Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Bloguer avec le VIH : “L'amour est encore possible”

Conversations pour un monde meilleur (ONU) Cet article fait partie d'une série d'articles rédigés par Global Voices pour le blog de l'UNPFA (ONU) Conversations pour un monde meilleur (ONU) · Tous les billets

Ce billet fait partie d'une série d'articles écrits par les auteurs de Global Voices pour le blog du FNUAP (Nations Unies), intitulée Conversations pour un monde meilleur · voir tous les billets

Un nombre croissant de blogueurs séropositifs dans le monde utilisent les médias personnels pour expliquer comment ils vivent avec le virus.

Parler ouvertement du VIH/SIDA peut être difficile. Des millions de personnes ont contracté le virus, mais le fait qu'on ait tant peur de lui et qu'il puisse être transmis par des relations sexuelles, fait que les personnes vivant avec le VIH sont souvent stigmatisées. Pourtant, des dizaines de personnes courageuses racontent leur histoire, et quelques fois l'activisme qu'elles mènent aussi pour leurs droits ou de meilleurs soins, sur des blogs et des forums qui peuvent être lus par tout un chacun.

 

 

Cliquez pour voir une carte plus grande du réseau de blogs Blogging Positively

Afrique du sud

Busi, une blogueuse et poétesse sud-africaine a découvert qu'elle avait le VIH en avril 2006, six mois après avoir été violée.

Voici son histoire, comme elle l'a écrite sur son blog My Realities [en anglais]:

Il n'y a pas longtemps j'ai découvert que j'étais VIH positive. J'ai été attaquée et violée beaucoup trop de fois pour ne pas contracter le virus. Vous voyez, la raison en est que je suis une femme qui est identifiée comme lesbienne à cause de mes relations avec une autre femme. Mes assaillants et différents violeurs ont fait ça pour me montrer comment c'est d'être une femme.

Busi n'a pas survécu dans ce beau monde étant donné qu'elle est morte en mars 2007. Mais son blog et sa poésie restent, comme un puissant témoignage de sa vie, comme d'autres blogs restent jusqu'à présent évasifs comme soins.

Chine

Le blogueur chinois séropositif Li Xiang a été infecté  lors d'une transfusion sanguine quand il était adolescent au collège. Il a commencé à bloguer en 2005, quand il était âgé d'une vingtaine d'années. Dans un billet publié plus tôt cette année (en chinois), il essaie de démystifier le SIDA en écrivant que les gens ne devraient pas en avoir peur plus que d'autres causes de mortalité, et que lui-même n'a plus peur grâce aux améliorations des traitements médicaux.

Philippines

Kiks est un blogueur philippin basé à Kowloon, à Hong Kong. En 2007, il a découvert qu'il avait le VIH et il a écrit un billet sur comment vivre avec cette réalité :

Être séropositif n'est pas le moins fascinant.

C'est comme avoir une maladie cardiaque dans la vie, même si les médecins m'ont dit que c'était mieux que d'avoir le diabète. Avec les médicaments disponibles aujourd'hui, vous pouvez être sûr de vivre plus longtemps que les malades du cancer, d'anémie ou les personnes âgées qui vivent dans des villes polluées comme Manille.

Freerangelife est le blog d'un homme gay originaire du Royaume Uni qui a vécu avec le VIH pendant plus de 20 ans. Il a publié un billet récemment sur les dangers de négliger les précautions :

Nous avons su ce qu'est le VIH il y a plus de 20 ans, les gens en connaissent les risques. Pourquoi ça arrive, donc ? Ça arrive parce que nous aimons prendre des risques en pensant “ça ne m'arrivera jamais à moi”.

République du Congo

Davy Herman Malanda écrit sur Aids Right Congo sur ce qu'il en coûte de laisser les autres connaitre votre état de séropositivité. Il raconte l'histoire de Bernadette (un pseudonyme), une jeune femme qui vend des habits usés au marché de  Tié-Tié à Pointe-Noire, au Congo :

La vie de Bernadette a changé quand son amie a divulgué sa séropositité. Ses collègues et clients du marché ont été informés qu'elle était séropositive. Très peu de clients viennent acheter au stand de Bernadette. Sa vie est devenue difficile, et elle a des difficultés pour joindre les deux bouts.

Aurelie de Brazzaville, capitale de la République du Congo,  décrit le choc qu'elle a eu en découvrant qu'elle avait le VIH:

Au début, ça m'a écrasée comme une tonne de briques. J'ai vu ma vie changer immédiatement, et les pensées ont commencé à se multiplier dans ma tête.

Elle écrit aussi que grâce au soutien de sa famille et d'une organisation sans but lucratif, elle mène une vie normale.

États-Unis

Michelle des États-Unis écrit que  “l'amour est encore possible” avec le VIH et raconte comment elle a trouvé son nouveau partenaire sur le blog du réseau international POZ Blog. Elle a, elle aussi, cet avis à donne r:

Pour ceux qui sont nouvellement infectés ou ceux qui sont fatigués de vivre seuls, ne perdez pas l'espoir. Ne vous rendez pas en matière d'amour. Il va venir lorsque vous vous y attendez le moins et lorsque vous en avez le plus besoin.

Kenya

Etre séropositive au VIH ne signifie pas que vous serez évincé de votre travail à cause de la discrimination. Mr. and Miss Red Ribbon est un gala de charité et un défilé de mode organisés annuellement par les Nakuru Youth groups (groupe de jeunes de Nakuru) au Kenya. La blogueuse Maureen, une séropositive, membre de REPACTED, l'un des projets soutenus par Rising Voices, était l'une des candidates. Elle décrit son expérience :

J'ai participé à la compétition depuis 2006 et j'ai apprécié chaque moment de l'événement à cause d'une chose : la diminution réelle de la stigmatisation et de la discrimination. Le programme Mr. and Miss Red Ribbon rassemble des personnes affectées et infectées, pour célébrer la beauté d'une manière unique. Pendant le gala, l'audience apprécie la beauté des mannequins et ne voit  pas en elles et eux des personnes infectées.

La carte Global Voices des blogueurs séropositifs ci-dessus illustre le réseau des blogueurs séropositifs et d'autres participants, ainsi que divers médias personnels traitant du VIH/SIDA. Vous pouvez naviguer et trouver d'autres informations en cliquant sur les liens à partir de cette carte.

 

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues