Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : La crise européenne du lait, vue par la blogosphère russe

Mercredi 16 septembre, le blogueur drugoi, sur la plateforme de blogs LiveJournal, a re-publié deux photos de l'agence Reuters, représentant des éleveurs belges en train de déverser leur lait dans les champs pour protester contre le prix d'achat bas du lait, et a résumé ainsi la situation (en russe) :

[…] Les fermiers belges, poussés au désespoir par le prix bas offert pour leur lait, ont décidé qu'il était plus profitable pour eux de jeter trois millions de litres de lait que de le vendre pour rien. Actuellement, le prix du lait est d'environ 18-20 centimes d'euro par litre, alors que le coût de production est de 33 centimes. Pour que leur exploitation laitière soit rentables, les éleveurs estiment qu'ils devraient vendre le litre de lait  50 centimes d'euro. Mais actuellement, ils ne peuvent que rêver de ce prix. Auparavant, les éleveurs avaient déjà barré les routes et distribué gratuitement le lait. Et maintenant, voilà leur dernière action : les champs près de la ville belge de Ciney ont été fertilisés avec des millions de litres de lait dont personne n'a besoin. […]

Et voici le post-scriptum de drugoi (en russe) sous ce billet :

[…] Ils auraient dû solliciter l'avis des utilisateurs de LiveJournal. Nos experts ont toujours des recettes, pour toutes les situations imaginables. Par exemple, ici, le conseil des experts pourraient suggérer de donner le lait à des enfants qui meurent de faim en Afrique. Voyons qui va répondre dans les commentaires, et quelles seront leurs recommandations.

41 453 internautes, sur LiveJournal seulement, sont abonnés au blog de drugoi. Naturellement, beaucoup ont répondu : on compte  774 commentaires jusqu'ici. Voici la traduction d'une poignée seulement de ceux-ci :

a_brosimov:

Si j'étais dieu, je les aurais tués.

***

flymanager:

En effet, ils auraient du donner le lait aux pauvres. L'exporter en Afrique aurait été trop coûteux.

lenin75ka:

L'Afrique n'accepterait pas des produits européens, tout comme la Russie. Les problèmes que les paysans locaux affrontent sont bien pires que ceux des paysans européens.

[…]

Le prix du lait ne va pas augmenter s'ils le donnent aux pauvre,car la demande diminuerait.

***

sokolhan:

Mieux vaut le vendre pour 20 centimes que le jeter.

***

lavradar:

Au siècle dernier, durant la crise de sur-production de lait, ils le jetait dans la rivière, au moins ici, ils ont fait un truc assez pratique.

lenin75ka:

Durant la période de la grande famine en URSS, Staline avait reçu des offres de produits agricoles américains gratuits, car il n'y avait aucune demande. Nous étions trop fiers et avions catégoriquement refusé  – et montré notre “abondance” en organisant des fêtes. Donc, les fermiers ont été obligé de bruler les céréales et de jeter le lait dans les rivières. On dirait que ça a marché, car le résultat a été qu’ il y a de nouveau eu une demande.

lavradar:

Je n'ai pas entendu parler de distribution gratuite  – mais c'est vrai que les fermiers donnent le lait pour rien, mais qu'il n'y a pas de financement pour le livrer en Afrique.

lenin75ka:

Il y avait des rumeurs en Occident que beaucoup de gens en URSS mourraient de faim, même les journaux écrivaient des articles sur cela. Mais l'URSS a nié ces rumeurs, alors qu'elles étaient vraies. Ils organisaient même d'énormes fêtes pour les visiteurs européens et américains, pour montrer qu'il n'y avait pas de pénuries en URSS. Et l'Occident les a cru. Les offres d'aide humanitaire du gouvernement américain à Staline ont cessé.

[…]

http://www.garethjones.org/soviet_articles/bernard_shaw.htm

Dans une lettre ouverte au directeur de la publication du Manchester Guardian, Bernard Shaw écrit que les rumeurs d'une famine en URSS étaient fausses. (jeudi 2 mars 1933)

pashyrey:

La famine en URSS a été provoquée par le fait que les récoltes étaient enlevées aux paysans et vendues à l'Occident. Ils avaient besoin de devises étrangères pour l'industrialisation, et la demande pour le gaz et le pétrole n'était pas aussi forte à l'époque, les céréales avaient bien plus de valeur.

lenin75ka:

Oui, ils les vendaient. Mais elles pourrissaient aussi dans les champs. De plus, l'Occident refusait de les acheter, ils en avaient déjà plein chez eux et les prix s'effondraient jusqu'à presque zéro.

***

denver07:

Et bien… Prenons le Soudan, par exemple. Où les gens meurent comme des mouches. Et ils jettent le lait…Cette mentalité est un peu comme la nôtre.

lavradar:

D'accord, alors, pourquoi ne finances-tu pas la livraison au Soudan ?

***

onlymax:

http://www.rg.ru/2009/07/30/moloko.html [ article publié dans le journal Rossiyskaya Gazeta le 30 juillet dernier, en russe]

Une action sans précédent se prépare demain dans la région d'Ust-Labinsky de [Kuban]. Les villageois, poussés au désespoir par les prix bas du lait, ont l'intention de jeter publiquement le lait dans le fumier.

Même chose dans la région de Stavropol.

***

pashaman:

C'est déjà arrivé avant…En Angleterre…Il y a environ un siècle…Mais avec les légumes. Ils ont été jetés à la mer.

[…]

Et nos paysans [russes] vendent aussi leur lait pour 10 roubles [22 centimes d'euro], et dans les magasins, il coute 30 roubles [67  centimes d'euro].

daily_winegraph:

Dix roubles me parait bien comme prix. D'après mes informations, ça va de 4 à 6 roubles [8-13 centimes d' euro].

kolbaska:

Quatre roubles par litre [8 centimes d'euro].

***

zanozanet:

Ils auraient du jeter le lait dans une piscine, puis faire payer 50 centimes d'euro par billet pour y accéder.

***

leo_nardo:

Ils n'ont pas d'orphelinats ou de jardins d'enfants, en Belgique ?

mcsdwarken:

Je ne pense pas que les orphelinats belges ou d'autres institutions souffrent d'une pénurie de lait.

***

tatti_anna:

Ils ne produisent plus rien à partir du lait de nos jours ? […] Je veux dire, la parcellisation du travail – les fermiers produisent le lait, d'autres fermiers fabriquent des fromages et du fromage frais  […] Les gens sont trop paresseux pour produire quelque chose, c'est tellement russe comme façon de faire  – récolter, laisser pourrir, demander plus d'argent…Cela a toujours été l'option la moins chère.

incogn1too:

Le socialisme mène à ça. Tout le monde veut des subventions de l'état.

***

sergey_sht:

Au fait, en 2002, quand l'Union Européenne a refusé d'acheter du lait en poudre à l'Ukraine, ce qui a résulté en une situation similaire, nos paysans ont tué les vaches – vraiment radical. Et ça se ressent toujours sur le marché des produits non travaillés. Et les Belges se contentent de jeter le lait, pour attirer l'attention sur eux, mais ils N'ABATTENT PAS le troupeau ! Il reste à voir qui a la meilleure stratégie dans une telle situation.

***

red_tengu:

Ils avaient de bonnes subventions des gouvernements nationaux et de l'Union Européenne, et maintenant, les subventions ont été réduites de façon significative (à cause de l'OMC et de la crise) et les revenus des paysans ont chuté. Personne ne veut acheter du lait aussi cher. En Lituanie, le prix du lait est encore plus bas, environ  6 centimes d'euro, et il y a des cas où les éleveurs ne reçoivent rien pour leur lait, comme quand il n'a pas la teneur voulue en graisse, etc.

***

golovach_igor:

Pourquoi ont-ils besoin de tant de paysans si personne n'a besoin de lait ? Tous les fermiers belges devraient se recycler d'urgence en journalistes-citoyens, blogueurs, vendre leurs tracteurs, acheter une vidéo avec un ordinateur portable, et ils auront assez d'argent pour acheter un billet pour[Perm] – ça va être un sacré concours !!!!!!!!

***

rolliks:

Un moyen d'obtenir de l'argent pour son lait :

Jour Un. Nous conduisons jusqu'à Bruxelles avec un convoi de camions de lait. Nous arrosons les rues  [avec le lait].
Jour deux. Nous conduisons jusqu'à Bruxelles avec un convoi de camions de lait. Ça pue. Nous arrosons encore les rues  [avec le lait].
Jour trois. Nous approchons de Bruxelles. La puanteur est terrible. Les habitants de Bruxelles nous rencontrent à la périphérie de la ville avec de l'argent. Nous vendons le lait.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.