Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le financement de la recherche scientifique en question

L'importance du rôle de la recherche scientifique dans l'économie des pays dans le monde est le plus souvent incontestée. Cependant, cet impact est le plus indirect, soit direct mais avec un impact seulement sur le long terme, grâce aux retombées des découvertes scientifiques. La problématique de la rentabilité de la recherche reste donc entière pour l'économie de nombreux pays sur le court et moyen terme. Le financement de la recherche obéit forcement à des règles différentes, avec des fonds qui proviennent de fonds publics ou privés. Pour la recherche publique, l'Agence Nationale de la Recherche explique en quelques chiffres comment la recherche est financée en France :

Les laboratoires de recherche publics sont en partie financés par les crédits budgétaires des universités, des organismes de recherche publics et des agences de financement, dont l'Agence nationale de la recherche (A.N.R.). Ils bénéficient d'autres dotations provenant des régions françaises, des associations caritatives, de l'industrie et de l'Europe. [..] 7 000 projets financés rassemblant plus de 22 000 équipes de recherche publiques et privées entre 2005-2009 et le montant cumulé des financements 2005-2009 est de 3 milliards d'euros.

Financement de la recherche publique en  France - Domaine public

Financement de la recherche publique en France – Domaine public

Malgré les efforts conséquents du gouvernement pour redynamiser ce secteur, la recherche française souffre de la comparaison avec ses voisins anglo-saxons et affiche un essoufflement patent. David Larousserie pose le postulat suivant dans un article intitulé : “L'efficacité limitée du financement public de la recherche” :  La recherche scientifique en France est compétitive mais rapporte peu :  

Les experts soulignent aussi “les bonnes performances en recherche de la France” mais les jugent “moyennes en termes d'innovation et de retombées économiques”. La France publie beaucoup (6e rang mondial) et dépose bon nombre de brevets (4e rang sur les dépôts en Europe), mais des indicateurs “d'innovation” la placent au 24e rang.

Il ajoute que :

Pour expliquer la réduction des marges de manœuvre en dépit d'une enveloppe globale en croissance, les magistrats rappellent que la cause essentielle est l'augmentation des frais de personnel dans les organismes de recherche. Au CNRS, avec des effectifs de fonctionnaires stables, la subvention publique a augmenté de 293 millions d'euros entre 2006 et 2011

D'autres estiment que d'autres facteurs sont en cause, comme Patrick Fauconnier qui estime que la coordination entre les divers organismes de recherche laisse à désirer :

Quand on veut monter une Unité mixte de recherche (UMR), la structure qui permet de partager des contrats de recherche, par exemple entre une université et le CNRS, beaucoup de temps et d’argent sont gâchés en gestion de problèmes administratifs complexes.

 

Chercheurs de la NASA sur le projet Stardust - Domaine public

Chercheurs de la NASA sur le projet Stardust – Domaine public

 

La recherche en Afrique

Si le recherche connait des difficultés de financement en France, elle en est encore à ses balbutiements dans la plupart des pays africains. Ainsi seule l'Afrique du Sud figure dans le top 30 des pays en termes d'investissement dans la recherche et le développement (R&D). Pire, aucun pays africain francophone ne figure dans le top 70 des pays investissant dans la recherche.  Et pourtant, Julian Siddle explique que le continent africain a tous les atouts pour devenir le prochain grand hub scientifique mondial :

The groundwork is there – knowledge, ingenuity, willingness to learn and adapt, coupled with the rapid expansion of digital technology. All of this is really allowing Africa to play a major part in global scientific collaborations.

Les bases sont déjà là – le savoir-faire, l'ingéniosité, la volonté d'apprendre et de s'adapter,  à cela s'ajoute l'expansion rapide de la technologie numérique. Tout cela devrait permettre à l'Afrique de jouer un rôle majeur dans les collaborations scientifiques internationales.

Calestous Juma, profeseur en développement  international à l'Université de Harvard ajoute que le contexte pour le continent africain est différent : 

The strategic focus for Africa should therefore be on generating research that has immediate local use. It is through such strategies that Africa will be able to make its own unique contributions to the global scientific enterprise

 L'orientation stratégique pour l'Afrique devrait donc être sur de produire de la recherche qui aura une utilisation locale immédiate. C'est grâce à ces axes stratégiques de ce type que l'Afrique sera en mesure d'apporter ses propres contributions à la recherche scientifique mondiale

Cours de chimie au Kenya sur un.org avec leur permission

Cours de chimie au Kenya sur un.org avec leur permission

Aidons-nous vraiment la recherche ?

 Mais peut-être que malgré les promesses de soutien de nombreux gouvernements, la recherche scientifique est tout simplement en manque de vrais soutien de la part de l'opinion publique, un soutien qui permettrait de mettre la pression sur les politiciens pour aider de manière durable la recherche. C'est ce qu'argumente John Skylar, dans un article qui réagit sur le fait que la page “I fucking love science” (Que j'adore la science) est un phénomène viral sur le web mais que dans la réalité, peu de pays sont près à investir pour de la recherche de qualité : 

The pattern you’re seeing is a steady drop in funding of science by the government over the last 10 or 20 years. [..] You know what budget doesn’t match this trend? U.S. defense spending. [..] If you loved science, you’d vote based on candidates who want to increase funding for it. You’d make it an issue that actually generates media debate, that sees equal time with the wars we fight

La tendance que l'on observe est une baisse constante du financement de la science par le gouvernement au cours des 10 ou 20 dernières années [..] Vous savez quel budget ne suit pas à cette tendance? Les dépenses de l'armée américaine. [..] Si vous aimez la recherche scientifique, vous voteriez pour les candidats qui veulent augmenter le financement de la recherche. Vous feriez en sorte que cette question génère un vrai débat médiatique, que ce débat soit présent sur les ondes autant de fois que toutes les guerres que nous menons.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.