Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

X Yet Z, nouveau webzine collaboratif : parce qu’on est rien sans les autres

Image de la campagne de promotion publiée sur la page facebook X YetZ

Image de la campagne de promotion publiée sur la page facebook X YetZ

Le 14 octobre 2013, un nouvel objet a été dévoilé : X Yet Z.com, le webzine DKlé des générations 2.0. Depuis un mois, les habitants de Dunkerque et leurs amis baignaient dans un climat d’attente et de mystères. Une quarantaine de teasers partagés sur facebook a permis de créer un petit buzz local : 1000 likes sur la page avant même que le projet ne soit officiellement lancé ! Dix jours plus tard, la page compte 1350 abonnés, de la région de Dunkerque, de la France entière, mais aussi du Maghreb, du Canada, des Etats-Unis du Brésil. C’est ça, l’axe fort du projet X Yet Z : la collaboration et la mise en relation de 45 blogueurs et blogueuses d’une même ville, autour d’un but commun, celui de fédérer des énergies, de partager ses passions et de s’ouvrir au monde entier. Un projet fédérateur de talents et créateur d’une nouvelle dynamique, à la fois territoriale et numérique.

A l’initiative du projet, Emmanuel Chila, une personnalité des réseaux sociaux depuis qu’il a gagné un Golden Blog Award pour son blog Chroniques d’un jeune célibataire. Emmanuel parle d’amour par conviction. Ses chroniques sont celles d’un jeune trentenaire qui fait de l’écoute, de l’authenticité et de la sincérité les trois piliers de toute relation humaine, qu’elle soit réelle ou virtuelle. Ce sont ces valeurs qui l’ont porté vers X Yet Z. Nous l’avons rencontré pour parler de cette aventure.

Emmanuel Chila- reproduction avec la permission de l'intéressé

Emmanuel Chila- reproduction avec la permission de l'intéressé

Emmanuel, on s’adresse à des blogueurs et à des personnalités des réseaux sociaux, des cyber-activistes du monde entier. Peux-tu te présenter ?

Je suis un maillon d’une chaîne qui prend sa force du fait d’être rattaché à d’autres maillons. Je n’ai d’intérêt à avancer que si je suis lié à d’autres personnes. J’ai créé un blog, le R.O.I des réseaux sociaux qui a permis de faire de la veille sur les social medias et de me faire un réseau de pairs et de mentors du web. Ma passion pour les autres m’a mené à un blog collaboratif dunkerquois, Echange et Partage, pour rassembler des gens autour de différents thèmes : la danse, l’écriture, les réseaux sociaux …ce sont des projets sur lesquels les gens sont prêts à s’investir. Ca génère de la créativité, de l’ouverture d’esprit et de nouvelles compétences. Ensuite, il y a un projet qui me tenait à cœur. Je voulais vraiment parler d’amour. J’ai utilisé les conseils reçus pour créer un nouvel environnement numérique : les Chroniques d’un jeune célibataire. Au final, ce sont plein d’exercices différents qui m’ont mené à X Yet Z.

D’où est né le projet X Yet Z ?

J’ai besoin d’apprendre, j’ai besoin des autres. Je ne peux pas faire sans les autres. J’ai vu que dans ma ville il y avait des gens avec leur monde. Je me suis dit qu’on pouvait créer une grosse énergie. J’écrivais dans My community manager, un groupe de 20 à 30 collaborateurs qui ne parlaient que de social media. Une machine de guerre il y a trois ans. Je me suis dit qu’on pouvait faire la même chose dans une ville, avec des gens qui touchent à tout : mode, design, musique, voyages… pour montrer de quoi on est capables de parler. Ça crée des connexions, ça met en évidence le talent. Le partage, c’est la base du social. Donner à l’autre c’est ce qui mène à des sphères auxquelles tu ne pensais pas. D’un échange commun, on peut évoluer, on apprend, on découvre une nouvelle vision.

