annonce de l’abdication de Benoît XVI, beaucoup de fidèles et d’observateurs de la vie de l’Eglise catholique s’interrogent sur le nom du possible successeur du pape démissionnaire. Les spéculations vont bon train, plusieurs noms sont cités. L’Eglise catholique aura un nouveau pape au plus tard à Pâques, car un conclave sera organisé le mois prochain, entre deux et trois semaines après la démission de Benoît XVI qui prendra effet le 28 février.

Plusieurs fidèles catholiques souhaitent cependant que le nouveau pape soit originaire d’Afrique noire et d’Amérique du sud.

Un lecteur a commenté un article intitulé Succession de Benoit XVI : Et si c’était un africain! publié sur le site sénégalais rewmi.com en ces termes :

Il n'y a pas de “bataille pour la succession du Pape Benoît XVI” démissionnaire. Que le Pape soit africain, européen, asiatique, américain, etc, n'a pas d'importance: qu'il témoigne partout et toujours de la Parole, de la Bonne Nouvelle.

C'est l'Esprit Saint de Dieu qui guidera le choix du nouveau pontife: pas de candidature, pas de campagne électorale ni de programme.

De nombreux lecteurs ont commenté l'article  Vatican : l'heure a-t-elle sonné pour l'élection d'un pape noir ? que le magazine panafricain Jeune Afrique a publié le 13 février. Voici deux exemples de commentaires.

Gabwè-kouamé pense que :

la priorité pour les Africains c'est d'avoir des-Dirigeants(politiques et-réligieux:intègres et-modèles!!; pas d'un-Pape à Tout-prix!!.

Quant à Apa, il pense que :

Le plus important n'est pas que le pape soit africain ou non occidental, mais c'est d'accepter et de mettre en oeuvre le caractere universel du catholicisme en commencant par la responsabilisation effective de nos ”hommes de Dieu”au vatican …. Pape africain ”not now”.

Odilejr a commenté un autre billet intitulé Vatican : le conclave qui élira le successeur de Benoît XVI pourrait débuter avant le 15 mars, de ce même magazine publié le 16 février, et écrit :

Oui pour un pape africain ou sud-américain; ces continents envoient des prêtres en Europe pour compenser le manque de vocations !… .

Dans une interview de Bruno Ben Moubamba, journaliste, opposant politique et militant des droits humains proche de l’église catholique, donnée à infosgabon.com, livre son opinion:

Il ne s’agit pas d’avoir un Pape africain pour la vitrine. Jean Paul II a dit que l’Eglise est experte en humanité et sur quel continent se trouve l’humanité la plus blessée aujourd’hui ? En Afrique : guerres, manque de soins, taux de scolarisation extrêmement bas, absence d’infrastructures significatives, injustices envers les plus fragiles (femmes, enfants, personnes âgées …), faim, conflits de tous genres …etc. L’Eglise catholique peut réussir là où les décideurs ont du mal. C’est l’intérêt des Africains et du monde entier car, encore une fois, le berceau de l’humanité c’est l’Afrique. Il est temps que le monde prenne soin de son berceau et pas seulement en termes de profits, de guerres, de pouvoir ou de culture.

Le blog seneweb.com publie une longue analyse de la situation disant, entre autre, que :

Plusieurs candidats occidentaux proches du pape allemand, théologiens et intellectuels, ont quelques chances, selon les connaisseurs du Saint-Siège, même si le simple fait d'être occidental, européen ou encore plus italien, est un handicap aux yeux de certains cardinaux venus des Eglises du Sud, en plein essor.

Camille Belsœur révèlait sur slateafrique.com le 12 février, soit le lendemain de l'abdication de Benoit XVI, que:

Selon l'agence de presse italienne de jeux et de paris Agipro News, les bookmakers britanniques misent sur un affrontement entre Italie et Afrique, donnés respectivement à 2,75 et 3,00 par l'agence Paddy Power. Un tête-à-tête confirmé par la liste de noms qui circule: le cardinal nigérian Francis Arinze mène le jeu à 2,90. Son point fort? Il est archevêque du diocèse de Velletri-Segni en Italie, proche géographiquement de celle de Rome. Ce qui lui rallierait des voix au sein de la cohorte de cardinaux européens.

Même chose pour le Ghanéen Peter Tukson, dont la cote est également haute parmi les bookmakers (3,25) et qui est à la tête du diocèse de San Liborio, en Italie.

Le Cardinal Tarcisio Bertone, Secrétaire d'état, qi expédiera les affaires courantes. Il est considéré comme l'homme le plus puissant du Vatican

Le Cardinal Tarcisio Bertone, Secrétaire d'état, considéré l'homme le plus puissant du Vatican. Photo Blaž Jelen via commons.wikimedia.org

Pendant la période qui va du 28 février à 20 heures à la date de l'élection du nouveau Pape, appelée vacance du siège pétrinien, la constitution “Universi Dominici Gregis” (“Tout le troupeau du Seigneur”) qui réglemente le gouvernement du Saint Siège attribue un rôle important à deux cardinaux que news.va présente :

Deux cardinaux auront un rôle-clé le 28 février à 20h :

- le cardinal camerlingue, en l’occurrence le secrétaire d’état Tarcisio Bertone. Son rôle sera d’expédier les affaires courantes.
- le doyen du sacré collège, le cardinal Angelo Sodano. C’est lui qui sera chargé de présider les congrégations générales préparatoires à l’élection du nouveau pape. Il devra convoquer le conclave à Rome pour élire le nouveau pape et il présidera le conclave.

Le corps électoral, appelé Collège cardinalice, est composé des 117 cardinaux qui ont moins de 80 ans, dont 28 italiens. Le fait que ces deux cardinaux soient italiens ne pourrait-il pas avoir une influence sur le choix du futur Pape?

Le Saint Esprit nous le fera savoir dans quelques semaines… Cependant, selon un un adage romain : “Qui entre pape au conclave, en sort cardinal”. En d'autres termes, le Saint Esprit pourrait jouer encore un tour en éliminant les nombreux favoris au bénéfice d'un autre papabile, auquel personne ne s'attendait.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues