Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Madagascar : La Corée du Sud loue la moitié des terres arables malgaches

[Voir mise à jour du 26 novembre]  La Corée du Sud vient de louer la moitié des terres arables de Madagascar, selon le Financial Times. Ceci provoque un vigoureux débat dans la blogosphère malgache sur la souveraineté des Malgaches sur leurs terres et sur le développement économique. Il n'est toujours pas clair si les deux gouvernements ont effectivement signé l'accord. Mais les blogueurs débattent déjà de ce qui peut être considéré comme du “néo-colonialisme” agricole. [sauf indication contraire, les blogs et sites cités sont en anglais]

Voici un récapitulatif des faits :

Le 19 novembre, le Financial Times a annoncé l'accord entre la société sud-coréenne Daewoo Logistics et le gouvernement malgache.

Sur le blog Global Dashboard , Alex Evans résume les principales informations:

La Corée du Sud vient de louer pour 99 ans à Madagascar des terres, d'une superficie qui représente la moitié de la Belgique, pour cultiver l'huile de palme et pas moins de la moitié de la consommation nationale coréenne de maïs. [..] Carl Atkins, du cabinet de consultants Bidwells Agribusiness, a déclaré que l'investissement de Daewoo Logistics à Madagascar est le plus important qui ait jamais été vu : ” Le projet ne me surprend pas en lui-même, car les pays essaient d'assurer leur indépendance alimentaire future, mais l'importance de ce projet m'étonne vraiment”.

Quelques heures plus tard, un article mis à jour sur le Financial Times ajoutait que Daewoo Logistics n'aurait rien à payer à Madagascar pour la location des terres, qu'elle investirait uniquement les moyens de les mettre en valeur et de les exploiter.

Alex Evans, citant ce second article, écrit que les termes de l'accord sont pires qu'il ne l'imaginait :

Quelques heures plus tard, un nouvel aspect vraiment stupéfiant de cette histoire a été révélé. Devinez combien la Corée du Sud a payé pour ce contrat de location de 99 ans ? Réponse: zip. Zéro. Nada. Pas un centime. Le bénéfice pour Madagascar, selon un porte-parole de Daewoo ? “Nous créerons des emplois agricoles, ce qui est bénéfique pour Madagascar”. Ceci dans un pays ou 3,5 pour cent de la population dépend entièrement de l'aide alimentaire internationale …
Voici maintenant quels seront les bénéfices pour la Corée du Sud :
“Nous voulons y cultiver du maïs pour assurer notre indépendance alimentaire. La nourriture peut être une arme dans ce monde”, a dit Hong Jong-wan, un dirigeant de Daewoo. “Nous pourrons soit vendre les récoltes à d'autres pays soit les rapatrier en Corée du Sud en cas de crise alimentaire”

.

Photo de Foko-Madagascar

Le gouvernement malgache n'a toujours pas publié de communiqué officiel. L'agence Reuters annonce que l'accord semble loin d'être finalisé.  Mais Daewoo Logistics, de son côté, a déjà publié plusieurs communiqués confirmant l'information.

Robert Koelher, qui vit à Séoul, expose sur le blogThe Marmot’s Hole, la réaction de la compagnie sud-coréenne et des médias locaux:

Dans un article [en coréen], le Maeil Gyeongje écrit que les experts estiment que l'article du Financial Time, et ses expressions provocatrices, telles que “neo-colonialisme” et “pirates” sont destinées à dénoncer l'emprise de l'Asie sur l'Afrique, longtemps considérée comme la zone d'influence de l'Europe. L'article comprend une déclaration d'un officiel de Daewoo Logistics, qui estime que l'opinion publique à Madagascar est très sensible sur ce sujet, échaudée par la Chine qui, quand elle investit [en Afrique], ne vise que son profit [..]
Le journal JoongAng Ilbo, de son côté, a publié un éditorial violent [en coréen]contre le Financial Time, demandant pourquoi le journal n'a jamais parlé des exploitations agricoles britanniques de jatropha [en français] à Madagascar (utilisé pour le biodiesel ) ou des plantations françaises sur l'île, et s'attaque maintenant à une compagnie coréenne. Les terres que Daewoo loue sont en friches, les nouvelles exploitations créeront des emplois, et le gouvernement malgache touchera 30% des profits en taxes.”

Les réactions à ces informations sont à la fois passionnées et très contrastées dans la blogosphère malagache : 

Le site de la diaspora malgache Sobika a annoncé l'accord (en français) quelques instants seulement après la parution de l'article du Financial Times et a demandé à ses lecteurs de réagir. Plus de 100 commentaires ont été publiés en quelques jours.  Dans un article plus récent, Sokiba suppose que les réactions indignées sur Internet ont poussé Daewoo à nier dans un second temps les conditions initiales de l'accord [en français].

Tout le monde n'est pas pour autant outré. Certains pensent que l'accord pourrait être bénéfique pour Madagascar, en améliorant la productivité agricole dans certaines régions. Aiky sur le blog collectif Malagasy Miray ajoute [en malgache]:

Ny tombontsoa indray kosa raha jerena amin’ny saina tsy miangatra dia :
- ny fanomezana asa ireo tantsaha eny ambanivohitra ka miteraka fidiram-bola maharitra ho azy ireo izany.
- ny fanajariana ireo tany izay tsy noeritreretina fa afaka ambolena na ihany koa tany ngazana ka rahatrizay vita ny fifanarahana izany hoe afaka zato taona dia mba ho moramora ho an’ireo taranaka fara aman-dimby ny hampiasa sy hamboly azy (raha tsy lasa fanan’olom-bitsy indray avy eo)
- raha misy fidiram-bola maharitra ireo tantsaha dia mety ho hita ihany koa ny fiatraikan’izany ka mahasoa ho an’ny manodidina na “effet d’entraînement”. […]
-Asa na tafiditra ao anaty fifanarahana fa mety hihatsara ihany koa ireo lalana sy tambanjotra misy any amin’ireo faritra.
- afaka mifehy ny fiakarana an-tanandehibe ny mpitondra raha misy asa eny ambanivohitra (maîtrise de l’exode rural)
Les avantages, vu d'un point de vue moins épidermique :
- Les perspectives d'emplois pour les paysans, et par conséquent des sources supplémentaires de revenus.
- La mise en valeur de terres qui étaient considérées comme sans valeur, et qui pourront continer à être exploitées après la fin du contrat de location.
- la réaction économique en chaine provoquée par l'augmentation des revenus des locaux [..]
- l'amélioration potentielle des routes nationales et d'autres infrastructure dans cette partie du pays.
- Une incentive pour freiner l'exode rural.

Sur The Cyber Observer, un avocat et blogueur d'Antananarivo, Andrydago [en anglais] avait dès le mois d'octobre – avec une étonnante intuition – abordé le sujet de la souveraineté sur la terre et de l'investissement étranger d'un point de vue juridique, plus d'un mois avant cette controverse. Il est frappant de constater que les lois qui rendent cet accord possible ont été amendées en début de cette année… 

Récemment, l'article 2007-036 de la nouvelle loi malagache du 14 janvier 2008 sur l'investissement a amené des changements importants sur la possibilité pour des étrangers de posséder des terres à Madagascar. Cette loi stipule que des compagnies étrangères ou des investisseurs étrangers (des personnes physiques qui ont obtenu un visa d'investisseur), peuvent acquérir des terres malgaches aux conditions suivantes :
1. les terres doivent être exclusivement utilisées pour une exploitation professionnelle. Toute utilisation personnelle et différente de l'exploitation convenue avec le gouvernement malgache est interdite. Si ces conditions ne sont pas respectées, le gouvernement peut légalement résilier le titre de propriété ;
2. l'investisseur ou la société étrangère doivent présenter un business plan de leur projet à un comité nommé EDBM (Economic Development Board Madagascar). Ce projet doit décrire précisément les objectifs et les investissements prévus à Madagascar.

3. l'investisseur ou la société étrangère doivent demander une autorisation officielle, appelée “autorisation pour l'acquisition de terres” au EDBM afin de pouvoir acquérir légalement des terres malgaches. Si l'autorisation est accordée, elle donne à l'investisseur ou à la société étrangère les mêmes droits qu'à une entité malgache pour acquérir et posséder des terres à Madagascar.

25 commentaires

  • Tahiana

    En terme d’accession à la propriété immobilière pour les étrangers à Mada, le recours au bail emphytéotique n’est pas une innovation (pourquoi une duréé de 99 ans?? => la durée maximum est fixée à 50ans… ). Ainsi, l’étranger pouvait déjà formaliser un tel bail mais exclusivement dans le cadre d’un investissement!! Néanmoins, l’Etat, l’Administration, voire chaque citoyen malgache devraient manifester beaucoup plus de protectionnisme face à un projet d’une telle ampleur et d’une telle envergure.

    Le terme néo-colonialisme n’est pas usurpé en l’espèce!!! Un ami – qui se reconnaîtra – parlerai même d’invasion!!!

    En effet, malgré la récente politique d’ouverture aux investissements étrangers, le droit foncier malgache est resté très conservateur. Ainsi, les différentes législations foncières malgaches ont toujours consacré et repris le caractère sacré du “”tanindrazana”. Une question se pose : laquelle doit-on faire primer quand la notion de “tanindrazana” et notre politique d’investissement sont en réelle contradiction???

    L’île de Manhattan a été acheté pour une bouchée de pain… Ne pouvons-nous pas tirer des leçons des erreur des autres??

    Pire encore!!! notre Administration manquerait-elle cruellement de bons négociateurs pour céder ainsi gratuitement à bail – et pour 99 ans – notre “tanindrazana”???

    A bon entendeur…

    Tahiana

     
  • beditra

    Lisez aussi les considérations sur:
    “Main basse sur les terres agricoles à l’échelle mondiale”. On peut probablement les retrouver sur google.
    La voracité des dirigeants va tuer les habitants des pays pauvres.

     
  • rabetiana

    En considérant nos producteurs comme des investisseurs locaux, et des employeurs potentiels, on y gagnerait plus qu’en les considérant tous comme de la main-d’oeuvre “niveau exécutant”. Soyez fiers d’être malgache avant tout !!! et aimez vos compatriotes chers décideurs. Pensez à vos proches parents vivant de l’agriculture, pensez à vos propres terres, dont vous êtes fiers chaque fois que vous parlez de votre fihaviana !!!
    Je veux être fier de ma grande île, en parler en bien partout où je vais, et ne pas me cacher car il se passe des choses inavouables au pays !!!

     
  • Rainimo35

    Si le phénomène s”amplifie, à terme: le malgache devra payer pour RESTER CHEZ LUI !!!!! Quelle horreur!!!

     
  • Cousson

    Quel scandale . Quel sera l’état des sols après 99 ans de monoculture intensive avec engrais de synthèse, pesticides et celui de la flore autour des exloitations si les semences OGM sont utilisées . Quel sera l’état sanitaire des populations malgaches en fin de bail ? Malgaches si votre gouvernement vend vos terres il vend en même temps vos vies .
    Il est curieux de voir que l’annonce de la vente de vos terres, fais suite de très peu au Système de Riziculture Intensive (SRI) développé par une équipe malgache qui permet à peu de frais et sans matériel lourd d’augmenter la production rizicole malgache d’une manière tellement spectaculaire que même les japonais, riziculteurs hors pair s’y intéressent car il permet pratiquement de doubler leur production intérieure . Une ile se doit de vivre sur elle même pour ses produits alimentaires, pourquoi se laisser voler par les étrangers de tout poils . Dans ce monde troublé et malade de vouloir toujours plus je serais profondémment heureux de voir Madagascar s’orienter vers la petite paysannerie locale et vers les productions bio, elle deviendrait un exemple pour le monde et les débouchés commerciaux ne lui manqueraient pas . Cela prend du temps bien sur mais vos adversaires ne vous proposent-ils pas un bail de 99ans pour mieux vous asservir ?
    Bon courage les amis, la lutte est difficile

     
  • Georjacq

    Même en France et en Champagne-Ardenne (territoire réputé le plus fertil pour les céréales), on observe en 20 ans, une perte de fertilité des sols difficilement contestable :
    Un responsable technique d’une importante coopérative, observe que le potentiel des blés ne dépasse plus les 85 qx/ ha, alors qu’il atteignait 105 qx il y a 25 ans.
    La fertilisation, la sélection, et protection phytosanitaire, ne suffit donc pas à compenser cette perte de fertilité.
    Ensuite, l’accroissement du prix de l’énergie et des produits risque de rendre cette technique non rentable.
    Dans ce cas, on peut envisager une perte de rendements de moitié. A moins de parvenir à rétablir rapidemment la fertilité par la richesse du sol en humus. çà suppose une vision de l’agriculture nouvelle et moins “intensives”.

    Ces échecs permettent de comprendre que nos quintaux de blé viennent essentiellement du pétrole.
    On peut parler aussi des maladies créées par l’homme : cancers (1ière cause de décès en France), apparition des maladies dégénératives qui nécessitent des mesures gouvernmentales très mal acceptées par la profession.

