Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les cyber-activistes algériens dévoilent un crime raciste à Ghardaïa

Ghardaïa encore et toujours. Face à la démission des autorités algériennes et leur complicité avec les fauteurs de troubles dans cette région, située à 600 km au sud de la capitale Alger, les cyber-activistes et citoyens journalistes algériens redoublent d’efforts pour couvrir les violences et affrontements communautaires qui déstabilisent toute la vallée du M’zab, le nom sous lequel est connue la région de Ghardaïa dans le monde entier.

Avec des vidéos YouTube, ces cyber-activistes organisés en collectifs citoyens poursuivent leur mobilisation pour relater la vérité sur ces affrontements. Leur objectif est clairement affiché : transmettre la vérité aux citoyens algériens lambda qui sont floutés par la propagande sur des autorités algériennes relayée par les médias classiques. De nombreux faits sont toujours occultés par ces médias comme la complicité des services de sécurité avec des bandes de voyous qui s’attaquent et saccagent des biens dans la ville de Ghardaïa afin de provoquer des conflits confessionnels entre la communauté ibadite et la population Malékite (sunnite). Ces photos prises et diffusées par des activistes mozabites expliquent la nature des agressions perpétrées à Ghardaïa au vu et au su des services de sécurité. 

Photo gardaia actistes

Après les premières vidéos sur les tortures policières qui ont défrayé la chronique et contraint les autorités algériennes à déclencher des enquêtes et à sanctionner des policiers impliqués dans ces pratiques qui violent les Droits de l’homme, les cyber-activistes membres de la cellule de coordination et de suivi, une cellule mise en place par des citoyens journalistes pour informer en continu et chaque jour l’opinion publique algérienne au sujet des dérives policières et dérapages sécuritaires, ont lancé des enquêtes sur la mort d’un jeune étudiant BABAOUSMAIL Azzedine, âgé d’à peine de 21 ans, et lynché publiquement après avoir été pris en otage dans un cimetière par une bande de criminels. Le jeune Azzedine est mort mercredi 5 février à l’hôpital de Ghardaïa après avoir reçu auparavant pas moins de 20 coups de couteau !

Ce crime qui a secoué toute la ville de Ghardaïa est resté impuni puisque les services de sécurité n’ont interpellé aucun des assassins d’Azzedine. Comme à leur habitude, les autorités algériennes ont cru qu’ils allaient réussir à étouffer cette affaire. Malheureusement pour elles, et heureusement pour la vérité et le droit, les cyber-activistes ont récupéré des images amateurs tournées par des témoins oculaires qui ont assisté à ce crime abject. En reconstituant tous ces témoignages vidéos, une vidéo explicative avec des messages didactiques et des indications spatio-temporelles  a été réalisée pour expliquer à l’opinion publique le fil des évènements qui ont conduit à cet assassinat barbare. La vidéo montre avec précision comment le jeune Azzedine a été lynché par des criminels à visage découvert et identifiables sans aucune difficulté. Diffusée sur YouTube et adressée à Envoyés Spéciaux Algériens, un collectif de journalistes citoyens et à Algérie-Focus, un site d’information indépendant, cette vidéo choc a été massivement relayée et n’a pas manqué de provoquer un tollé général au moment où le ministre de l’Intérieur Algérien et le patron de la Police algérienne effectuaient une visite dans la région pour calmer les esprits sans procéder à l’arrestation des véritables criminels qui sèment la zizanie dans toute la vallée du M’zab.

Mais après cette vidéo, cette impunité ne va pas durer longtemps puisque d’ores et déjà une enquête a été enclenchée et les investigations sont menées par la Gendarmerie nationale notamment pour débusquer les voyous haineux coupables de la mort du jeune Azzedine.

Sur les réseaux sociaux, la communauté Ghardaïa News poursuit sa mobilisation pour obliger les autorités algériennes à agir contre les hordes criminelles qui s’attaquent aux citoyens mozabites en lançant des slogans racistes. Ahdath Ghardaïa  est aussi une autre communauté de citoyens journalistes qui activent énormément en publiant des photos, témoignages et vidéos retraçant les violences dont est victime la population mozabite de la part des délinquants soutenus par des barons et narcotrafiquants mafieux et protégés indirectement par les services de sécurité puisque ces derniers osent rarement les inquiéter et les interpeller comme le montre cette vidéo :

 

Grâce au travail remarquable des ces cyber-activistes, les crimes commis à Ghardaïa ne sont pas passés sous silence et l’impunité des fauteurs de trouble a été révélée publiquement. Ce qui a mis les autorités algériennes dans une situation si délicate et compromettante qu’elles ont été obligées de consacrer le droit et la justice. Certes, les violences se poursuivent encore à Ghardaïa, mais on ne pourra plus étouffer la vérité et dire qu’on «ignore ce qui se passe». Et c’est déjà une première victoire. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.