Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Iran : Le blogueur Omid Reza Mir Sayafi est mort en prison

Omid Reza Mir Sayafi

Omid Reza Mir Sayafi, un journaliste blogueur iranien âgé de 29 ans, est mort à la prison d'Evin à Téhéran le 18 mars 2009. En décembre 2008, il avait été condamné [en anglais] à deux ans et demi de prison pour avoir prétendument insulté des chefs religieux et participé à de la propagande contre la République Islamique d'Iran. Mir Sayafi était dans l'attente d'un autre procès pour insulte à l'Islam.

Selon le site Internet de Human Rights activists in Iran [en farsi], Omid Reza souffrait en prison d'une profonde dépression et un traitement médical lui était prescrit, qu'il semblerait avoir absorbé en trop grande quantité. Le Dr. Hesam Firouzi, médecin et militant des droits humains emprisonné, déclare qu'il a demandé à la direction de la prison d'envoyer Omid Reza dans un hôpital extérieur, mais que les médecins de la prison ont refusé, et n'ont même pas accompli d'examen de base.

Une campagne a été lancée sur Facebook [en anglais] pour “Tenir l'Iran pour Responsable de la Mort du Blogueur Mir Sayafi en Prison”.

Le blogueur Mojtaba Saminejad [en farsi] écrit que Omid Reza l'a informé deux jours avant sa mort qu'il était possible qu'il soit autorisé à sortir de prison pour être hospitalisé dans les prochains jours. Et ce blogueur ajoute qu'il s'attendait en conséquence à de meilleures nouvelles.

Dans un entretien avec Human Rights activists in Iran [en farsi], quelques jours avant d'être incarcéré, Omid Reza affirmait que son blog était culturel et ne voulait pas être insultant.

Ci-dessous une vidéo réalisée par Omid Reza à Téhéran, lors des obsèques de l'archéologue iranien Parviz Varjavand [en anglais].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.