     
  • Georjacq

    Désolé, mais je ne vois pas quoi retirer qui puisse être inexact, ou exagéré.

     
  • Cousson

    Les terres que les coréens veulent mettre en valeur sont pour l’instant des reserves naturelles précieuses ou vivent une flore et une faune spécifique à Madagascar et c’est aux malgaches de la protéger . Donner du travail aux paysans c’est d’abord developper le système de riziculture intensive dont les rendements spectaculaires peuvent s’établir avec peu d’investissement matériel car c’est surtout le travail des hommes et le soin à la terre qui sont gage de ces productions capables d’assurer plus que l’autonomie alimentaire des malgaches cela sans détériorer les sols ni polluer l’eau, ni les eaux de surface, ni les nappes phréatiques car la méthode n’emploie pas les engrais chimiques de synthèse ni les pesticides de même origine . Travailler et developper l’agriculture Biologique sur toute votre ile voilà la noble ambition de Madagascar . Dans cette hypothèse les multinationales dont le but est de se rendre maitresse de la production de nourriture au plan mondial pour asservir les peuples n’auront pas prise sur vous . Pour le moment c’est la Corée qui est leur bras séculier, vos terres vendues ils les cultiverons suivant les méthodes appliquées dans tous les pays asservis, argentine, brésil, canada, mexique amérique du nord et c’est la même choses qui essaie de s’implanter dans les différentes nations des pays d’europe que ces mêmes multinationales voudraient bien voir unies pour imposer leurs méthodes plus rapidement et plus totalement . A des niveaux différents nous avons le même combat a mener il est long et difficile . Il me semble que vous avez deux forces : vous êtes une grande ile, il vous reste à percevoir que la pauvreté peut-être une force c’est aussi notre problème .
    Bonne chance à vous

     
  • Guillon

    Nous étions à madagascar en octobre.Le courage de ses habitants,dans l’adversité “organisée” est exemplaire. Je pense que c’est à eux de faire leur propre développement ,avec leurs idées,leur sens de la nature;Ce projet aménera encore plus de destruction de la forêt et de l’environnement;Leurs gouvernants devraient cesser de vendre ce pays à l’encan: au profit de qui?.Il y a tant de possibilités de tous ordres dans cette ile et en premier lieu sa population;sa pauvreté ,parce qu’elle l’oblige à trimer et innover chaque jour (et il le font avec coeur) est sa première force!!a partir de là ils sont capables du meilleur si toutefois l’Etat comprend que la première richesse de Madagascar est sa population,pas les sociétés étrangères.

     
  • Imagine un peu

    c’est tout simplement scandaleux, les malgaches n’apprennent jamais de ses erreurs, dès le début de ce gouvernment, tout était clair comme de l’eau de roche que ça va être la plus pire empire qui ait jamais existé dans ce pays, coment vivre avec une inflation qui a augmenté de 500% en à peine 1 ans? mais il ne sont pas foutu de comprendre que le gouvernement reste le gouvernement, il a besoins du peuple pour le faire mettre dans le droit chemin comme ici en France, quand le peuple n’est pas d’accords avec n’importe quelle resolution prise par l’Etat, il le montre sans aucune peur ni lacheté, comment un peuple avec un esprit patriotique pourrait accepter une insulte pareil, la terre de leur encêtre sont prise de force pour être donné aux étrangers qui ne les apporterront pas grand chose, parce que apprement c’est ce qui s’y passe, ces terres que l’Etat donne au coréens ne sont pas ce qu’on croit être, des terres desertiques et infertiles, c’est tout bonnement le contraire, ces terres ont été déjà cultivé par les indigènes depuis des lustres et ont été transféré de génération en gnération sauf que les prpriétaires n’ont pas un document officiel genre cadastre et titre de propritété en leur possession mais est ce que c’est une raison valable pour priver de ces MALGACHES de leur GAIN DE PAIN? et les DONNER AU COREENS? Je voudrais que le peuple ouvrent enfin ces yeux et se rendent finalement compte quel genre de monstre est ce qu’ils vénèrent et quel genre de monstre s’enrichit par leur pleures et leur souffrance et de plus quel genre de monstre font ses besoins au dessus de leur tête puisque le monstre se moque éperdument de leur sort et de la face de l’opinion internationale.

     

Régions du monde

Pays

Langues