Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une cartographie de l'extension des troubles en Ukraine après les morts de manifestants

Ce billet fait partie de notre dossier spécial sur le mouvement #Euromaidan en Ukraine.

Le 22 janvier 2014, pendant une quatrième journée consécutive d'affrontements violents à Kiev entre les contestataires d'Euromaidan et la police, deux manifestants seraient morts et le bilan atteint au moins cinq tués ces derniers jours. A cette nouvelle, des manifestations de masse ont éclaté dans plusieurs régions d'Ukraine et la révolte s'est étendue rapidement dans le pays.

Les manifestations qui avaient commencé le 21 novembre 2013, comme une protestation massive contre la décision du gouvernement ukrainien de mettre fin aux pourparlers sur un accord historique avec l'UE, ont été qualifiés par de nombreux organes de la presse générale internationale de “pro-UE” voire d’ “anti-russes” alors que les participants aux manifestations d'Euromaidan s'efforcent depuis des semaines d’expliquer au monde [anglais] que leurs motivations pour descendre dans les rues sont bien plus profondes. Une récente étude de deux chercheurs indépendants taxe cette vision de première des “quatre plus grandes erreurs sur Euromaidan”.

Les internautes ont entre-temps créé des pages de médias sociaux, des blogs et des agrégateurs pour collecter et valider l'information sur les événements de terrain lors des nombreux rassemblements organisés chaque jour à travers le pays. Des équipes de traducteurs se sont aussi formées pour donner des informations à jour quotidiennes sur le mouvement de contestation, directement des protestataires à l'audience internationale plus vaste, sur Facebook et les autres réseaux. Global Voices a décrit l'importance d'Internet et l'usage qu'en fait le mouvement Euromaidan dans un article précédent [anglais] de décembre 2013 :

Facebook et Twitter sont bientôt devenus les plates-formes centrales de coordination des activités contestataires et de diffusion de l'information. La page Facebook à présent officielle EuroMaidan [ukrainien] a établi un nouveau record en Ukraine [ukrainien], en accumulant 76.000 “j'aime” dans les seuls huit premiers jours de son existence. La page sert à informer les protestataires des nouvelles et questions urgentes, discuter des plans d'actions futures, mettre en garde contre l'usage de la violence, partager des conseils sur la conduite à tenir avec les policiers, et bien d'autres choses encore. Elle a atteint plus de 141.000 et de 167.700 échanges. Une page Euromaidan en anglais a aussi été créée, de même que des pages régionales comme Euromaidan Lviv [ukrainien].

Les protestataires réclament, de fait, la démission des gouvernements locaux et national, et celle du Président, appelant ça et là aussi à une interdiction du Parti des Régions au pouvoir, et du Parti communiste, qui donne son soutien au Président Ianoukovytch. Le processus a démarré en Ukraine occidentale, où les protestataires se sont emparés de bâtiments de l'administration régionale, parfois en en contraignant les gouverneurs de ces régions à démissionner [ukrainien] et en annonçant la formation d'un gouvernement alternatif.

Les nouveaux gouvernements ont déjà été instaurés dans les régions de Lviv, Ternopil et Volyn. A Rivne, les policiers municipaux ont démissionné en bloc [ukrainien], manière de refuser d'intervenir contre les manifestants. De l'Ouest, l'agitation s'est rapidement propagée à l'Ukraine centrale et méridionale.

Devant les nombreuses informations contradictoires en provenance des régions, le journaliste de Kiev Sergii Gorbachov a commencé à créer des cartes qui montrent les derniers développements et à les publier sur sa page Facebook. Il fonde ses conclusions sur les reportages des médias ainsi que sur les commentaires et informations d'autres utilisateurs de médias sociaux.

Les cartes donnent à voir qu'en quatre jours à peine, les manifestations se sont étendues de cinq à vingt régions [russe, ukrainien, anglais], ce qui ébranle l'erreur répandue de l'existence d'un “très fort” clivage régional en Ukraine [liens en anglais].

A map of political situation in Ukraine's regions as of 3:50 pm, January 26, 2013.  Created by Sergii Gorbachov

Une carte de la situation politique dans les régions d'Ukraine à 15h50, le 26 janvier 2013. Réalisée par Sergii Gorbachov

Au 26 janvier, les cartes montrent aussi dans quelles régions les autorités locales ont reconnu les gouvernements alternatifs montés par les contestataires.

Ce billet a été complété le 27 janvier 2014 à 15h30 GMT pour y ajouter des liens et informations sur la cartographie en ligne et l'utilisation des outils internet pendant les manifestations d'Euromaidan.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.