Fermer

Faites un don pour soutenir Global Voices !

Nous couvrons 167 pays. Nous traduisons en 35 langues. Nous sommes Global Voices.

Notre réseau compte plus de 800 membres dans le monde entier et nous travaillons ensemble pour veiller sur les réseaux sociaux et publier des informations difficiles à trouver dans les médias traditionnels. Mais nous ne pouvons pas le faire tout à fait seuls. Nos auteurs et traducteurs sont bénévoles, mais nous rémunérons nos éditeurs. Nous faisons appel à vos dons pour couvrir les salaires de notre rédaction centrale, les frais techniques, la formation de nouveaux blogueurs et nos projets pour défendre les libertés numériques.Merci !

>> Dons »
GlobalVoices en En savoir plus »

Philippines : Le referendum de Malte fait reparler de la loi sur le divorce

A la veille de ce qui promet d'être un débat houleux sur la proposition de loi sur  la reproduction humaine [français] les Philippins sont déjà à couteaux tirés sur un autre sujet très sensible : la loi sur le divorce.

Ce nouveau débat sur le divorce à commencé quand les Philippines ont appris il y a quelques jours qu'un referendum à Malte était favorable et rendait possible la légalisation du divorce. Ce qui a encouragé les réformistes à hausser le ton pour demander que cette nation à grande majorité catholique suive les traces de Malte, et légalise le divorce.

Le débat sur le divorce n'est pas nouveau. AttyatWork [en anglais] a publié une compilation de points de vue remontant à l'an dernier.

Filipino Thinkers a fait sur son blog un très bon résumé du déroulement du débat à Malte et du choix de la solution d'un référendum. Mieux encore, il fait un parallèle entre la situation en Philippines et à Malte.

Outre son happy end, qui fait des Philippines le dernier et unique pays au monde où le divorce n'existe pas, le contexte du référendum maltais sur le divorce présente des similarités avec notre projet de loi sur la santé de la reproduction :

Les deux pays sont tous deux des bastions de catholicisme : Malte pour l'Europe, les Philippines en Asie ; les deux sont des pays à très forte majorité catholique : 95% à Malte, 80% aux Philippines ; et les deux batailles se déroulent principalement entre évêques réformistes et conservateurs. Dans les deux pays, les évêques conservateurs utilisent la peur pour contrôler leurs ouailles.

Pour se remémorer les différences entre le divorce, l'annulation du mariage et la séparation  juridique, Lyle R. Santos a publié un petit dictionnaire des différentes situations.

La légalisation du divorce en cours à Malte fait des Philippines le dernier pays à l'interdire. Pour Blue Dela Kanluran, le débat national sur le divorce ne devrait pas se limiter à cette seule constatation:

Comme je l'ai dit plus tôt, je suis opposé au divorce, cependant, je ne nie pas à un pays souverain son droit de décider ce qui est le mieux pour le pays et ses citoyens, comme Malte l'a montré dans ce cas (vous voyez, c'est un exemple de la séparation de l'église et de l'état).

Ce qui me conduit à me demander : quels effets le stigmate d'être le seul pays au monde à interdire le divorce aura sur ce débat aux Philippines ?

Personnellement, je pense que cela va rendre une loi pro-divorce plus difficile à partir de maintenant, non seulement à cause de l'interférence de l'église catholique, mais à cause du stigmate mentionné plus haut (et ce n'est pas sur ces bases qu'une loi devrait être débattue)

Cocoy voit la presque approbation de la loi sur la santé de la reproduction, et maintenant avec ce nouveau débat sur une loi autorisant le divorce comme un ‘reboot‘ pour les Philippines, qui évolue ainsi d'un état principalement religieux à un état laïc :

Et si la loi sur la reproduction passe, et qu'elle soit suivie d'une loi autorisant le divorce ? Ce serait un double redémarrage pour les Philippines. Ça montre que la nation devient peu à peu laïque, qu'elle est moins sous le pouce du Vatican.

Comme catholique, je pense que c'est une opportunité pour l'église de se recentrer sur le spirituel. Je veux des sermons, des directives qui font de moi une meilleure personne. Je n'ai pas besoin de l'église pour me dire ce qui ne va pas avec le gouvernement. Les Philippins de partout savent déjà ce qui ne va pas avec le gouvernement. C'est le bon moment historique pour que nous réglions ça.  Je veux que mon église vienne en aide à cette pauvre femme de ménage qui est toujours battue par son mari. Je veux que l'église s'occupe des enfants des rues et les mette à l'école. J'ai besoin que cette église soit utile et cohérente.

Dreamwalker est ravi des controverses que provoquent ces projets de lois aux Philippines, même si elles sont violentes et provoquent des ruptures. Il encourage tout ses compatriotes  à y prendre part :

Je suis encore une fois stupéfait de voir que les Philippins deviennent de plus en plus attentifs à de ce qui se passe dans le pays, et de leur demandes d'informations sur les lois, projets de lois, ou lois en vigueur.  A mon avis, ça ne peut qu'être que de plus en plus positif. Et tant pis s'il y a des tensions entre côtés opposés.  Au moins, les citoyens commencent à s'impliquer dans les affaires du pays.

Image en médaillon de jekert gwapo sur Flickr, utilisée sous licence CC Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0)

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

 

Régions du monde

Pays

Langues