 Le projet est né à Dunkerque. Y a-t-il un « Dunkirk Spirit » des blogueurs ? Qu’ont-ils en commun ?

Il y a un « spirit » à Dunkerque ! Les gens pensent qu’on n’a rien, mais on a plein de petits « spirits » : international, vie quotidienne, house, people, urbanisme, amour… Il y a aussi des gens qui écrivent pour eux ! Chaque personne est unique, et dans son écriture aussi. Mais on a une valeur commune : la passion, l’envie de dire. Pour ceux qui parlent d’international par exemple, il y a du vécu, du ressenti, de l’émotion. En musique, il y a des artistes qui n’auraient jamais écrit, d’autres qui rêvaient d’écrire. C’est éclectique, c’est notre force. Avec ce côté décalé. A Dunkerque, on est connu pour être convivial. On sait qu’en travaillant ensemble on travaillera mieux. On connaît l’état d’esprit. Les gens ont dit oui parce qu’on parle d’une cause réelle,  une passion. Tant qu’elle est là, il y a la force du collectif. On dit que les nouvelles générations sont égoïstes, sans aucun sens de l’intérêt commun, sans cause. X Yet Z c’est le contraire. On se réunit autour d’une cause dès lors qu’elle nous correspond.

Image de la campagne de promotion publiée sur la page facebook X Yet Z

Image de la campagne de promotion publiée sur la page facebook X Yet Z

X Yet Z offre un contenu très généraliste, ouvert au monde et aux idées. Ses connexions sont mondiales, et vous visez aussi un fort ancrage local, dans le réel de la vie des gens. Pourquoi ce lien entre virtuel et réel ? Quel rapport entre le global et le local ?

Le local enrichit le global. On ne peut pas s’arrêter sur soi-même, être nombriliste. On peut être un maillon d’une autre chaîne, celle du global. Dans ce souci d’apporter. Si on reste dans notre monde avec notre savoir, on n’évoluera pas. C’est par les autres qu’on apprend. J’aime Paris, Marseille, Rio ou Montréal, mais j’ai un sentiment d’appartenance à ma ville, aux artistes qui œuvrent pour son bien. Notre première communauté, c’est Dunkerque. Les gens qui nous suivent sont d’ici. On ne peut pas le nier. On donnera toujours du temps et de l’énergie pour Dunkerque, tout en cherchant plus loin. On fait le lien entre ce que les dunkerquois n’imaginent pas et ce qu’on est en train de découvrir.

X Yet Z a fait le choix d’un mode collaboratif et participatif. Est-ce le bon choix ?

Dans le temps, ça évoluera peut-être mais aujourd’hui, on a fait le meilleur choix possible. Tout le monde est là car on s’y sent bien. L’organisation est rudimentaire, on doit réguler la gestion des publications, corriger les fautes…en laissant aux gens la possibilité de tout modifier. On essaie de répondre à tous, si cela va dans le sens du projet commun. Pour le moment il n’y a pas de débordements, il a du respect, de la rigueur.  Si des gens sont intéressés par la démarche pour contribuer ou avoir des infos, on est ouverts pour partager notre petite expérience. On est ouvert à toute remarque qui peut améliorer le projet. Si on a une seule demande, c’est de ne pas oublier que c’est un projet de passionnés! Si quelqu’un se sent seul dans sa chaîne, on l’accueillera avec plaisir dans la chaîne X Y et Z. Pour moi, c’est le plus beau sujet de ma vie ! C’est une aventure humaine. Je me prends des bouffées de bonheur, de partage. C’est magnifique ! Si c’est ça l’apprentissage de la vie je suis prêt à faire un master !

1 commentaire

  • Ju

    Manu a super bien résumé le projet! C’est un projet humain où l’on fait de belles rencontres et des découvertes. Si on m’avait dit que je lirais un article sur le foot de mon plein gré il y a 2 mois, je n’y aurais pas cru! Et pourtant…

    Très bel article Manue!

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues