Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La jeune infirmière d'#EuroMaidan tweete : “Je suis vivante !”

Volunteer medics attend to the wounded

Du personnel médical bénévole soigne les blessés au matin du 14 février 2014, quand des tireurs embusqués visaient sans discrimination les manifestants depuis le toit de l'Hôtel Ukraine. Photo d'Alan Turgutoglu © Copyright Demotix

Quand les tireurs embusqués ont tiré sur la foule d'EuroMaïdan le 20 février 2014, une jeune infirmière bénévole a été touchée au cou, mais a réussi à écrire sur Twitter: “Je meurs”. Son message a été partagé par des milliers de gens, jusqu'à ce que, deux heures plus tard, elle tweete qu'elle a survécu.

Une trêve tendue entre protestataires et gouvernement ukrainien a été rompue ce matin-là, et des coups de feu de snipers ont été tirés sur une centaine de personnes [anglais] sur la place. De nombreux tirs visaient la tête ou le cou, dans le but apparemment de tuer. [Il y a des photos et videos - AVERTISSEMENT : images pouvant choquer].

Quand la fusillade a débuté, les volontaires médicaux se sont précipités sur les lieux au mépris du danger. Parmi eux, une infirmière de 21 ans de Ternopil, Olesya Joukovskaya.

Olesya est bénévole sur Maïdan depuis plus de trois mois. Selon l'administrateur d'une page Facebook sur les activistes de Maïdan du nom de “Єлюди – maidaners”, elle était connue de ses camarades volontaires pour sa bravoure. Le 19 février, veille du coup de feu, quelqu'un avait écrit sur la page Facebook pour les inciter à reconnaître Olesya et écrire à son propos.

Олеся Жуковська з Тернополя (Кременець) на Майдані з першого дня. Їй 21 рік, працює за 250 км від дому медиком-фельдшером. На Майдан поїхала як медик-волонтер. Що вона там тільки не бачила. На Грушевського їй згорів одяг, поруч граната впала…..але вона нікуди не пішла, а лишилась допомагати людям. За 3 місяці перебування на майдані захворіла, мала страшну ангіну і лежала в лікарні. кілька днів тому поїхала додому до мами, бо матуся плакала і просила показатись їй живою, а Олеся одна єдина в сім'ї. Поїхала на кілька днів додому. Але вчора, коли побачила, що коїться на Майдані, попри сльози мами, переживання тата та родини, вночі поїхала на Майдан автобусом, в якому були тільки чоловіки, 18 людей і вона сама……Зараз вона на Майдані в медпункті біля йолки. я горджусь такими як вона, думаю, що Олеся варта того, щоб Ви про неї написали».

Olesya Joukovskya est de Kremenets, région de Ternopil, et est sur Maïdan [la place centrale de Kiev] depuis le premier jour. Elle a 21 ans, et travaille comme assistante médicale à 250 km de chez elle. Elle est venue à Maïdan comme volontaire médicale. Elle y a tout vécu. Sur Hrushevskovo [la rue où ont eu lieu les premiers heurts] ses vêtements ont pris feu quand une grenade est tombée à côté d'elle… mais elle n'est pas partie, elle est restée pour aider les gens. Au bout de trois mois sur Maïdan, elle est tombée malade, a eu une une mauvaise angine et a dû rester à l'hôpital.

Il y a quelques jours elle est rentrée à la maison voir sa mère, parce que la maman pleurait et demandait à sa fille unique de revenir vivante. Elle est restée quelques jours dans sa famille. Mais hier, voyant ce qui se passait sur Maïdan, malgré les larmes de sa maman et l'inquiétude de son papa et de la famille, elle a pris un bus de nuit pour Maïdan avec 18 personnes, tous des hommes…. A présent la voilà sur Maidan, au poste médical voisin du “sapin de Noël”. Je suis fier des gens comme elle, je pense qu'Olesya mérite qu'on écrive sur elle [sur votre page].

Le lendemain, les tireurs embusqués ouvraient le feu sur les manifestants. Olesya a tweeté ce matin-là :

VENEZ TOUS À KIEV, DE SUITE, PAR TOUS MOYENS ! On a besoin de votre soutien ! Si un massacre a commencé dans la matinée, le soir il y aura l'horreur ! Surtout si les troupes russes arrivent pour fusiller les extrémistes de l'Occident [le terme employé pour les manifestants par les déclarations officielles de Poutine].

L'horodatage faisant foi, quelque 20 minutes plus tard elle recevait une balle dans le cou, malgré son uniforme médical bien visible. Déjà blessée, Olesya tweetait [ukrainien] :

Je meurs

Son tweet est aussitôt devenu viral. Les média ont même rapporté la mort d'Olesya :

La folle histoire d'une aide médicale avec une balle dans le cou à Kiev qui a réussi à tweeter “je meurs”

Cependant, Olesya n'est pas morte, elle a été emmenée dans un hôpital et opérée. Au moment où Maïdan essayait de se faire une raison de cette mort sans précédent, elle tweetait à nouveau [ukrainien] :

Je suis vivante ! Merci à tous ceux qui me soutiennent et prient pour moi ! / Je suis à l'hôpital. Mon état est stable jusqu'à présent.

Olesya a été appelée “l'héroïne de Maïdan” [ukrainien]. Elle a gagné en un jour quelque 8.000 nouveaux abonnés sur son compte twitter. Des gens du monde entier lui ont envoyé des messages de soutien :

Olesya, bon rétablissement ! Nous sommes à Moscou, mais nous sommes avec toi et nous nous inquiétons pour toi. Tu es formidable.

Reste forte et longue vie à toi Olesya ! Ukrainiens, Turcs, Vénézuéliens, Brésiliens, nous sommes tous ensemble avec vous ! On t'embrasse

<3 d'Allemagne ! Rétablis-toi vite et reste forte. Je crois au pouvoir du peuple. Puissiez-vous gagner la démocratie pour laquelle vous vous battez !

En reconnaissance des services et du sacrifice d'Olesya, la Croix-Rouge de Hongrie a monté une action de solidarité en sa faveur :

200 bénévoles de la Croix Rouge expriment leur solidarité. Prompt rétablissement, Olesya Joukovskaïa !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.