Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Un journaliste et un agent des forces spéciales polémiquent sur le terrorisme russe

RuNet Echo Ce billet est publié par RuNet Echo, un projet de Global Voices destiné à mieux faire connaitre le Web russe en le traduisant. Tous les billets ·
Anti-establishment  journalist Kungurov (left) vs. special forces blogger hardingush (right). Image remixed by author.

Le journaliste contestataire Alexeï Koungourov (à gauche) et le blogueur anonyme des forces spéciales hardingush (à droite). Montage photographique de l'auteur.

La double explosion de Volgograd [article de Global Voices, anglais], qui a tué des dizaines de personnes fin décembre 2013, continue à passionner les internautes russes. Dans la foule d'opinions, d'analyses et de commentaire, une polémique présente un intérêt particulier : c'est une dispute en ligne entre deux blogueurs à succès, le journaliste contestataire Alexeï Koungourov et le commando des forces spéciales opérant en Ingouchie, qui blogue sous le pseudonyme hardingush [article de Global Voices].

Après la première explosion de décembre dans la gare de Volgograd, Koungourov, qui se targue de 11.000 abonnés sur LiveJournal et est classé 66ème des blogueurs de LiveJournal, a fait une affirmation provocante dans un billet de son blog [russe] :

В очередной раз говорю очевидное: никакого теракта в Волгограде не было.

Je vais de nouveau dire l'évidence : il n'y a pas eu d'attentat terroriste à Volgograd.

La logique de Koungourov est selon lui imparable. Le code pénal russe définit un acte terroriste comme “une explosion, un incendie volontaire, ou tout autre acte visant à intimider la population, nuire aux personnes ou aux biens [...], dans le but d'influencer les décisions prises par les autorités ou les organismes internationaux [...].” Comme les responsables des bombes de Volgograd n'ont émis aucune exigence aux autorités, qu'il n'y a eu ni menaces ni tentatives d'influencer quiconque, que personne n'a revendiqué les attentats, et que nul ne s'avère les utiliser pour promouvoir une idéologie, dit Koungourov, les explosions étaient simplement :

«убийство двух или более лиц, совершенное общественно опасным способом» (ч.2 ст. 105 УК РФ). Квалифицирующего признака теракта в упор не вижу.

“le meurtre de deux individus ou plus, perpétré par des moyens publiquement dangereux” (Partie 2, Article 105 du code pénal russe). Je ne vois absolument aucun signe qualifiant le terrorisme.

On ne peut suspecter Koungourov de plaisanter : le concept d’ “acte terroriste” est quasi-universel, et pratiquement tout le monde conviendra que faire sauter un train dans une gare et tuer des dizaines de personnes n'est pas un simple “meurtre,” qu'il y ait eu ou non des revendications par les auteurs, et indépendamment de la définition du terrorisme par le code pénal. Mais il ne s'arrête pas là, et prétend que tous les attentats-suicides commis en Russie sont en fait commandités par les “services spéciaux” russes et les siloviki [anglais] , qui sont les bénéficiaires d'un Etat sécuritaire en expansion et d'une population apeurée :

Выгоду  от «теракта» при любом раскладе извлекает государство, точнее отдельные лица, государство приватизировавшие.

En toute situation, ceux qui tirent avantage d'un “attentat terroriste”, c'est l'Etat, et plus précisément, ceux qui l'ont privatisé.

Le billet de Koungourov a fait grand bruit sur RuNet, et s'est propulsé au sommet de nombreux hit-parades d'articles les plus lus. Il a recueilli 2.281 commentaires, dont beaucoup approuvaient ses arguments. La contre-attaque [russe] est venue deux semaines plus tard, d'un blog sur LiveJournal sous-titré “Combattre le terrorisme. Une vue de l'intérieur.” Le commando des forces spéciales qui tient le blog hardingush [russe] (13.600 abonnés, classé 23ième sur LiveJournal) s'est fait un nom sur RuNet en relatant les opérations de contre-terrorisme dans le Nord-Caucase en détails saisissants et sanglants.

hardingush s'élève contre la qualification d'un acte terroriste en “meurtre,” et l'idée que des revendications sont la condition nécessaire pour qu'un crime soit classé comme “terrorisme.” Curieusement, il cite comme Koungourov la définition officielle d'un acte terroriste (voir plus haut). Mais c'est pour se concentrer sur l'aspect “intimidation de la population”. Pour hardingush, c'est une “erreur” de considérer chaque attentat-suicide séparément. En réalité, les terroristes mènent une campagne de longue durée. Ils n'ont pas de revendications particulières (dont ils savent qu'elles ne seraient de toute façon pas accordées), mais ils ont bien un but : “effrayer” les électeurs russes. Ces électeurs diront alors :

“Нет, нам Кавказ не нужен, давайте отделим”. Нужно быть полным кретином, чтобы требовать отделения территории от руководства страны с помощью терактов. Но можно воздействовать на население, которое возьмет да и проголосует за придурка, который пообещает отделить Кавказ.

“Non, nous n'avons pas besoin du Caucase, qu'on s'en sépare.” Il faut être un crétin total pour exiger la séparation de territoires d'un gouvernement à l'aide d'attentats terroristes. Mais on peut influer sur la population, qui va mordre à l'appât et voter pour l'imbécile qui promettra de se séparer du Caucase.

Dans l'intervalle, Koungourov a publié une série [russe] d’articles [russe] qui traitent hardingush de sous-traitant de la communication du Kremlin et de menteur, un rouage de la machine qui crée la demande pour les “actes terroristes” et maintient les Russes dans la docilité. hardingush n'a pas réagi à ces accusations. A l'approche des Jeux Olympiques de Sotchi, et alors que le pouvoir russe s'active à durcir les mesures anti-terroristes [russe], les querelles en ligne de ce genre sont appelées à s'intensifier. Reste à espérer qu'elles se cantonnent à l'internet.

1 commentaire

  • […] A l'approche des Jeux Olympiques de Sotchi, des blogueurs polémiquent sur les commanditaires des récents attentats, qui ont eu lieu dans une région de Russie proche des Jeux. La double explosion de Volgograd [article de Global Voices, anglais], qui a tué des dizaines de personnes fin décembre 2013, continue à passionner les internautes russes. Dans la foule d'opinions, d'analyses et de commentaire, une polémique présente un intérêt particulier : c'est une dispute en ligne entre deux blogueurs à succès, le journaliste contestataire Alexeï Koungourov et le commando des forces spéciales opérant en Ingouchie, qui blogue sous le pseudonyme hardingush [article de Global Voices]. …  […]


Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues